La 32e édition du festival international du court métrage Filmfest Dresden prime un film canadien bouleversant – Physique de la tristesse de Theodore Ushev et un film allemand explosif – Masel Tov Cocktail d’Arkadij Khaet et Mickey Paatzsch

C’est avec un mélange de bravoure et de décontraction que les équipes du festival international du film court de Dresde ont livré une très réussie 32e édition, contre et vents et marées pandémiques. Repoussé d’avril à septembre, le festival n’a en aucune manière perdu de ce qui fait son charme : être un lieu de convivialité où les amoureux du cinéma peuvent échanger et se rencontrer sans protocole paralysant. Cette édition 2020 a démontré, s’il en est encore besoin, à quel point les rencontres culturelles sont importantes, non seulement pour ses côtés sociabilisant mais également pour tous les échanges d’impressions, de partages d’émotions, de découvertes de nouvelles perspectives, de nouveaux points de vue et horizons, ce qui, seul face à son écran, reste très limité et biaisé par la bulle qui se forme. La culture n’est jamais aussi pertinente que lorsqu’elle est vécue en collectivité.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017: Scris/Nescris, du Roumain Adrian Silisteanu, ou l’importance des documents

Adrian Silisteanu, directeur de photographie, est passé avec brio à la réalisation. Adrian Silisteanu est diplômé de l’Université des médias de Bucarest, département de la photographie en 2003. Son premier film, Hooked (2008), a également été le premier film de Silisteanu en tant que cinéaste. En 2012, Silisteanu a dirigé son premier court métrage, The Ditch (Santul) (2012). Il a également travaillé avec le célèbre directeur de théâtre roumain Silviu Purcarete pour son film Somewhere in Palilua (2012) et il a été cinéaste pour les deux saisons de la version roumaine de HBO TV in treatment (2010-2012). Son film Written / Unwritten (2017) a été projeté dans une kyrielle de festivals : à IFF Rotterdam, Tampere FF. à Bruxelles, à Odense, et ces jours-ci au FIFF de Namur.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017 : Féfé Limbé, de Julien Silloray, ou le cri d’amour d’un grand enfant de soixante printemps

Féfé Limbé (2016), court métrage de Julien Silloray, est une belle surprise das la programmation des courts métrages du FIFF 2017. Féfé Limbé sort des sentiers battus habituellement par les cinéastes, s’intéressant à la recherche affective d’un adulte plutôt que celle d’un adolescent ou d’un jeune adulte. Julien Silloray poursuit son travail cinématographique entamé avec Ma manman d’lo (2014) et Princesse (2013).
(…)

Lire la suite

Une semaine de cinéma francophone à Berlin

Berlin en décembre, c’est le temps des marchés de Noël – environ 80 pendant toute la période de l’avent, sans

Lire la suite