Avec The Power of the Dog, Jane Campion plonge dans le western avec brio et lyrisme

Basé sur le roman éponyme de 1967 de Thomas Savage, The Power of the Dog, projeté à la dernière Mostra de Venise, suit la vie quotidienne des frères Phil (Benedict Cumberbatch) et George (Jesse Plemons) Burbank, propriétaires d’un ranch. Originaires du Montana, Phil et George Burbank ont beau être frères, ils mènent une vie diamétralement opposée. Autant Phil est raffiné, brillant et cruel, autant George est flegmatique, méticuleux et bienveillant. À eux deux, ils sont à la tête du plus gros ranch de la vallée du Montana, une région, loin de la modernité galopante du XXème siècle, où les hommes, rustres et machos, assument toujours leur virilité et où l’on vénère la figure de Bronco Henry, le plus grand cow-boy que Phil ait jamais rencontré. (…)

Lire la suite

Cry macho, de et avec Clint Eastwood, ou la célébration de la vie, du pouvoir de la confiance et de la transmission filiale

Mike (Clint Eastwood), star déchue du rodéo dans les ranchs texans, se voit confier par son patron (Dwight Yoakam) une mission a priori impossible : se rendre au Mexique pour y trouver son fils, Rafael (Eduardo Minett), un adolescent turbulent et rebelle afin de l’amener jusqu’au Texas. Il lui faudra pour cela affronter la mère de l’adolescent, Leto (Fernanda Loreto Urrejola Arroyo), une femme sulfureuse et dangereuse, la pègre mexicaine, la police mexicaines – los Federales – et son propre passé.
(…)

Lire la suite

Mostra 2021 : Old Henry, de Potsy Ponciroli, présenté hors compétition, propose un western très attendu et très décevant

Old Henry est un western d’action qui suit le quotidien, fait labeur intense le quotidien un fermier veuf, Old Henry (Tim Blake Nelson) et son fils, Wyatt (Gavin Lewis) qui vivent dans une ferme isolée et modeste dans le territoire de l’Oklahoma vers 1906. Wyatt ne cesse de crier de le laisser partir pour se lancer dans une vie plus excitante que celle de la ferme. Ils recueillent avec prudence un mystérieux homme blessé, Curry (Scott Haze) avec une sacoche pleine d’argent. Lorsqu’un groupe d’hommes prétendant représenté la loi et mené par le shérif Ketchum (Stephen Dorff) vient chercher l’argent, le fermier doit décider à qui faire confiance. Défendant le siège de sa ferme, le fermier révèle un talent insoupçonné pour la maîtrise d’armes et une stratégie de défense qui surprennent tous ceux qui remettent en question sa véritable identité.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2020 – compétition : Un western vériste de Kelly Reichardt, First Cow

L’histoire racontée par Kelly Reichardt se base sur le livre The Half-Life du romancier étasunien Jonathan Raymond, également coscénariste du film. La cinéaste ne tombe pas dans le même piège que nombre de ses confrères et consœurs consistant à transposer à l’identique une histoire ou ne pas oser mettre de la distance entre le texte original et sa propre interprétation du sujet abordé. Reichardt commence par ne prendre qu’une petite partie du livre qui lui s’étend sur de nombreuses années. Puis elle y met son regard de cinéaste, son point de vue de scénariste et offre une œuvre qui engage son artiste et fait une proposition au spectateur. C’est après tout ce que l’on demande aussi au cinéma : savoir ouvrir des univers et des champs d’idées sans négliger les sensations et la sensibilité qui traversent le tamis de lumière qui vont se refléter sur la toile.
(…)

Lire la suite

Les Cinémas du Grütli, à Genève, ouvrent un cycle consacré à Sergio Leone, « Le western ressuscité », en présence de Gian Luca Farinelli – Rencontre

(…)
Présent à Genève le lundi 28 et le mardi 29 janvier 2019, Gian Luca Farinelli nous a accordé de son précieux temps et a accepté de nous parler dans la langue de Molière : il nous donne des clefs pour décrypter la filmographie de Sergio Leone que la critique n’a pas ménagé de son vivant. Gian Luca Farinelli nous parle de l’importance de Clint Eastwood, d’Ennio Morricone, et bien d’autres encore !
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #2: Las herederas (Les héritières) / Damsel / Black 47

Deuxième jour de compétition un peu particulier puisque cela aura été l’occasion de voir le premier film du Paraguay jamais montré à la Berlinale, ainsi que deux westerns qui pour l’un a été hué et l’autre a divisé la critique.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2014: Deux films au long cours en compétition

Aujourd’hui, deux films présentés en compétition avec pour point commun d’avoir été des projets à long terme, pour des raisons différentes cependant. Le film chinois pour cause de censure a mis cinq à sortir, le tournage du film étasunien a quant à lui duré douze ans.
(…)

Lire la suite