Le Festival « Filmar en América Latina » souffle ses vingt bougies du 16 novembre au 2 décembre 2018 à Genève et en France voisine

Voici deux décennies que le festival FILMAR en América Latina a vu le jour. Ce festival, devenu dorénavant incontournable,  fêtera ses vingt ans du 16 novembre au 2 décembre 2018.

Les organisateurs de cette manifestation ont choisi de consacrer un budget plus important afin de pouvoir accueillir plus d’invités, vingt-six pour cet anniversaire : réalisateurs, réalisatrices, acteurs, actrices, producteurs et productrices venus d’Europe et d’Amérique latine que le public pourra rencontrer. Les festivaliers-ères découvriront quelques nonante œuvres cinématographiques, une exposition d’affiches de films, et assisteront à d’autres temps forts, dont une table-ronde sur les défis de filmer en Amérique latine de nos jours ainsi que divers débats.

En créant des liens avec d’autres acteurs et actrices culturels, FILMAR prouve son ancrage dans le tissu genevois.

souligne le Maire de Genève, M. Sami Kanaan, Conseiller administratif en charge de la Culture et des Sports.

Sous la houlette de sa directrice, la réalisatrice genevoise d’origine chilienne Vania Aillon (rencontrée l’année passée par j:mag à l’occasion de son arrivé à la direction du festival ), FILMAR prendra ses quartiers à Genève, au Petit-Lancy, à Carouge, Plan-les-Ouates, Versoix, ainsi qu’en France voisine à Annemasse, Ferney-Voltaire, Gex et St-Julien-en-Genevois.

Révélateur de talents, le Festival FILMAR en América Latina proposera, dans la section FOCUS SUD, huit films en compétition pour le Prix du Public et huit premières œuvres de cinéastes dans la section OPERA PRIMA.

FILMAR donne du prestige à des cinéastes et à des films de tous les pays du continent y compris les plus petits

affirme Jean-Pierre Gontard, président de l’Association Cinéma des Trois Mondes, qui chapeaute le festival depuis sa création. A l’occasion de cet anniversaire, j:mag a eu le plaisir de rencontrer le Président de Filmar qui nous a donné son éclairage sur la situation tant culturelle que politique de divers pays.

Au fil des ans, le festival est devenu la manifestation consacrée aux cinématographies d’Amérique latine la plus importante de Suisse, affichant une fréquentation croissante en vingt ans :

Le festival FILMAR a permis de voir l’évolution des 20 dernières années du cinéma latino-américain. Avec plus d’un millier de films présentés, le public a pu suivre la carrière de cinéastes dont Pablo Trapero, Fernando Pérez, Fernando Solanas, Patricio Guzmán, Walter Salles, Arturo Ripstein, Lucrecia Martel, Sergio Cabrera, Pablo Larraín. Ces dix dernières années, le festival a invité 159 cinéastes, acteurs, actrices, producteurs et productrice.

rappelle Gérard Pérroulaz, co-fondateur de FILMAR.

Jean-pierre Gontard ajoute que les organisateurs du festival ont demandé à Edouard Waintrop quels étaient les cinq films incontournables de la production latino-américaine depuis ces vingt ans; ainsi,  « le public pourra également revoir cinq long-métrages culte, grâce à la carte blanche offerte à Edouard Waintrop, actuel directeur des Cinémas du Grütli et ancien Délégué de la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes ».

La 20ème édition de FILMAR s’ouvrira le vendredi 16 novembre à 19h00 à l’Auditorium Arditi, avec le film doublement primé lors de la dernière Berlinale Las herederas [Les héritières, 2018; (critique j:mag)], du cinéaste paraguayen Marcelo Martinessi, en présence du Maire de Genève M. Sami Kanaan, de Mme Michelle Bachelet, ancienne Présidente du Chili, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, de Mme Catherine Schumperli Younossian, Secrétaire générale de la Fédération genevoise de coopération et du réalisateur Marcelo Martinessi.

Vingt-six invités à rencontrer

Les spectateurs ont rendez-vous avec les producteurs Gema Juárez Allen (Argentine) et Dan Wechsler (Suisse), l’actrice et réalisatrice argentine Ana Katz, les scénaristes et réalisateurs Bernardo et Rafael Antonaccio (Uruguay), les cinéastes Álvaro Aponte-Centeno (Porto Rico), Rodrigo Barriuso (Cuba), Gonzalo Justiniano, Ignacio Juricic Merillán, Andrés Lübbert (Chili), Juan José Lozano, Jorge Cadena, Felipe Monroy (Colombie), Leonardo D’Antoni(Argentine), Álvaro Delgado–Aparicio (Pérou), Marcelo Martinessi (Paraguay), l’actrice et le réalisateur boliviens Andrea Camponovo et Martín Boulocq, les réalisateurs Natalia Cabral et Oriol Estrada (République dominicaine et Espagne), les réalisatrices Violeta Ayala et Lula Gómez (Bolivie et Argentine), la co-scénariste et dessinatrice colombienne Powerpaola et l’actrice franco-colombienne Mélanie Delloye-Betancourt, ainsi qu’avec le directeur des Cinémas du Grütli Edouard Waintrop et le critique de cinéma Bertrand Bacqué (France).

La cérémonie de clôture se tiendra le dimanche 2 décembre à L’Alhambra de Genève, lieu où a abrité les débuts du festival. La fête du 20ème anniversaire de FILMAR commencera à 15h00 par un ciné-concert familial, un Tango Queer et des activités pour enfants. Elle sera suivie à 18h00 par la remise du Prix du Public FOCUSSUD et du Prix du Jury des Jeunes OPERA PRIMA. Le film de clôture sera La reina del miedo de Valeria Bertucelli et Fabiana Tiscornia (Argentine, 2018).

Firouz E. Pillet

www.filmaramlat.ch

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 237 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

2 pensées sur “Le Festival « Filmar en América Latina » souffle ses vingt bougies du 16 novembre au 2 décembre 2018 à Genève et en France voisine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*