Locarno 2022, Fuori Concorso : Erica Jong, breaking the wall, présenté en première mondiale à La Sala, en présence du réalisateur Kaspar Kasics, rend hommage à la féministe américaine, intervenue par zoom. Rencontre avec le cinéaste suisse

Kaspar Kasics ne connaissait pas Erica Jong ni son parcours, mais à la découverte de son livre Fear of Flying, le réalisateur suisse s’est mis à dévorer les autres ouvrages publiés par la féministe américaine, avant de la contacter pour réaliser un documentaire. Pensant qu’il s’agissait d’une lubie et que le documentaire ne verrait jamais le jour, Erica Jong lui répond poliment en riant : « Kaspar, we are going to have fun together. » (…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre avec Laurence Deonna, grande reporter, photographe, auteure, conférencière et femme libre !

S’inscrivant dans la lignée de grandes voyageuses telles Isabelle Eberhardt, Anne-Marie Schwarzenbach, Alexandra David-Neel et Ella Maillart qu’elle a bien connue, Laurence Deonna, auteure d’innombrables articles, publiés aussi bien en Suisse qu’à l’étranger, d’une quinzaine de livres et d’essais, a été grand reporter dès les années soixante. La plupart de ses livres a été traduit dans plusieurs langues et certains ont été portés au théâtre et/ou à l’écran.
Pendant près d’un demi-siècle, Laurence Deonna, a parcouru de nombreuses contrées en guerre ou sous régime totalitaire, s’affirmant comme reporter écrivaine et photographe, en risquant sa vie à capter la fureur de notre époque à travers le vécu des femmes, en Suisse et à l’autre bout du monde. Faisant toujours preuve d’une immense empathie et d’un humanisme à travers ses reportages de terrain, Laurence Deonna s’immerge au plus près des conflits et leur violence, témoignant de leur impact sur les populations civiles qui les vivent. Issue d’une famille de la haute bourgeoisie calviniste genevoise, elle se marie pour rapidement divorcer. Incitée par Jan Krugier, le galeriste pour lequel elle a travaillé et avec lequel elle a vécu cinq ans, Laurence Deonna a trente ans quand elle quitte une vie confortable et se lance en solitaire sur les routes du Moyen-Orient, des pays d’Asie centrale et d’Afrique. Elle part pour s’affranchir du carcan de son éducation calviniste, pour vivre libre mais surtout pour témoigner. (…)

Lire la suite

Laurence Deonna, libre !, de Nasser Bakhti, invite à un voyage à travers les reportages de cette féministe engagée, reporter, auteure et témoin capital d’une époque et de la condition féminine – Rencontre (audio)

Auteur, réalisateur et producteur, Nasser Bakhti travaille dans le monde audiovisuel depuis 1987. Diplômé de la Mountview Art and Drama School de Londres, il collabore comme assistant de production, puis comme directeur de production, à des films documentaires pour Channel 4 et BBC, et réalise son premier film documentaire pour Channel 4 en 1992. Il a fondé Troubadour Films avec Béatrice Bakhti, réalisatrice/monteuse en 1990. À travers tous ses films, Nasser Bakhti  a habitué ses spectateurs à côtoyer au plus près les personnes qu’il filme, de Dominique Appia, aux parents du jeune Yohann Gumy en passant par les adolescents romands, entre autres. Avec son dernier film, Laurence Deonna, libre !, Nasser Bakhti rend un hommage coloré et émouvant à Laurence Deonna, grande reporter, écrivaine, conférencière et photographe, qui a risqué sa vie à parcourir le monde pendant cinquante ans pour témoigner de la situation des femmes, en Suisse et sur plusieurs continents, mais surtout au Moyen-Orient et dans les républiques d’Asie centrale. (…)

Lire la suite

Cannes 2021 : une conférence de presse du président et des membres du jury empreinte de politique et imprégnée par la joie de retrouver le septième art

