La 6e édition du Festival international du film de Duhok au Kurdistan d’Irak (20-27 octobre 2018)

Il est des endroits où, spontanément, on s’étonne qu’une telle manifestation ait ses quartiers, et ceci depuis déjà 6 ans ! La région est certes autonome mais politiquement peu stable comme le montre l’échec il y a un an du référendum pour l’indépendance – qui a engendré de graves problèmes économiques pour les 3 provinces du Kurdistan autonome – et la récente campagne électorale pour les législatives du parlement du Gouvernorat. Cette région est connue, hors des frontières irakiennes, principalement pour sa force de sécurité, les Peshmergas, qui combattent l’État islamique autoproclamé avec succès et recrutent des milices autonomes, également composées de femmes, des minorités religieuses des Yézidis ou chrétienne de Qaraqosh.
Comme nous pouvons le constater partout et tous les jours, en « Occident » y compris, les premiers espaces attaqués par les idéologies dogmatiques sont ceux de l’expression et de la communication, dont la culture et le journalisme sont les fers de lance. Il est donc réjouissant de savoir qu’un festival reconnu à l’international s’est installé dans cet espace, interroge nos réactions spontanées, se désenclave et se positionne sur la carte du monde en nous ouvrant les portes d’une région tourmentée depuis des siècles, à cheval sur quatre pays – l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie.
(…)

Lire la suite

Les réalisatrices à l’honneur de la 15è édition des Giornate degli Autori de la Mostra de Venise 2018

La 15è édition des Giornate degli Autori, également nommées Venice Days, qui ont lieu pendant le Festival du film de Venise offre, comme chaque année, un riche programme qui complète à merveille la sélection officielle, en privilégiant les œuvres audacieuses et promouvant la diversité du cinéma indépendant mondial.
(…)
Comme de nombreux festivals de cette année 2018, une place de choix est réservée aux femmes, que ce soit devant ou derrière l’écran : six des onze films sélectionnés ont été réalisés par des femmes, et de manière générale les protagonistes féminines jouent un rôle crucial dans les films présentés. Les organisateurs insistent sur un point, qui fait d’ailleurs contre-point définitif à la déclaration totalement ridicule de Thierry Frémaux en 2012 qui, en voulant justifier le fait qu’il n’y ait pas une seule réalisatrice dans la compétition officielle de Cannes, disait:
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : « »Woman at War « de l’Islandais Benedikt Erlingsson, remporte le prix SACD – Rencontre

Dans Woman at War, son deuxième film, présenté à la Semaine de la Critique, après l’œuvre encensée Of horses and men (Des chevaux et des hommes) Benedikt Erlingsson se concentre sur une femme (Halldóra Geirhađsdóttir) qui part sur terre pour une mission environnementale dont l’objectif est de protéger les Highlands d’Islande, tout en essayant d’adopter un enfant. Le film était au programme de la section parallèle de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes.
(…)

Lire la suite

La Belle et la meute de la cinéaste tunisienne Kaouther Ben Hania fait l’ouverture d’ALFILM 2018

Le festival du film arabe de Berlin – ALFILM (du 11 au 18 avril 2018) – s’ouvre ce mercredi 11 avril à 19h au cinéma Arsenal avec le film de Kaouther Ben Hania, La belle et la meute (en présence de l’actrice principale Mariam Al Ferjani), qui avait eu sa Première au festival de Cannes 2017 dans la section Un certain regard. Cette terrible histoire est librement adaptée de l’ouvrage Coupable d’avoir été violée (Ed. Michel Lafon) de Meriem Ben Mohamed qui relate un fait divers qui avait bouleversé la Tunisie post-révoltes, celui d’une étudiante violée par des policiers et le cauchemar qui s’en suit pour que justice lui soit faite. Très habilement, la réalisatrice pose son récit sur une seule nuit pendant laquelle le spectateur est immergé avec victimes dans les couloirs kafkaïens des institutions tunisiennes. En 2018, avec les révélations qui secouent le monde entier depuis l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo, il est remarquable de constater que, malgré des spécificités sociétales et politiques locales, ce film a des résonances tout à fait universelles.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – du 15 au 25 février, la chasse à l’Ours d’or est ouverte !

Avec ses 385 films – de tous genres et formats – présentés dans 12 sections, la Berlinale reste le festival qui rend le plus justement un instantané de l’état du monde et des évolutions artistiques cinématographiques. Toujours très politique, il s’empare des sujets qui agitent l’actualité mais permet également de dévoiler des réalités qui ne font pas la Une de nos différents écrans. C’est également à Berlin que les évolutions cinématographiques s’exposent sans peurs, dans toutes les sections, compétition comprise, mais il est vrai principalement dans une section ouverte à toutes les expérimentations, celle gérée par l’Institut allemand du film et de l’art de la vidéo – Arsenal.
(…)

Lire la suite