Pessac 2019 : le festival du film historique de Pessac accueille les jeunes générations pour sa trentième édition

Contrairement à la majeure partie des festivals de cinéma, le Festival du film d’histoire de Pessac met en valeur les échanges avec les  collégiens et les lycées à chaque édition.

Le programme 2019 du Festival du film historique de Pessac (Gironde) a jeté son dévolu sur l’Amérique du Sud, édition intitulée Amérique latine, terres de feu.

Se déroulant au Cinéma Jean-Eustache, au centre de la Ville de Pessac, un vivier culturel qui propose au public une programmation consacré au septième art et une à l’histoire – Unipop et Unipop Histoire – animées toutes deux par des spécialistes tout au long de l’année, accueille la trentième édition du Festival du film d’histoire.

Comme chaque année, les organisateurs du festival cherché à allier la qualité artistique, l’intérêt historique et culturel ainsi que l’accessibilité des œuvres (dans la narration, le propos) pour les élèves. Cette année, le programme pédagogique propose dix-neuf films, accompagné d’un ouvrage documenté très instructif.

Le programme pédagogique est diffusé dans tous les établissements de Nouvelle-Aquitaine et permet aux établissements de se positionner sur des séances du Festival dès le printemps.

Les séances sans intervention

Ces séances sans intervention offrent la possibilité à une classe d’assister à la projection d’un film du programme scolaire du Festival, à Pessac, sans intervention pédagogique avant ou après la séance. Le travail pédagogique autour du film s’effectue uniquement en classe.

Sauf interdiction légale, tous les films de la programmation sont également proposés en séance scolaire sur demande.

La classe (ou séance) découverte

Ce dispositif consiste à proposer la projection d’un film sur le thème, suivie d’une intervention pédagogique pour permettre aux élèves de découvrir une cinématographie différente et ainsi, les sensibiliser à la culture et à l’histoire, par une approche artistique, littéraire et cinématographique.

La classe passeport

Organisée sur une journée entière autour d’un thème précis, elle donne l’occasion aux élèves de réellement participer au Festival, d’assister à deux projections et de rencontrer un spécialiste : un enseignant, un professionnel du cinéma pour l’objectif « éducation à l’image » ou un historien (ou un spécialiste du sujet abordé) pour la sensibilisation au thème de l’année. Le but est de permettre aux élèves d’identifier des repères historiques, géographiques, civiques, culturels pour comprendre l’évolution et la complexité du monde actuel et des repères cinématographiques pour enrichir leurs connaissances et leur culture cinématographiques et développer leur regard critique. La journée est éventuellement complétée par la visite d’une exposition.

La classe citoyenne

Ce dispositif consiste à proposer la projection d’un film sur le thème, suivie d’une conférence, dans la salle du Conseil Municipal (sauf indisponibilité), et de sensibiliser les élèves aux questions de citoyenneté.

La classe cinéma

Ce dispositif consiste à proposer l’étude d’un cinéaste et de son œuvre. Organisée sur une journée entière, elle donne l’occasion aux élèves de réellement participer au Festival, d’assister à deux projections et de rencontrer un spécialiste : un enseignant, un professionnel du cinéma pour l’objectif « éducation à l’image ». Le but est de permettre aux élèves de découvrir un réalisateur et ses films, d’enrichir leurs connaissances et leur culture cinématographiques et de développer leur regard critique.

La classe conférence

Organisée sur une journée entière, ce dispositif donne l’occasion aux élèves de réellement participer au Festival et d’étudier un sujet au travers de deux approches complémentaires en assistant à une projection et à la conférence d’un historien. Comme pour la classe passeport, le but est de permettre aux élèves d’identifier des repères historiques, géographiques, civiques, culturels pour comprendre l’évolution et la complexité du monde actuel et des repères cinématographiques. Ils peuvent ainsi développer leur capacité d’écoute, enrichir leurs connaissances et leur culture cinématographiques et développer leur regard critique.

L’atelier critiques

Il a pour objet de permettre à un petit groupe de lycéens volontaires (de la métropole bordelaise) de participer au Festival en tant que « journalistes en herbes ». Après un stage de formation en octobre, les élèves retenus par le Rectorat et le Festival, seront immergés dans la manifestation. Encadrés par des enseignants et un critique de cinéma, les lycéens écriront des articles de fond, des critiques de films, réaliseront des interviews et alimenteront ainsi quotidiennement les sites Internet du Festival et du Rectorat.

Pendant le Festival, un groupe de sept lycéens sélectionnés dans l’Académie de Bordeaux participeront à un atelier d’écriture de critique de cinéma. Cet atelier sera encadré par des enseignants du réseau cinéma de la DAAC (Rectorat de Bordeaux), accompagnés d’un critique professionnel.

Firouz E. Pillet

www.cinema-histoire-pessac.com

© j:mag Tous droits réservés

 

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 370 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*