Mostra 2022 – Settimana Internazionale della Critica : Aus meiner Haut (Skin Deep) d’Alex Schaad joue avec la notion de transfert corporel

Le monde artistique regorge de représentation de transferts corporels, allant de Kafka et sa Métamorphose à la radicalité de certaines performances de body art, en passant par le cinéma comique, d’action ou d’horreur. Alex Schaad évacue tous les clichés de genre et prend un chemin plus contemporain avec, pour point de départ, la réflexion sur la fluidité des identités qui débouche sur des questions existentielles : est-ce que notre corps détermine notre identité ? Peut-on s’épanouir dans une autre enveloppe corporelle quand notre âme s’enfonce dans le bleu du mal-être ? Existe-t-il une plasticité du corps qui lui permettrait de s’adapter à notre personnalité ? Est-on prisonnier.ère du regard des autres ? De son propre regard sur soi ? Quid quand on tombe dans le bain de narcisse ? (…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Compétition jour #3 : Fatih Akin revient à la compétion avec un film sidérant de violence, Der Goldene Handschuh

À sa décharge, précisons tout de suite que l’histoire est vraie et que le scénario est basé sur le livre – bestseller en Allemagne – qu’a consacré Heinz Strunk au cas du meurtrier en série Fritz Honka qui a sévit à Hambourg dans les années septante.
Le film est présenté comme un film d’horreur (lire ce que dit Akin sur le genre dans la „quote of the day“). Oui peut-être, mais un film d’horreur réaliste, pas seulement parce que l’histoire est vraie mais plutôt parce qu’elle est mise en scène de telle manière que l’effet cinéma que l’on peut ressentir dans le genre s’efface au profit de l’horreur bien palpable. En cela, le film est une réussite, même s’il ne manquera pas de polariser.
(…)

Lire la suite