j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Cannes 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cannes 2023 : présenté en Séances spéciales, le court métrage Extraña forma de vida (Strange Way of Life), de Pedro Almodóvar, triomphe avec un western queer sensuel qui fait la part belle au désir

Habitué de la Croisette, le réalisateur espagnol revient à Cannes avec son nouveau court métrage interprété par Ethan Hawke et Pedro Pascal en couple d’ex-amants du Far West.

— Ethan Hawke – Extraña forma de vida (Strange Way of Life)
Image courtoisie Festival de Cannes

Le sol aride du Far West s’étend à perte de vue. Au loin se distingue la silhouette d’un cow-boy qui avance, déterminé, faisant galoper sa monture. Silva (Pedro Pascal) traverse le désert qui sépare le Mexique des États-Unis, officiellement pour sauver son fils accusé d’homicide. C’est l’occasion pour lui de retrouver Jake (Ethan Hawke) qu’il a connu vingt-cinq ans plus tôt lorsqu’ils étaient tous deux tueurs à gages. Les soupçons qui pèsent sur son fils ne semblent pas être sa seule motivation de ces retrouvailles. Incarnant de manière virile ce ténébreux cowboy solitaire à la veste verte, Pascal fait galoper son cheval à grandes foulées vers une bourgade éloignée de l’Ouest appelée Bitter Creek. Bien qu’ils ne se soient pas vus depuis de nombreuses années, il est donc clair que les sentiments sont toujours vivaces, débordent et tous comprennent qu’ils doivent raviver cette idylle de jeunesse pour continuer cette histoire du passé qui paraît reprendre aussitôt.

Pour Extraña forma de vida, Pedro Almodóvar souhaitait répondre à la question posée dans Brokeback Mountain (Le Secret de Brokeback Mountain). Que peuvent faire deux hommes ensemble dans un ranch ?  Silva répond à Jack : « Se protéger, veiller l’un sur l’autre ». Des actes simples, humains et emplis d’empathie. Mais pour celles et ceux qui verront dans le court métrage une suite au film d’Ang Lee, Pedro Almodóvar a aussitôt précisé :

« Pour le reste, mon film est complètement indépendant de Brokeback Mountain. Il est aussi tout à fait différent des westerns européens, comme ceux de Sergio Leone qui ont bouleversé le genre. J’ai voulu faire un western dans un style « classique »mais où je parle du désir vécu entre deux cowboys. »

Regrettant que le style western ait été quelque peu laissé à l’abandon ces dernières années et constatant que le sujet de l’homosexualité y demeure peu abordé – on songe aux rares exemples comme le film de Jane Campion, The Power of the Dog, ou la sexualité des personnages est ambigüe, mais sans relation sexuelle entre les personnages – le cinéaste ibérique a voulu redonner ses lettres de noblesse à ce genre très américain en abordant ces sujets qui constituent, selon Pedro Almodóvar, une excellente thématique dramatique.

Dans Extraña forma de vida, le réalisateur a peaufiné l’esthétique en portant une attention particulière aux détails : tenues vestimentaires, décors extérieurs comme intérieurs, mobiliers, regards. Pedro Almodóvar s’inscrit à contre-courant des injonctions du genre, ses cowboys étant tous habillés en Yves Saint Laurent. Bel hommage au styliste ! Pour l’anecdote, c’est la maison de luxe qui a financé le projet. À l’opposé des classiques du western, peu de coups de feu retentissent pour laisser place à deux hommes amenés à être réunis dans le même ranch.

À propos de désir, on se laisse entraîner avec bonheur et plaisir dans ce court métrage qui éveille nos sens, mais nous laisse décontenancé.es, notre désir inassouvi… On aurait tant voulu que cette histoire se poursuite, sans voyeurisme, sous nos yeux séduits.

— Ethan Hawke et Pedro Pascal – Extraña forma de vida (Strange Way of Life)
Image courtoisie Festival de Cannes

En l’absence de Pedro Pascal, la star montante du moment, Pedro Almodovar et l’acteur Ethan Hawke ont échangé avec le public dans une masterclass d’une trentaine de minutes. Le réalisateur est revenu sur ses choix et ses inspirations stylistiques face à un public conquis tout comme la critique.

On peut affirmer qu’Extraña forma de vida était l’un des événements de ces premiers jours du Festival de Cannes 2023. L’immense foule qui patientait sur la Croisette pour obtenir en billet en dernière minute peut en témoigner.

Était-ce un test que Pedro Almodóvar a voulu faire avant de tenter un long métrage ? L’avenir nous le dira.

Firouz E. Pillet, Cannes

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée/based Genève)

Firouz Pillet has 987 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*