Cannes 2018 : « »Woman at War « de l’Islandais Benedikt Erlingsson, remporte le prix SACD – Rencontre

Dans Woman at War, son deuxième film, présenté à la Semaine de la Critique, après l’œuvre encensée Of horses and men (Des chevaux et des hommes) Benedikt Erlingsson se concentre sur une femme (Halldóra Geirhađsdóttir) qui part sur terre pour une mission environnementale dont l’objectif est de protéger les Highlands d’Islande, tout en essayant d’adopter un enfant. Le film était au programme de la section parallèle de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes.

Le premier long métrage d’Erlingsson, Of Horses and Men, qui a remporté plus de vingt prix dont le meilleur nouveau réalisateur à San Sebastián, le meilleur réalisateur à Tokyo, le grand jury aux Arcs, six Edda islandais et le Prix du film du Conseil nordique. C’était le flm présenté par l’Islande à la course aux Oscars à l’étranger en 2014.

Benedikt Erlingsson, qui affiche une longue carrière au théâtre et met prochainement une pièce en scène au Théâtre national de Reykjavík, avoue avoir puisé son inspiration dans la mythologie grecque, s’inspirant d’Artemis, la déesse de la chasse , la forêt , la lune et le gardien des femmes et des enfants.

Le film, décrit comme un «film d’action art et essai», parle d’une femme qui se lance dans une mission environnementale pour protéger les Highlands d’Islande :

C’est l’histoire d’une femme forte qui veut sauver le monde et trouve un moyen de le faire … Ce film est censé être un conte héroïque dans ce monde de menace imminente, a déclaré le cinéaste.

Halldóra Geirhađsdóttir  interprète le rôle principal et la distribution inclut également les musiciens islandais Davíð Þór Jónsson, Magnús Tryggvason Eliasen et Ómar Guðjónsson, qui jouent un chœur grec qui représente les démons intérieurs de la protagoniste.

Rencontre (en anglais) avec Erlingsson Benedikt qui a co-écrit le scénario avec Ólafur Egill Egilsson ( Trapped, The Oath ).

 

Nous vous proposons un traduction partielle de l’entretien enregistré avec Benedikt Erlingsson:

— Benedikt Erlingsson
© Firouz Pillet

Quelle est la genèse de Woman at War

Mes idées viennent de différents endroits. Mais j’ai toujours eu un vif intérêt pour les questions environnementales et j’ai personnellement participé à des manifestations contre le changement climatique. Une chose qui m’a inspiré était en 2006 ou 2007, avant le crack financier en Islande : les forces de l’OTAN effectuaient des exercices militaires en Islande et demandaient au gouvernement: quelle menace potentielle ou ennemi leur conviendrait-il de combattre. Le gouvernement a suggéré qu’un groupe environnementaliste fasse campagne contre un barrage. C’était choquant. Mais dans d’autres pays aussi, les écologistes sont considérés comme des ennemis de l’État. Au Honduras par exemple, la militante Berta Cáceres a été tuée en 2016 par les services de renseignements militaires. Je me suis aussi demandé comment Fellini procéderait s’il faisait un tel film de nos jours.

Of Horses and Men était un belle découverte qui a surpris beaucoup de gens. Ici encore, vous innovez et brisez tous les codes de genre avec un thriller musical environnemental dans lequel une femme dans la cinquantaine fait une guerre originale …

Tout d’abord, contrairement à Of Horses and Men que j’ai écrit seul, j’ai collaboré avec Ólafur Egill Egilsson sur Woman at War. Je voulais raconter cette histoire compliquée d’une manière intéressante et amusante. En tant que public, j’aime le jeu et être surpris, sinon je peux facilement m’ennuyer, surtout si je sens qu’une histoire a été racontée auparavant ou de la même manière. Par conséquent, en tant que conteur, je veux taquiner le public et innover. Cela vient naturellement à moi. Si vous prenez Pasolini, Chaplin, Fellini, ce sont de grands conteurs, toujours prêts à rompre les conventions cinématographiques.

Halla le personnage principal livre aussi une bataille personnelle pour adopter un enfant. Pourquoi avez-vous ajouté cette histoire?

Pour moi, sauver la planète, c’est rendre votre vie importante et l’adoption c’est aussi faire quelque chose de bien, plus grand que vous, une sorte de sacrifice de soi. Avoir des enfants est un tournant dans la vie de n’importe qui. Mais si vous ne sauvez pas le monde, pourquoi amener les enfants dans ce monde? C’est lié. Et le contrepoint de sauver le monde est de sauver un enfant.

La bande-son joue un rôle primordial dan votre film; quels ont été les plus grandes étapes de son élaboration ?

La musique était peut-être la plus difficile. Je voulais que le film ait beaucoup de musique, que les musiciens soient visibles quand ils jouaient, et que la musique représente les forces intérieures de notre héroïne, interagissant physiquement avec elle. Par conséquent, la musique devait être composée et enregistrée avant le début du tournage; nous avons scénarisé les scènes où nous voulions que la musique entre, comme un changement rythmique, et on a tourné les démos. C’était assez complexe sur le plan technique.

Le titre du film et son sujet font inévitablement songer au mouvement #MeToo.  Quelle et votre opinion à ce sujet ?

Le mouvement #MeToo et le sujet de l’égalité des genres sont très importants en Islande et Halldóra Geirhardsdottir qui tient le rôle-titre dans le film a été très visible et très présente sur le sujet dans les médias. Comme toutes les révolutions, il y a parfois du sang qui se répand. Nous sommes une très petite société et cela peut même être plus sanglant. Mais  en Islande nous devons discuter de cette question sociétale importante. Personnellement, le sujet de l’égalité des sexes est aussi très important pour moi parce que ma mère était une directrice très établie au Théâtre national pendant trente ans, mais elle gagnait la moitié du salaire de son collègue masculin. Elle a dû faire avec même si cela lui a coûté beaucoup.

Comment vivez-vous votre participation à la Semaine de la Critique de Cannes?

Je me sens privilégié car je comprends que c’est une barre latérale unique avec seulement sept films en compétition. J’aime déjà tous les critiques!

Travaillez-vous déjà sur un nouveau projet ?

Mon conscient et mon subconscient travaillent déjà sur quelque chose. Mon prochain film doit venir de ma colonne vertébrale, il doit avoir un sens. Je prépare une mise en scène d’une pièce au Théâtre national de  Reykjavik.

Après le théâtre et le cinéma, êtes-vous tenté par le drame télévisé?

La forme narrative longue concerne la littérature, la lecture de chapitres. Dans un sens, le film devient un peu trop court pour ce que nous voulons faire et les scénaristes sont beaucoup mieux à l’écrit visuellement, car ils flirtent avec l’écran. Nous réalisons également des films pour le cinéma mais beaucoup sont vus sur un écran de télévision. Tout change et nous devons nous adapter.

Rappelons que le prix SACD est remis annuellement par le Société française des acteurs dramatiques et des compositeurs, Benedikt Erlingsson a partagé son prix avec le co-scénariste Ólafur Egill Egilsson.

Firouz E. Pillet, Cannes

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 238 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*