Mostra 2021 : Competencia oficial, de Gastón Duprat et de Mariano Cohn, apporte et réflexions existentielles sur les métiers de cinéaste et d’acteurs

Le nouveau film du duo formé par les Argentins Mariano Cohn et Gastón Duprat est présenté en Compétition Officielle de la Mostra de Venise et concourt pour décrocher le fameux Lion.

— Antonio Banderas, Penélope Cruz et Oscar Martínez – Competencia oficial
Image courtoisie La Biennale di Venezia (© Manolo Pavon)

En quête de reconnaissance et de prestige social, un homme d’affaires milliardaire (José Luis Gómez) aspire à monter au panthéon des mécènes artistiques (d’ailleurs, l’homme d’affaires s’intéresse à brancher sa fille, interprétée par Irene Escolar, dans cette production prestigieuse) et décide de réaliser un film qui laisse son empreinte. Pour ce faire, il engage les meilleurs : un casting stellaire formé par la célèbre réalisatrice Lola Cuevas (Penélope Cruz) et deux acteurs de renom, tous deux énormément talentueux, mais avec un ego encore plus grand : Felix Rivero (Antonio Banderas), acteur hollywoodien et infatigable homme à femmes, et Iván Torres (Oscar Martínez), illustre interprète du radicalisme théâtre, plus introverti. Les deux légendes, mais pas vraiment en bons termes. À travers une série de défis de plus en plus excentriques lancés par Lola, Felix et Iván doivent affronter non seulement l’un l’autre, mais aussi leur héritage artistique.

Le titre du nouveau film du duo de cinéastes argentins formé par Mariano Cohn et Gastón Duprat, basé sur un scénario écrit par le tandem accompagné par Andrés Duprat, le frère de Gastón, –, fait allusion au monde des festivals de cinéma, un univers enclin à l’emphase, à l’exaltation, à la rivalité, aux sourires de façades qui cachent souvent des rancœurs et des coups bas en coulisses, et à une certaine banalisation de l’art.

Competencia oficial laisse les spectateurs assister avec bonheur aux combats de coqs que se livrent deux acteurs renommés – Felix Rivero et Iván Torres – figures antagonistes auxquelles ils donnent vie. Dans une savoureuse et truculente mise en abyme du métier de cinéaste – en l’occurence de réalisatrice – et d’acteurs, Competencia oficial livre un jeu d’acteurs exceptionnels dont on perçoit que tous ont pris du plaisir à jouer leurs personnages. Au concours d’egos entre Rivero et Torres s’ajoute un troisième sujet de discordes : la personnalité de Lola Cuevas, une cinéaste auto-rémunérée qui est habitée par une Penelope Cruz qui hyperbolise la notion d’art et offre une interprétation grandiose.

Competencia oficial de Gastón Duprat et Mariano Cohn
Image courtoisie La Biennale di Venezia (© Manolo Pavon)

Assumant une forme délibérément grotesque et caricaturale, Cohn et Duprat organisent la création de ce film au travers de neuf séances de répétition avec lesquelles la cinéaste souhaite faire travailler sur eux-mêmes les deux acteurs et par ce moyen apaiser les tensions entre eux. Dès leur première rencontre, les deux acteurs se jaugent, s’estimant supérieur à l’autre : Iván Torres revendique l’héritage psychologique de la « méthode », cette intériorisation du caractère conseillée par Stanislavski tandis que Felix Rivero  revendique une approche instinctive et spontanée.
Comme chez nombre d’artistes, il est question de frustrations et de concurrence et de soif de reconnaissance qui amène Lola Cuevas à se livrer à de nombreux soliloques au contenu existentiel qui font pourtant rire vu les formulations : par exemple, de l’incompatibilité entre maternité et vocation artistique.

Avec de tels comédiens, le tandem de réalisateurs réussit une satire à la fois acide et critique sur les frivolités et des caprices de certains cinéastes comme de certains comédiens mais qui se révèle tout autant délectable et enjouée, parfois frisant volontairement le ridicule, une satire qui a enthousiasmé tout autant la presse que les festivaliers de la Mostra.

Les deux réalisateurs se sont exprimés sur leur nouveau film

Mariano Cohn :

« Depuis quelque temps, nous voulions faire un film avec Penélope Cruz et Antonio Banderas. Finalement, nous nous sommes rencontrés à Londres pour échanger des idées et partager avec eux les germes de ce qui allait devenir l’épine dorsale de Competencia oficial. Nous avions besoin d’un troisième protagoniste et nous avons appelé Oscar Martínez, qui avait déjà participé à l’un de nos films, El ciudadano ilustre, et dont Penélope et Antonio ont beaucoup aimé le travail. »

Gastón Duprat :

« Il existe de nombreux exemples cinématographiques qui montrent comment un film est fait, les problèmes de production et les difficultés liées à la réalisation d’un projet. Mais le plus singulier dans un film, c’est ce que les acteurs parviennent à susciter : nous faire pleurer, nous faire rire, générer des émotions. Le film enquête sur cette relation complexe et extraordinaire, généralement cachée à la vue du grand public. L’œuvre révèle comment ces trois talents d’acteur parviennent à exciter les spectateurs, tout en abordant des questions telles que le processus de création artistique, la compétence professionnelle, l’ego et le besoin de prestige et de reconnaissance. »

Firouz E. Pillet, Venise

© j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 563 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*