La nuit du 12 : un polar troublant – Rencontre avec son réalisateur Dominik Moll

Né d’un père allemand et d’une mère française, Dominik Moll a grandi à Baden-Baden avant de partir étudier à l’Université de la ville de New-York, puis à l’institut des hautes études cinématographiques (l’IDHEC, devenu depuis la Fémis) où il a réalisé plusieurs courts-métrages. Lors de son passage à l’IDHEC, il y a rencontré ses premiers partenaires artistiques, Laurent Cantet et Gilles Marchand, ce dernier était devenu son co-scénariste.

— Bastien Bouillon et Bouli Lanners – La Nuit du 12
© Fanny de Gouville

Son nouveau film, La Nuit du 12, présenté à Cannes Premières durant le dernier Festival de Cannes, entraîne les spectateurs dans une investigation policière chorale, un polar troublant et captivant qui plonge en complète immersion le public au cœur de la vie quotidienne de la PJ de Grenoble.
Lire la critique publiée lors du Festival de Cannes 2022.

Dominik Moll nous a parlé du livre de Pauline Guéna, 18.3. Une année à la PJ, qui lui a inspiré La Nuit du 12, de son travail à quatre mains avec son co-scénariste Gilles Marchand, du choix des acteurs, de sa volonté de développer des rapports hommes-femmes bancals, en particulier la violence faite aux femmes, de son choix de tourner surtout à la montagne.

Hors microphone, Dominik Moll nous a confié bien connaître la Suisse romande comme son père était directeur de l’École allemande de Genève et sa sœur enseignante au lycée allemand de Ferney-Voltaire. Avec modeste, il nous a avoué moins connaître la Suisse alémanique et le Tessin, mais serait heureux de pouvoir présenter une fois un film au Festival de Locarno.

Rencontre audio par téléphone avec Dominik Moll:

 

 Firouz E. Pillet

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 708 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*