Play, d’Anthony Marciano, un film générationnel qui parle aux trentenaires

Ce film franco-belge, réalisé par Anthony Marciano, réunit Max (Max Boublil), Arnaud (Thomas Aprahamian), Mathias (Malik Zidi), trois amis qui se se fréquentent au collège puis resteront amis durant les années lycée, à la faculté et à l’âge adulte.

En 1993, Max a treize ans (Alexandre Desrousseaux) quand son père (Alain Chabat) lui offre sa première caméra. En cette soirée de Noël, le jeune adolescent film l’âtre de la cheminée, le sapin et les cadeaux, sa petite soeur qui découvre les siens, ses parents. Puis, filmant sa soeur dans sa chambre qu’il nomme « la tanière de la bête », il filme ensuite le fameux cake au yaourt de sa mère.
(…)

Lire la suite

Roxane – Cyrano dans le pré

Le cinéma américain adore les feel good movies, films  à recette censés faire oublier pour 90 minutes l’excrémentalisation[1] du monde. Les Français en sont tout aussi friands, dans un registre plus sincère et souvent plus original : Le Dîner de cons (1998), Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001),  Ensemble, c’est tout (2007), Intouchables (2012) ou plus récemment Le Grand bain (2019) ont gagné le cœur du public par leur fraîcheur et leur sensibilité. Roxane (2019), premier film écrit et dirigé par Mélanie Auffret a, superficiellement, tout d’un bon petit feel good movie à la française : personnages naïvement attachants au sein d’une intrigue rocambolesque, voire saugrenue.
(…)

Lire la suite

Tambour battant, le dernier film de François-Christophe Marzal, une comédie estival qui parle de rivalités entre deux fanfares sur fond de xénophobie et de droits des femmes

(…)
En ce début du printemps 1970, le petit village valaisan de Monchoux, village bucolique, niché à flanc de montagne, les habitants ont à priori tout pour être heureux – donc, Monchoux, village fictif mais qui fait allusion à une rivalité bien réelle entre deux fanfares qui a ébranlé le village de Chermignon – connaît une agitation inhabituelle. Est-ce à cause de la votation sur le droit de vote des femmes dans une bourgade où la plupart des villageois affichent des idées conservatrices et misogynes ? Ou à cause du prochain référendum sur le renvoi des étrangers, une manne bien utile, corvéable et bon marché pour effectuer les vendanges ? Nenni non point ! Les tensions croissantes qui agitent la quiétude de Monchoux proviennent de l’incapacité de la traditionnelle fanfare du village à progresser alors que la formation est candidate pour se présenter et avoir l’honneur de représenter leur commune au Festival fédéral des fanfares qui aura  lieu prochainement.
(…)

Lire la suite

Cannes 2019: Nicolas Bedos signe un deuxième film, La Belle époque  et nous surprend avec cette comédie au enlevée et joyeuse

Le film, présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2019, est le second du cinéaste. Apres son premier long métrage, Mr & Mme Adelman (2017), Nicolas Bedos nous entraine dans une comédie, enjouée et portée par une distribution de rêve.

Victor (Daniel Auteuil), un sexagénaire, affiche une grande barbe blanche de Père Noel mais surtout un air désabusé. A table avec sa femme, Margot, (Fanny Ardant) leurs fils (Michael Cohen) voit sa vie bouleversée le jour où Antoine (Guillaume Canet), un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitutions historiques, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix, une époque chérie et regrettée. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, quarante ans  plus tôt, en 1974, il rencontra le grand amour. Quand leurs invités lui demandent quelle époque il aimerait revivre,  il répond avec sarcasme «La préhistoire ; l’époque où je couchais encore avec ma femme. », déclenchant un fou rire généralisé. Il retrouve ainsi sa femme, enfin l’actrice qui l’interprète (Doria Tillier).
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : « La Gomera », de Corneliuu Porumboiu, offre un divertissement savoureux et burlesque

(…)
Corneliuu Porumboiu confirme cette tendance avec son  dernier film, un noir empli d’humour et cocasserie. La Gomera (du nom d’une île des Canaries, en Espagne)  – Les siffleurs pour les pays francophones ou The Whistlers pour les pays anglophones, un joyeux film noir regorgeant d’humour, en lice pour la Palme, truffée de motifs de genres et de références cinématographiques dont la célèbre scène de la douche de Psychose d’Alfred Hitchcock, qui suscite amusement et rires.
(…)

Lire la suite

ZFF2018 – Tel Aviv on Fire de Sameh Zoabi : quand la comédie pallie le drame

Sameh Zoabi, comme le réalisateur Elia Suleiman (Intervention divine, Le Temps qu’il reste), est Palestinien israélien et comme lui privilégie l’amertume de l’humour et l’adoucissant du surréalisme pour raconter une région aux veines ouvertes d’où coulent sans discontinuer les drames d’un peuple sacrifié.

Avec Tel Aviv on Fire, Sameh Zoabi ajoute une bonne couche de loufoque qui fait rire de bon cœur, dans un élan cathartique, et permet au spectateur qui serait insensible à la question de fond du sujet de ne pas rester au bord de la route de l’histoire, les scènes désopilantes de soap opera faisant écho dans le monde entier.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 : Humour noir décalé, servi par d’immenses acteurs, pour le dernier opus de Denis Rabaglia, Un nemico che ti vuole bene. Rencontre.

Une nuit de pluie, le professeur Enzo Stefanelli (interprété par le facétieux Diego Abatantuono qui montre encore une fois ici son immense talent) sauve sa vie à un jeune homme blessé par une arme à feu. En retour, le tueur, un tueur professionnel, promet de trouver et de tuer un de ses ennemis, quel qu’il soit. Bien qu’Enzo insiste sur le fait qu’il n’a pas d’ennemi, le jeune homme commence à en chercher un, créant le chaos dans la vie du professeur. Au début, sceptique, Enzo ouvre finalement les yeux sur sa vie et sur les gens autour de lui… Enzo sera-t-il capable d’identifier son véritable ennemi? Et comment le tueur va-t-il se comporter et devenir son seul ami? Et s’il était vrai que chacun de nous a un ennemi à éliminer?
(…)

Lire la suite

Surf Attitude – une comédie de Richard Gauteron par l’Atelier MARATHON 2018, 22-25 mai à Genève

En faillite et tous ses biens saisis en attendant une probable expulsion, un directeur de centre de coaching, adepte de sports dans le vent, hédoniste et assez utopiste, décide tout de même d’accueillir les participantes à l’atelier prévu alors qu’il n’a plus aucun animateur. Avec l’aide de sa secrétaire, bonne fille, il va proposer aux stagiaires des activités décalées sous l’œil amusé et perspicace de la femme de ménage et celui, agressif puis incrédule et finalement complice de l’huissière.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 compétition jour #5: Helle Nächte (Bright Nights) / The Party / Mr. Long

Événement dans cette journée : le film de 9h était misérable, voire misérabiliste, celui de 12h fabuleux, voire magnifique. Il serait très courageux mais parfaitement justifié, restons toutefois prudents, nous ne sommes qu’à la moitié du festival (et on attend avec impatience de voir le nouveau Kaurismäki en compétition), d’envisager de donner la récompense suprême à une comédie qui a de l’épaisseur, même si On Body And Soul reste un grand favori.
(…)

Lire la suite

Guibord s’en va-t-en guerre : un conte politique

Nous sommes plutôt habitués sur le continent européen à recevoir de la Belle-Province des films aux tons et sujets plutôt

Lire la suite