j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Semaine de la Critique

Cannes 2024Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2024 : Le film Baby, deuxième long métrage du Brésilien Marcelo Caetano projeté dans la Semaine de la Critique, suit un jeune homme gay livré à lui-même à sa sortie de maison correctionnelle

Baby connaît sa première mondiale sur la Croisette et entraîne le public dans le monde de la prostitution masculine, de la drogue et de la combine.
À sa sortie d’un centre de détention pour mineurs, Wellington (João Pedro Mariano), dix-huit et un faciès de bébé, se retrouve seul et à la dérive dans les rues de São Paulo, sans nouvelles de ses parents et sans ressources pour commencer une nouvelle vie. Rapidement, on comprend que son père est un avocat nanti mais l’a rejeté à cause de son homosexualité. Il fait la rencontre de Ronaldo, un homme mûr qui lui enseigne de nouvelles façons de survivre. Peu à peu, leur relation se transforme en passion conflictuelle. (…)

Read More
Cannes 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2024 : présenté à la Semaine de la Critique, Simon de la montaña, le premier film de l’Argentin Federico Luis, entraîne le public dans la cordillère des Andes aux côtés d’adolescents handicapés

Simon a vingt-et-un ans. Lors d’un entretien, il se présente comme aide-déménageur. Il dit ne pas savoir cuisiner ni nettoyer une salle de bains, mais en revanche, il sait faire un lit. Depuis quelque temps, il semble devenir quelqu’un d’autre… (…)

Read More
Cannes 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2023 – Semaine de la Critique : Stranger, un court métrage hybride qui marie cinéma et musique pour une fable romantique

Présenté en Première mondiale à la Séance Spéciale Courts métrages de la Semaine de la Critique, Stranger est tout d’abord un ouvrage collectif qui s’est réalisé par agrégation d’envies et idées artistiques, de rencontres et de moyens de production. Le résultat est un objet cinématographique hybride qui plonge les spectateurices dans une atmosphère post-confinement, empli d’une énergie vitale à réanimer dans une période où les connexions avec les autres, mais surtout avec soi-même, semblent difficiles à renouer. (…)

Read More
Cannes 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2023 : Présenté en compétition à la Semaine de la Critique, Le Ravissement, d’Iris Kaltenbäck, dépeint un drame amoureux et un désir existentiel de maternité

Écrit par la réalisatrice, le scénario se concentre sur Lydia, une jeune trentenaire menant une brillante carrière de maïeuticienne qui peine à trouver un équilibre dans sa vie sentimentale. En effet, Lydia (Hafsia Herzi) excelle comme sage-femme très investie dans son travail mais est en pleine rupture amoureuse suite à l’infidélité de son compagnon. Elle erre dans les bus franciliens la nuit, captée par son travail pour noyer son chagrin. Une nuit, le bus arrivé en bout de course, Lydia se retrouve à Bagnolet à attendre un taxi : Milos (Alexis Manenti, César du meilleur espoir et Lumière de la révélation en 2020 pour Les Misérables), le chauffeur du bus, lui propose de l’attendre avec elle . Ce sera une nuit sans lendemain … (…)

Read More
Cannes 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2023 : Inshallah A Boy (Inchallah un fils), présenté en première mondiale à la 62ème Semaine de la Critique, est le tout premier long métrage jordanien sélectionné à Cannes

Dans ce premier long-métrage du cinéaste jordanien d’origine palestinienne, Amjad Al Rasheed suit le quotidien d’une jeune veuve qui se heurte aux lois patriarcales de son pays sur la succession, car les fils héritent. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / KulturLocarno 2022

Locarno 2022, Semaine de la critique – Rencontre avec Elwira Niewiera et Piotr Rosołowski pour The Hamlet Syndrome, un film édifiant sur le trauma de la guerre

