Jane par Charlotte permet une rencontre entre deux femmes pudiques qui se dévoilent en toute sincérité

Pour son premier film derrière la caméra, Charlotte Gainsbourg choisit de rendre hommage à Jane Birkin – à la femme, à l’artiste, à la Muse de Gainsbourg, à l’icône des années septante mais surtout à sa mère. Charlotte Gainsbourg, équipé de sa caméra et de son appareil photo, a commencé à filmer sa mère pour la regarder comme elle ne l’avait jamais fait et pour nous la dévoiler comme Jane Birkin ne nous est jamais apparue. La pudeur de l’une face à celle de l’autre n’avait jamais permis un tel rapprochement. Mais par l’entremise de la caméra, la glace se brise pour faire émerger un échange inédit, complice, émouvant, échelonné sur plusieurs années, qui efface peu à peu les deux artistes et révèle les femmes, les mères, les filles, les sœurs, les mettant délicatement à nu dans une conversation intime inédite et universelle pour laisser apparaître une mère face à une fille. Jane par Charlotte mais aussi Charlotte face à Jane, renouant la relation mère-fille que les aléas de la vie ont parfois éloignées, sous le regard amusé de Joe, la fille cadette de Charlotte. (…)

Lire la suite

Cannes 2017: Les Fantômes d’Ismaël – le dernier film d’Arnaud Desplechin fait l’ouverture du festival

Du beau monde est attendu ce soir pour la célèbre montée des marches. De nombreux festivaliers se pressent devant l’entrée du Palais des festivals pour voir monter l’équipe du film d’Arnaud Desplechin, un film qui suit la vie tumultueuse d’Ismaël Vuillard (Mathieu Amalric) sur le point de tourner un film sur le portrait d’Ivan, un diplomate atypique inspiré de son frère. Alors que sa raison semble vaciller et que son inspiration se fait désirer, il quitte le tournage pour retrouver sa maison familiale à Roubaix, accompagné de sa nouvelle compagne, Sylvia (Charlotte Gainsbourg) et toujours assailli par ses fantômes. La disparue (Marion Cotillard) débarque dans cette villa au bord de l’océan et vient troubler la quiétude du havre où le couple a cherché refuge et où ce réalisateur essaie de travailler sur un scénario. Des cauchemars l’assaillent et il tente d’y remercier avec des cachets et du whisky.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2015 – Compétition jour #6: Le cinéma est un art – Wim Wenders l’a oublié, un film russe le rappelle!

Mais qu’arrive-t-il aux grands cinéastes allemands pendant cette Berlinale ? Werner Herzog passe du côté du cinéma grand public -ce qui

Lire la suite