Théâtre de Carouge : La fausse suivante, pièce de Marivaux mise en scène par Jean Liermier, fait rimer mariage avec argent et faux semblants – Rencontre (audio)

Lélio aime la Comtesse puisque la Comtesse lui a prêté de l’argent en lui donnant son cœur. Cependant une mystérieuse demoiselle de Paris, dont il ne connaît pas le minois mais espère déjà rentabiliser l’hymen, lui promet une dot plus confortable encore. Comme l’amour ne fonde pas le mariage, le cupide Lélio est prêt à sacrifier sa maîtresse sur l’autel d’un revenu deux fois plus important que celui assuré par les noces avec la Comtesse. Quel mauvais calcul que celui du bêta qui oublie trop vite que certaines femmes ont du courage, de l’esprit et de la vertu ! Lélio ne voit pas que le nouvel ami auquel il confie ses rêves financiers n’est autre que cette fieffée Parisienne venue enquêter, sous l’aspect d’un Chevalier séduisant, sur la valeur de celui qu’on lui destine.

La fausse suivante, jouée au TKM en janvier 2022, est proposée au Théâtre de Carouge entre février et mars 2022. Ce grand classique de Marivaux, qui a été joué la première en 1724, dénonce les rouages machiavéliques des mariages d’argent et du prétendu amour. Entre intérêts financiers, faux sentiments et trahison, la pièce de Marivaux datant du XVIIIe siècle a, à bien des égards, une tonalité résolument moderne.

— Brigitte Rosset et Christian Scheidt – La fausse suivante
Image courtoisie Théâtre de Carouge (© TKM – Laurent Pasche)

Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge, nous a accueillis dans son antre de créativité, son théâtre flambant neuf, pour nous parler de l’ingéniosité de La fausse suivante, de la malice et de l’importance du verbe chez Marivaux, des répétitions que sa troupe a eu le privilège de pouvoir faire dans les décors de la grande salle, de ses comédiens dont deux acteurs suisses, Brigitte Rosset et Christian Scheidt, truculents.

La pièce sera jouée dans la grande salle du 22 février au 6 mars 2022.

Le directeur du théâtre de Carouge a aussi invité le public à venir savourer Presque Hamlet, d’après William Shakespeare, avec Gilles Privat dans une mise en scène de Dan Jemmett, qui sera proposé dans la petite salle du 25 février au 10 avril 2022.

En fin d’entretien, Jean Liermier nous a raconté, hors microphone, les aventures rocambolesques d’un renard féru de culture qui avait établi ses pénates dans le chantier du futur nouveau théâtre, signant de ses pattes délicates les dalles de béton fraîchement coulées, grignotant quelques mousses des sièges et se régalant des barres chocolatées destinées aux comédiens. Les aventures de cet intrépide goupil sont relatées dans le recueil intitulé Entre les briques, disponible au théâtre.
Un bien funeste destin attendait le futé renard qui avait vécu en parfaite symbiose avec les ouvriers du chantier, les membres du théâtre et le voisinage jusqu’alors quand les responsables du théâtre, pensant bien faire, avaient informé le service des gardes-faune, qui décrétait aussitôt le goupil« nuisible » donc condamnable. Mais c’était sans compter avec l’humanité de Jean Liermier et de son équipe qui sont parvenus à transporter le renard à la campagne, à l’orée d’une forêt, où, on l’espère, il coule désormais de paisibles jours ! Celles et ceux, attendris par l’histoire incroyable de ce renard, pourront observer les traces de ses pattes, immortalisées à la feuille d’or, dans le terrazzo, à côté de la billetterie.

Rencontre avec Jean Liermier, directeur du Théâtre de Carouge :

 

Firouz E. Pillet

www.theatredecarouge.ch

j:mag Tous droits réservés

Firouz Pillet

Journaliste RP / Journalist (basée à Genève)

Firouz Pillet has 708 posts and counting. See all posts by Firouz Pillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*