L’immensità, le quatrième film d’Emanuele Crialese, relate l’histoire très personnelle d’une jeune fille qui se sent comme un garçon dans les années septante à Rome

Clara (Penélope Cruz) et Felice Borghetti (Vincenzo Amato) ne s’aiment plus mais sont incapables de se quitter. Clara est espagnole et avait rencontré Felice alors qu’il vivait en Espagne. Comme elle était tombée enceinte, le couple s’était marié et Clara avait suivi Felice en Italie. Dorénavant éloigné de sa famille, les disputes sont quotidiennes et Clara subit la violence de Felice, allant jusqu’à imposer, au nom du devoir conjugal, des rapports non consentis à sa femme, qui, résignée et docile, s’exécute. Désemparée, Clara trouve refuge dans la relation complice qu’elle entretient avec ses trois enfants, en particulier avec l’aînée, Adriana (Luana Giuliani, la révélation du film !), née dans un corps qui ne lui correspond pas. Tout le monde surnomme affectueusement l’aînée de la fratrie Adri mais Adri exige que l’on l’appelle Andrea. Faisant fi des jugements, Clara va donner beaucoup d’amour et de tendresse à ses enfants, mais aussi leur insuffler de la fantaisie et de la passion en leur transmettant le goût de la liberté, au détriment de l’équilibre familiale. Emprisonnée dans sa condition de femme au foyer, tributaire de son mari qui ramène le salaire, Clara s’octroie quelques bouffées d’oxygène dans son univers étriqué, tentant de se libérer du joug marital et de s’émanciper en emmenant ses enfants au cinéma au volant de sa Topolino. (…)

Lire la suite

Les Miens, de Roschdy Zem livre un pan intime de l’acteur-réalisateur. Rencontre (audio)

Écrit par Roschdy Zem et Maïwenn, le scénario est centré sur Moussa (Sami Bouajila) qui a toujours été doux, altruiste, présent et bienveillant pour sa famille, à l’opposé de Moussa, son frère Ryad (Roschdy Zem), présentateur télé à la grande notoriété qui se voit reprocher son égoïsme par son entourage. Seul Moussa prend sa défense, lui qui éprouve pour son frère une grande admiration, mais un jour, Moussa chute et se cogne violemment la tête. Il souffre d’un syndrome frontal qui le rend du jour au lendemain méconnaissable pour ses proches : il parle désormais sans filtre et balance aux membres de sa famille leurs quatre vérités. Il finit ainsi par se brouiller avec tout le monde sauf avec Ryad (Roschdy Zem) qui le défend et prend soin de lui. (…)

Lire la suite

Avec Ariaferma, Leonardo Di Costanzo, pénètre et interroge les arcanes des relations humaines dans l’espace étriqué d’une prison sur le point de fermer. Rencontre

Accrochée aux montagnes sardes, une prison vétuste est en cours de démantèlement quand le transfert de douze détenus est brutalement suspendu pour des questions administratives. Gargiulo (Toni Servillo), le surveillant le plus expérimenté, est alors chargé de faire fonctionner la prison quelques jours encore, en équipe réduite. Quant à Lagioia (Silvio Orlando), c’est un prisonnier respecté de tous ses comparses qui finit de purger une longue peine. Ce nouveau contexte carcéral inhabituel lui laisse entrevoir la possibilité de faire entendre les revendications des quelques détenus en sursis… Peu à peu, dans un temps suspendu, prisonniers et officiers inventent une fragile communauté. (…)

Lire la suite

TIFF 2022 – Autobiography de Makbul Mubarak questionne le concept de loyauté et de figure paternelle dans un contexte dictatorial

Nul besoin d’être spécialiste de l’Indonésie pour comprendre l’histoire contée par le critique de film indonésien devenu réalisateur, Makbul Mubarak. La soif de pouvoir, l’emprise d’une figure autoritaire sur son entourage, le respect instillé par la peur qu’elle inspire, en résumé des comportements largement partagé dans le monde, que ce soit dans la sphère du privé comme dans l’espace public. (…)

Lire la suite

Mostra 2022 : Blonde, d’Andrew Dominik, présenté en compétition, était incontestablement l’un des films les plus attendus de cette édition

Pour pouvoir découvrir Blonde, le biopic signé Andrew Dominik, il fallait patienter puisque la Mostra avait choisi de montrer ce film à la fin du programme des festivités. Mais la patience et l’attente ont été grandement récompensées.
Basé sur le roman à succès de Joyce Carol Oates, Blonde réinvente avec audace la vie de l’une des icônes les plus durables de Hollywood, Marilyn Monroe. De son enfance instable en tant que Norma Jean, en passant par son ascension vers la célébrité et ses enchevêtrements romantiques, Blonde brouille les lignes de fait et de fiction pour explorer la fracture croissante entre son moi public et privé. Andrew Dominik souligne ses intentions en élaborant ce biopic : (…)

