Locarno 2018 : Écrit et réalisé par Balint Kenyeres – Hier (Tegnap) concourt au Festival de Locarno dans la section Cinéastes du Présent. Rencontre (audio en anglais).

Balint Kenyeres s’est déjà fait remarqué en compétition avec ses courts métrages de Cannes, Venise, Sundance et quelques centaines d’autres festivals de films, lauréat du prix du film européen du meilleur court métrage et de soixante autres prix.
Le cinéaste hongrois a regroupé autour de lui pour Tegnap une belle distribution dont Vlad Ivanov, Djemel Barek, Jacques Weber.

Tegnap de Balint Kenyeres
Image courtoisie du Festival international du Film de Locarno

Les spectateurs sont invités par la caméra de Balint Kenyeres à suivre le personnage central, Victor Ganz, cinquante ans, qui possède une entreprise de bâtiment et de génie civil florissante qui opère dans le monde entier. Certains problèmes très coûteux sur un chantier en Afrique du Nord signifient qu’il doit partir là (il déteste voyager), dans un pays où il est confronté aux souvenirs de sa jeunesse, qui ont été soigneusement enterrés dans les profondeurs de son esprit.
Réunions dans les ministères, désinformation, corruption à tous les étages de la société, intimidations diverses, la critique du pays est corrosive. Le récit est aussi teinté par la réapparition d’ un amour censé appartenir au passé qui avait mystérieusement disparu, une enquête dans la clandestinité locale pour la retrouver.

Victor Ganz plonge lentement dans un monde labyrinthique où le présent et le passé se mêlent, précipitant les spectateurs avec lui dans les affres de ses souvenirs, de ses attentes, de ses espoirs. Ce film combine une enquête de style film noir jouée en plein jour avec une exploration de états de conscience. C’est un film de contradictions sur un homme européen en Afrique du Nord pour lequel le commerce quotidien se transforme progressivement en crise existentielle.

— Vlad Ivanov – Tegnap (Hier)
Image courtoisie du Festival international du Film de Locarno

Ce film s’apparente à la chronique d’un état modifié de conscience intégrée dans un état d’esprit ordinaire; un labyrinthe œdipien, plus difficile à plonger que d’en fuir; une histoire d’amour dans laquelle le couple ne se connaît pas. Et où quelques les jours se transforment en une éternité, littéralement. Seul reproche à ce film aux images qui invitent au voyage tant géographique qu’onirique : Vlad Ivanov semble souvent en roue libre dans de nombreuses scènes et on finit par se demander si l’acteur n’est pas dirigé ou si il s’agit d’un choix du réalisateur.

Rappelons que Kenyeres est né en 1976 à Budapest. Après avoir étudié la philosophie, l’histoire du cinéma et le cinéma théorie, il est diplômé en tant que réalisateur de cinéma à l’Université de théâtre et de cinéma (Budapest) en 2006. Son court métrage Zárás (Closing Time) était en compétition au festival du film de Venise et sélectionné dans plus de 30 d’autres festivals  où il a remporté une douzaine de prix. Son précédent court Before Dawn était en compétition au Festival de Cannes en 2005, a remporté le prix du jury à Sundance et obtenu le Prix UIP de la European Film Academy Court métrage européen en 2006. Il a été sélectionné dans 140 festivals, a remporté 30 prix. Son dernier court-métrage L’histoire de l’aviation était créé à Cannes Quinzaine des Réalisateurs en 2009 et a été sélectionné dans cinquante festivals de films.

— Balint Kenyeres
© Firouz Pillet

Nous avons eu l’occasion d’en savoir plus sur sa méthodologie, ses aspirations et ses inspirations en rencontrant Balint Kenzeres au Belvedere dans le cadre du Festival de Locarno 2018.

 

De Locarno, Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 206 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*