On entre dans le vif du sujet dès les premières images de la révolution du Maïdan, prises au plus près des protagonistes, dans une nuit très esthétique, illuminée par les feux de la révolte, et une voix qui fait résonner Hamlet :
Être ou ne pas être, telle est la question. Est-ce à l’âme plus de noblesse que de la fortune les outrages endurer, plutôt que de prendre les armes contre une mer de souffrance, de combattre et de les achever ? Mourir, dormir, rien de plus. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Sortie sur les écrans romands de Petite nature (Softie) de Samuel Theis ou l’histoire d’un petit gars délicat dans un monde social de brutes

ohnny (formidable Aliocha Reinert) a dix ans, une mère à la vie intime instable, une petite sœur dont il doit s’occuper et un grand frère qui vit sa vie d’adolescent en stabulation libre. C’est un enfant que sa mère qualifie de « mature et malin », ce qui n’est pas étonnant vu les responsabilités qui lui incombent dans cet environnement familial. Intelligent, sensible, curieux, il observe, toujours aux aguets des histoires des adultes qui l’entourent. Il habite dans une cité HLM en Lorraine, mais, comme à l’école, peine à s’intégrer et se faire accepter par les autres. En début d’année scolaire, il intègre la classe de Monsieur Adamski (Antoine Reinartz), un jeune titulaire qui a suivi dans la région sa compagne Nora (Izïa Higelin) mutée au Centre Pompidou-Metz. Le jeune professeur établit dès la première rencontre un contact que l’on sait immédiatement qu’il va devenir privilégié. S’il y a quelques faiblesses dans ce film, c’est sur ce genre de gros traits narratifs qui rendent le spectateur trop passif et l’histoire à chaque étape attendue, ce qui n’empêche pas le propos de Petite nature d’être tout à fait pertinent dans sa dimension sociale. Le jeune professeur va prendre sous aile Johnny, lui ouvrir l’horizon des possibles et lui donner confiance en lui pour opérer un acte d’émancipation au déterminisme social et familial. L’effet dramaturgique moins intéressant et cousu de fil blanc, même s’il est vraisemblable, est le processus de transfert mi-paternel mi-amoureux de Johnny envers son pygmalion et de la fixation qu’il va faire sur lui.
(…)

Read More
Cannes 2021Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2021 :Libertad, de Clara Roquet, présenté à la Semaine de la Critique, peint un magnifique portrait d’une adolescente, entre révolte envers le carcan familial et identification à ses pairs

La cinéaste catalane Clara Roquet séduit le public de la Croisette avec son premier long métrage, Libertad, présenté à la Semaine de la Critique. Se déroulant pendant un été sur la Costa Brava où la famille Vidal décide de se retrouver dans leur résidence d’été pour passer le dernier été avec la matriarche de la famille, qui souffre de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé, Libertad suit les journées et les soirées de Nora (Maria Morera Colomer, que les cinéphiles ibériques ont découvert dans La vida sense la Sara Amat en 2019), quinze ans. Un âge difficile à vivre, où le corps change mais n’est pas encore devenu celui d’une femme, un âge où pourtant on souhaite pouvoir sortir, aller danser en boîte, flirter avec les garçons.
(…)

Read More
Cannes 2021Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2021 : Rien à foutre, premier long métrage d’Emmanuel Marre et Julie Lecoustre, présenté dans La Semaine de la Critique, nous invite à décoller dans l’intimité d’une hôtesse de l’air

Cassandre (Adèle Exarchopoulos), vingt-six ans, est hôtesse de l’air dans une compagnie low-cost. Vivant au jour le jour, elle enchaîne les vols en Europe, les fêtes bien arrosées et les rencontres sans lendemain, fidèle à son pseudo Tinder «Carpe Diem». Une existence sans attaches, en forme de fuite en avant, qui la comble en apparence. Alors que la pression de sa compagnie redouble, Cassandre finit par perdre pied. Saura-t-elle affronter les douleurs enfouies et revenir vers ceux qu’elle a laissés au sol ?
(…)

Read More
Cannes 2021Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2021 Une jeune fille qui va bien, premier long métrage de Sandrine Kiberlain, présenté en compétition à la Semaine de la critique offre un fin portrait d’une jeune fille juive pendant l’occupation

(…)
Paris, été 1942 Irène (Rebecca Merder, de la Comédie française) est une jeune fille juive pétillante de dix-neuf ans. Sa famille la regarde découvrir le monde avec bienveillance et l’entoure d’un amour inconditionnel. Son père, André (André Marcon) est à la fois aimant, à l’écoute et soucieux de l’avenir de ses deux enfants, Irène et Igor (Anthony Bajon) alors que les mesures prises par le gouvernement de Vichy à l’encontre des familles juives deviennent de plus en plus marquées. La grand-mère, Marceline (Françosie Midhoff) écoute les confidences de ses petits-enfants, les conseille et les rassure.
(…)

Read More