Lire la suite

Mostra 2022 : Padre Pio, d’Abel Ferrara, présenté en première mondiale aux Giornate degli Autori, met en parallèle les tourments du saint avec les turpitudes vécues par le peuple italien

Le nouveau film du réalisateur américain, qui a vécu un certain temps à Rome, a été présenté en première mondiale aux Giornate degli Autori lors de la Mostra de Venise 2022.
Né Francesco Forgione dans le sud de l’Italie à la fin du XIXe siècle, Padre Pio (Shia LaBeouf) a suscité à la fois dévotion et controverse tout au long de sa vie. Il est devenu célèbre dans le monde catholique pour avoir présenté des stigmates, ces blessures de crucifixion correspondant à celles du corps de Jésus-Christ, qui ont amené le Saint-Siège à le sanctifier. Rappelons pour les spectateurs qui méconnaîtraient sa biographie que Padre Pio, mort en 1968 à l’âge de quatre-vingt-un ans, a été béatifié par le pape Jean-Paul II en 1999, puis canonisé en 2002. (…)

Lire la suite

Mostra 2022 – Orizzonti Extra : Goliath d’Adilkhan Yerzhanov, un western machiavélique dans le Far-East kazakh !

Une des particularités du cinéma kazakh est de pouvoir jouir de paysages extraordinaires à perte d’horizon, ce dont tou.te.s les cinéastes du pays tirent avantage dans leur narration visuelle. Aydar Sharipov, le directeur photographie de Goliath, ne fait pas exception, d’autant plus que le film d’Adilkhan Yerzhanov se revendique du western moderne ; il s’ouvre donc sur des panoramiques soutenus par le son guttural de psalmodies chamaniques. (…)

Lire la suite

Mostra 2022 : Hanging gardens (Janain Mualaqa), du cinéaste irakien Ahmed Yassin Al Daradji, présenté dans Orizzonti Extra, plonge le public dans le labeur des chiffonniers de Baghdad

Hanging Gardens (Janain Mualaqa) s’ouvre sur une vue panoramique de décharges à ciel ouvert puis la caméra d’Ahmed Yassin Al Daradji se rapproche de silhouettes que l’on distingue difficilement dans les fumées de poussière et de saleté. On songe aux chiffonniers du Caire, ensuite, on réalise qu’au vu des vastes étendues qui entourent cette gigantesque décharge, nous nous trouvons dans un autre pays du Moyen-Orient : l’Irak. Une discrète indication en bas de l’image à droite vient nous le confirmer : « Baghdad 2021 ». (…)

Lire la suite

Mostra 2022 : Trenque Lauquel, de Laura Citarella, présenté dans la section Orizzonti, part à la recherche d’une femme disparue à travers un film-fleuve de quatre heures

Une femme disparaît. Deux hommes se mettent à sa recherche : ils l’aiment tous les deux. Pourquoi est-elle partie ? Chacun d’eux alimente ses soupçons et les cache à l’autre qui, mystérieusement, ne s’élève jamais au rang de véritable rival.
Ni l’un ni l’autre ne sait, mais suppose. Cette évasion soudaine devient le noyau caché d’une série d’histoires que le film entremêle délicatement et harmonieusement, entraînant les spectatrices et les spectateurs à travers les paysages de l’immensité de la Pampa : (…)

Lire la suite

Mostra 2022 : Les Enfants des autres, de Rebecca Zlotowski, présenté en compétition officielle, dissèque la place de la belle-mère, offrant un magnifique rôle à Virginie Efira

Rachel (Virginie Efira), quadragénaire, sans enfant, enseigne le français dans un lycée professionnel. Elle aime sa vie et la croque à pleines dents : elle se voue à ses élèves du lycée, se consacre à ses amis, accorde du temps à son ex-compagnon, donne des cours de guitare. C’est parmi ses élèves de guitares qu’elle rencontre Ali (Roschdy Zem) dont elle tombe éperdument amoureuse et auquel elle s’attache aussitôt. Mais Rachel s’attache aussi à Leila, sa fille de quatre ans, qu’elle tenait à rencontrer. Elle la borde, la soigne, et l’aime comme la sienne. Mais aimer les enfants des autres, c’est un risque à prendre… Leila est une fillette qui, comme tout enfant en bas âge, ne ménage pas Rachel en réclamant sans cesse sa maman, Alice (Chiara Mastroianni), alors que Rachel fait tout pour se faire accepter et aimer par la petite fille. (….)

Lire la suite