[Audio] Pessac : la cinéaste chilienne Marcela Said Cares présente « Los perros », rebaptisé « Mariana » par la distribution française

Marcela Said Cares a une formation de documentaliste. En 1996, elle voyage à New York où elle travaille comme assistante de photographie pour Sara Mathews. C’est là qu’elle fait ses premières installations vidéo. En 1997, elle arrive à Paris où elle complète un master en techniques médiatiques et langages (médiologie) à Paris IV La Sorbonne. « Je suis tombée amoureuse de ce pays, de la culture et de la langue. » En 1999, elle réalise son premier documentaire pour la télévision française Valparaiso, produit par Les Films d’Ici. En 2001, Marcela Said Cares réalise le documentaire I Love Pinochet , documentaire qui a été invité à de nombreux festivals tels que Biarritz, APIE, Chicago et au Festival International du Film de Valparaiso en 2002, couronné par  le prix FIDOCS Altazor. Il a été diffusé par de nombreuses chaînes en Europe. Au Chili, il a été acheté par TVN mais n’a jamais été projeté.

En 2006, Marcela Said Cares termine son deuxième documentaire sur l’Opus Dei, co-dirigé avec Jean de Certeau. L’Opus Dei a été diffusé sur France 5, Planete, TV5 Monde, SBS Australie, RTBF, TSR, et a récemment été acheté par le Danemark. Au Chili, il a remporté le Prix Pedro Sienna pour le meilleur court métrage documentaire 2007; il a également été sélectionné dans divers festivals comme Guadalajara, Rhodes, Toulouse, FIDOCS, Vina del Mar. Marcela Said Cares  réalise un premier long métrage de fiction, El verano de los peces voladores (L’été des poissons volants) en 2013 et en 2017, présente dans le programme de la Semaine de la Critique de Cannes Los perros qui vient d’être présenté au Festival Filmar en América latina à Genève, en présence de la réalisatrice qui vient d’arriver à Pessac pour assister à l’avant-première de son film.

— Marcela Said Cares
© Firouz Pillet

Los perros, rebaptisé, au grand damne de la cinéaste, Mariana par la distribution française, suit la vie quotidienne de Mariana, une femme quadragénaire appartenant à la bourgeoisie chilienne, qui prend des leçons d’équitation avec Juan, sexagénaire et ancien colonel de l’armée. Un jour, des hommes arrivent à la recherche du colonel pour sa participation aux crimes pendant la dictature.

Marcela Said Cares nous parle du Chili actuel, des responsabilités mal réparties, de la politique, sujet tabou par excellence et de la situation du cinéma chilien contemporain.
Hors micro, elle nous confie qu’elle porte le patronyme de son grand-père, qui a fui la Palestine pour épouser sa grand-mère palestinienne qui vivait déjà au Chili . « J’ai appris que ma grand-mère a été mariée contre son gré à mon grand-père, son cousin. Il y a une très importante communauté palestinienne au Chili, la deuxième diaspora au monde après la Jordanie. ». Rencontre.

 

Firouz E. Pillet

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 206 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet