Cannes 2022 : La série Esterno notte de Marco Bellochio, projetée en sélection officielle, retrace l’assassinat d’Aldo Moro par les Brigades rouges en 1978

La projection de quelque cinq heures, divisée en deux passages par un bref entracte, de la série de Marco Bellochio et de son équipe sur la scène de la Salle Debussy, sème des indices parmi les images et les débris sonores, recréant la violente réalité des années septante dans la péninsule italienne. Dès la première séquence, le temps semble s’être suspendu alors que l’assemblée italienne se réunit pour prendre des décisions face à la menace que font peser les Brigades rouges. La caméra suit le Président des chrétiens-démocrates, Aldo Moro (Fabrizio Gifuni) qui sait la menace mais refuse d’être privilégié et d’avoir une voiture blindée. On suit Il Presidente auprès de sa famille – sa femme Eleonora (Margherita Buy) et leurs enfants Fida, Agnese, Giovanni, Anna – et lors de ses discussions avec le Pape Jean-Paul 1er (Toni Servillo). Avec dextérité et justesse, Marco Bellocchio fait se côtoyer répertoire et décor, réalité et mise en scène. (…)

Lire la suite

Mostra 2021 : La scuola cattolica, de Stefano Mordini, présenté hors compétition rappelle le massacre de Circeo en 1975

Dans un quartier résidentiel de Rome se trouve une école catholique connue et réputée, réservée aux garçons et où sont scolarisés les garçons de la meilleure classe moyenne, la bourgeoisie romaine. Les familles ont le sentiment que dans ce contexte, leurs enfants peuvent grandir à l’abri des bouleversements que traverse la société, à l’abri des tentations liées à l’adolescence et que cette éducation rigide leur ouvrira les portes d’un avenir radieux. Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1975, quelque chose se brise et cette forteresse aux valeurs inattaquables s’effondre sous le poids de l’un des crimes les plus odieux de l’époque : le crime de Circeo.
(…)

Lire la suite