Locarno 2018 : Humour noir décalé, servi par d’immenses acteurs, pour le dernier opus de Denis Rabaglia, Un nemico che ti vuole bene. Rencontre.

Une nuit de pluie, le professeur Enzo Stefanelli (interprété par le facétieux Diego Abatantuono qui montre encore une fois ici son immense talent) sauve sa vie à un jeune homme blessé par une arme à feu. En retour, le tueur, un tueur professionnel, promet de trouver et de tuer un de ses ennemis, quel qu’il soit. Bien qu’Enzo insiste sur le fait qu’il n’a pas d’ennemi, le jeune homme commence à en chercher un, créant le chaos dans la vie du professeur. Au début, sceptique, Enzo ouvre finalement les yeux sur sa vie et sur les gens autour de lui… Enzo sera-t-il capable d’identifier son véritable ennemi? Et comment le tueur va-t-il se comporter et devenir son seul ami? Et s’il était vrai que chacun de nous a un ennemi à éliminer?

— Antonio Folletto et Diego Abatantuono – Un nemico che ti vuole bene
Image courtoisie du Festival international du Film de Locarno

Qu’est-ce qu’un ennemi? Si vous demandez au protagoniste de Un ennemi qui vous aime, une curieuse comédie italo-suisse présentée à Locarno 2018 sur la Piazza Grande et signée par le plus Valaisan des Italiens du septième art, Denis Rabaglia, qui a réussi une distribution étincelante qui réunit de nombreuses gloires italiennes: Diego Abatantuono avec sa stature solide comme un roc, Sandra Milo et Roberto Ciufoli, ex-Premiata Ditta.

Diego Abatantuono incarne un astrophysicien, professeur à l’université de Bari, qui sauve accidentellement un soir un jeune homme dans la rue. D’ailleurs, le décors des Pouilles devient progressivement un protagoniste à part entière. Le professeur découvre que le garçon est en réalité un tueur professionnel qui, pour rembourser sa dette, a décidé de tuer son ennemi. Le problème sera de trouver cet ennemi parmi de nombreux candidats possibles et la liste semble inéluctablement se rallonger au fil du récit …

— Denis Rabaglia
© Firouz Pillet

A quelques heures de la projection de son dernier opus sur la Piazza Grande, sous un ciel clément, Denis Rabaglia nous a parlé en toute simplicité de son dernier film, de “sa” source d’inspiration, de sa méthode de travail avec ses acteurs dont le phénoménal  Diego Abatantuono, avouant avoir constaté que la presse romande comme tessinnoise a ri de bon cœur devant cette comédie à l’humour noir et décalé qui a laissé la presse outre-Sarine indifférente.

 

Nous pouvons rassurer le cinéaste sur l’efficacité de son dernier film car le public de la Piazza Grande a répondu présent en riant aux éclats des répliques savoureuses et les comiques de situation de Un nemico che ci vuole bene … De toute évidence, l’humour diffère selon les berges du Röstigraben !

De Locarno, Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 205 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*