Incroyable mais vrai – La comédie la plus grand public de Quentin Dupieux

(…) Le film tourne autour de deux couples aux dynamiques opposées : Alain (Alain Chabat) et Marie (Marie Drucker), au mitan de la vie, font partie de la classe moyenne, ils emménagent dans un pavillon de banlieue des plus communs, si ce n’était cet étrange trou dans la cave. L’agent immobilier (Stéphane Pezerat) leur vend, tel un animateur de télé-achat qui met 10 minutes à expliquer quel est le clou du produit, ce trou comme une plus-value fantastique à la maison. L’autre couple est formé du chef d’Alain, Gégé, un m’as-tu-vu de première ligue, beauf à souhait, avec son amie Jeanne (Anaïs Demoustier), plus jeune que lui et propriétaire d’un magasin de lingerie. À la pendaison de crémaillère, Gégé et Jeanne ont quelque chose d’extraordinaire à révéler à leurs amis : cela leur prendra de longues minutes, se perdant dans des embrouillaminis hilarantes. Les deux bizarreries qui accompagnent désormais la vie de ces quatre protagonistes vont être la source d’une perte de contrôle totale sur le cours des choses. (…)

Lire la suite

Berlinale 2022 – Berlinale Special: Incroyable mais vrai (Incredible but true) von Quentin Dupieux

(..)In seinem neuen Film Incroyable mais vrai  werden zwei Geschichten verwoben, denen das Thema Jugendwahn und das nicht gute Umgehen mit dem Altern das Thema sind. Alain (Alain Chabat, bereits Hauptdarsteller in Réalité) und seine Frau Marie (Lea Drucker), ein in die Jahre gekommenes Ehepaar, wollen sich ein neues Haus kaufen. Als der Makler ihnen sagt, es hätte einen Mehrwert, sind sie kurz erstaunt, nehmen es aber schnell als Wahrheit zur Kenntnis: durch eine Falltür im Keller gelangen sie wieder in dieselben Räume des Hauses, aber 12 Stunden in der Zukunft und 3 Tage jünger als zuvor. Also ein Haus mit eingebauter Zeitmaschine.(…)

Lire la suite

Présenté hors compétition à la Mostra de Venise 2020, Mandibules, la nouvelle comédie déjantée de Quentin Dupieux, invite les spectateurs à suivre deux compères dans leurs aventures rocambolesques

(…)Dès ses premiers longs métrages, il répond à l’interrogation d’Alphonse de Lamartine : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme … ? »

Chez Quentin Dupieux, les objets ont, en effet, une âme, parfois effrayante , souvent inquiétante : les rites codifiés d’une bande de jeunes dans Steak (2007), le pneu psychédélique dans Rubber (Semaine de la Critique cannoise 2010), Wrong (compétition World Cinema Dramatic au Festival de Sundance 2012), Wrong Cops (Piazza Grande au Festival de Locarno en 2013), Réalité (Orizzonti à la Mostra de Venise en 2014), Au poste ! (Prix du meilleur scénario à Sitges en 2018) et Le Daim (ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs cannoise 2019).
(…)

Lire la suite