Locarno 2018 : Humour noir décalé, servi par d’immenses acteurs, pour le dernier opus de Denis Rabaglia, Un nemico che ti vuole bene. Rencontre.

Une nuit de pluie, le professeur Enzo Stefanelli (interprété par le facétieux Diego Abatantuono qui montre encore une fois ici son immense talent) sauve sa vie à un jeune homme blessé par une arme à feu. En retour, le tueur, un tueur professionnel, promet de trouver et de tuer un de ses ennemis, quel qu’il soit. Bien qu’Enzo insiste sur le fait qu’il n’a pas d’ennemi, le jeune homme commence à en chercher un, créant le chaos dans la vie du professeur. Au début, sceptique, Enzo ouvre finalement les yeux sur sa vie et sur les gens autour de lui… Enzo sera-t-il capable d’identifier son véritable ennemi? Et comment le tueur va-t-il se comporter et devenir son seul ami? Et s’il était vrai que chacun de nous a un ennemi à éliminer?
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – Forum : Tiere (Animaux)

Une fois n’est pas coutume : un film suisse fait parler de lui – en bien ! – dans la section la plus exigeante du festival, le Forum où est présenté chaque année un large spectre cinématographique de genre et de nationalités.

Tiere (Animaux)

Le réalisateur helvético-polonais Greg Zglinski se joue avec ses animaux (espèce dont les êtres humains semblent ne pas être très éloignés) de toutes les frontières : physiques, territoriales, linguistiques, temporelles, du réel…

Lire la suite

Berlinale 2015 – Compétition jour #5: Humour noir en Pologne et au Chili – des rêves perdus en ex-Allemagne de l’est

Ça y est, nous tenons notre film de midi qui tient la route. Malheureusement pour lui, comme les jours précédents,

Lire la suite