[Audio] Rencontre avec Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge

Entre deux rendez-vous, arrivant au pas de course, alerte et enjoué comme à l’accoutumée, Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, nous a accueillis dans le foyer du 57, la petite salle, en plein déménagement pour cause de fin de bail. Malgré son agenda plein à craquer, Jean Liermier nous a confié, de manière exhaustive, les difficiles décisions prises depuis une année, les défis à relever, les liens à conserver et à consolider tant avec toutes celles et tous ceux qui font le théâtre mais aussi avec le public malgré un contexte incertain. Les fidèles du Théâtre de Carouge se souviennent avec tristesse du communiqué de presse du 29 octobre 2020 qui annonçait l’annulation des représentations de Cyrano de Bergerac, représentations qui venaient de commencer :

« Une première qui sera aussi la dernière ! »

Les annonces du Conseil Fédéral du mercredi 28 octobre 2020, puis du Conseil d’État genevois, suivies par les décisions du président Macron, étaient tombées comme un couperet, contraignant le Théâtre de Carouge à annuler les représentations de Cyrano de Bergerac à Carouge comme en tournée à Paris, Lyon et Marseille. Comme nous l’avait confié Jean Liermier début novembre 2020 et comme il nous le rappelle si justement

« le Conseil de Fondation ainsi que la Direction du Théâtre de Carouge déploraient la décision de diminuer la jauge à cinquante personnes sans distinction aucune de la capacité d’accueil des salles de spectacle comme La Cuisine qui a une capacité de quelque six-cents places. »

Cette assertion reste tristement valable depuis la réouverture des salles. Au vu des mesures prises, Jean Liermier s’inquiétait de l’avenir des institutions culturelles, alors même qu’elles avaient mis en place des plans de protection rigoureux qui s’avéraient fiables, tant pour les équipes que pour le public. À ce propos, le directeur du Théâtre de Carouge nous confie qu’il avait soumis une proposition de pouvoir réaliser les tests pour détecter le Covid à La Cuisine, en assurant toutes les mesures sanitaires requises, afin de rassurer les gens, maintenus dans une atmosphère anxiogène par les médias ; malheureusement, cette judicieuse proposition avait été déclinée. En tant que président de la FRAS – Fédération romande des arts de la scène -, Jean Liermier estime que le théâtre, et les lieux culturels en général, ont un rôle essentiel à jouer, d’autant plus en ce contexte particulier :

« L’être humain est social et a besoin de ces endroits de rencontres. »

Ce lien, existentiel, nécessaire et d’autant plus salutaire pour les artistes, les artisans et le public, semblait encore plus impératif et vital à Liermier qui, comme à son habitude, a fait preuve d’inventivité et d’ingéniosité durant ces mois de disette culturelle en poursuivant leur travail et l’adaptant au contexte. Faut-il le rappeler ? C’est Jean Liermier qui, en septembre 2017, avait convié à Genève Les Géants de la Compagnie de théâtre de rue nantaise Royal de Luxe.

— Jean Limier, directeur du Théâtre de Carouge
© Mario del Curto

Prêts à la réouverture des salles tant attendue, les comédiens et les artisans du Théâtre de Carouge ont maintenu et poursuivi leur mission. Ainsi, le Théâtre de Carouge a proposé des podcasts puis, dans une démarche particulièrement originale, des appels téléphoniques d’une demi-heure à une heure convenue sur réservation. Lors de cet appel, une comédienne ou un comédien appelait une spectatrice ou un spectateur pour lui lire un texte ; la lecture était suivie d’une discussion qui a rapidement séduit les comédiens, a priori guère convaincus par cette démarche, a posteriori heureux de partager et d’échanger avec un membre du public par téléphone. Jean Liermier a constaté l’enthousiasme de part et d’autre :

« Les comédiens ont aussi retrouvé les sensations de la scène, le trac avant de saisir le téléphone, l’immédiateté de la représentation et le plaisir du texte, ainsi qu’un échange intense avec le public. »

Jean Liermier nous a rappelé la déception immense de son équipe et la sienne devant les décisions inéluctables à suivre, déception d’autant plus grande que les spectacles proposés durant la saison 2020-2021 promettaient bonheur, partage, poésie, rire, joie, des remèdes redoutablement efficaces pour garder le moral dans un cadre sécurisé face à cet ennemi invisible. Il  nous a également confié les difficultés à organiser les reports des spectacles ou de certaines annulations. Il souligne combien ses comédiens et ses artisans avaient soif de travailler face à un public qui leur a tant manqué. Le public a montré qu’il avait faim de culture et de théâtre dès la réouverture des salles. Une faim qui n’a fait que s’accroître au fils des mois. Ainsi, jean Liermier nous a mis en appétit en annonçant les portes ouvertes du nouveau théâtre de Carouge au mois de novembre 2021 et le début de saison en janvier 2022 avec James Thierrée dont le spectacle a dû être reporté la saison précédente.

 

Firouz Elisabeth Pillet

www.theatredecarouge.ch

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 593 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*