Le Festival de Cannes s’est ouvert ce mardi avec la traditionnelle conférence de presse du président, le cinéaste new-yorkais Spike lee, et les membres du jury de la compétition officielle, un jury essentiellement féminin : la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop (Grand Prix de Cannes 2019 avec Atlantique en 2019), la chanteuse Mylène Farmer, l’actrice-réalisatrice- scénariste et productrice américaine Maggie Gyllenhaal, la réalisatrice et scénariste autrichienne Jessica Hausner (Little Joe, 2019), l’actrice-scénariste et réalisatrice française Mélanie Laurent, le réalisateur-scénariste et producteur brésilien Kleber Mendonça Filho, l’acteur français Tahar Rahim et l’acteur sud-coréen Song Kang-ho.
(…)

Lire la suite

De la cuisine au Parlement, de Stéphane Goël, se penche sur le long chemin des femmes pour obtenir des droits fondamentaux : le droit de vote et d’éligibilité

Ce film propose une balade à travers un siècle d’histoire suisse, sur les traces de celles qui se sont battues pour sortir de leur cuisine – et de ceux qui ont tout tenté pour les y renvoyer – jusqu’à l’obtention d’une égalité de droit dont la réalité semble parfois encore bien fragile et menacée. Faut-il le rappeler ? La Suisse peut se targuer d’avoir été l’un des derniers pays du monde à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux femmes : Un triste record !
Réalisé en 2011 alors que l’on fêtait le quarantième anniversaire du suffrage féminin « dans une sorte d’indifférence », le documentaire de Stéphane Goël est d’abord sorti en 2012 et connaît en 2021 une seconde édition, complétée car «l’historie continue de se dérouler », comme le souligne le cinéaste. A l’opposé du désintéressement de 2011, le réalisateur constate que, dix ans après la première version, le cinquantième anniversaire du suffrage féminin est accompagnée d’une profusion d’événements, de publications, de projets et d’expositions à Berne, à Zürich et à Lausanne et mentionne qu’il décide de réaliser une seconde mouture sur l’invitation de la RTS :

Lire la suite

La fiancée du danger de Michèle Kahn, ou le destin hors du commun de Marie Marvingt

On n’ose imaginer combien de rues et de centres sportifs porteraient son nom, combien de biographies voire de films auraient été créés si Marie Marvingt (1875-1963) avait été un homme et non une sportive accomplie et une pionnière dans de nombreux domaines, méconnue, probablement parce qu’elle faisait de l’ombre à ses contemporains masculins, alors qu’elle est la femme la plus décorée de France !
Heureusement, l’écrivaine et journaliste Michèle Kahn s’est emparée du destin de cette cantalienne qui a passé une grande partie de sa vie en Lorraine où elle est morte dans l’indigence avant de tomber dans un quasi oubli. Et quand on lit ce roman biographique, genre dont l’écrivaine est devenue maître, on se demande comment cette fin et cette absence de postérité peuvent être possibles ! La liste des exploits et faits d’arme ou de journalisme de Marie Marvingt est si longue et extraordinaire que l’on se surprend à vouloir vérifier que Michèle Kahn n’en invente pas quelques-uns. Mais non, cette femme hors du commun, journaliste et infirmière, a bel et bien été aéronaute et première femme à avoir traversé la Manche en ballon, alpiniste – avec plusieurs exploits à la clef, cycliste, nageuse au long cours, détentrice de 17 titres mondiaux en sport de haut niveau (ski, bob, luge, patinage) et de 34 médailles, elle fait partie des premières femmes à passer le permis de conduire, elle devient également aviatrice et, pour finir en beauté sa vie d’aventurière, elle passe son brevet de pilote d’hélicoptère à réaction à 85 ans !

Lire la suite

La 8e édition de la Semaine des droits humains exclusivement en ligne du 23 au 27 novembre 2020

La question centrale qui occupe les esprits en cette année sans précédent depuis la Deuxième guerre mondiale pour cause de pandémie qui bouleverse la planète et agit jusqu’au cœur de ses fondements politiques, économiques et sanitaires est: qu’advient-il des droits humains en temps de crise universelle? Et surtout, quelles seront les conséquences en sortie de crise? Le respect des droits humains s’en trouvera- t-il enfin renforcé ou au contraire le changement de priorités laissera-t-il pour compte les minorités et les plus démuni.es?
La Semaine des droits humains, conçue en grande partie avec les associations estudiantines de l’université de Genève (UNIGE) se penchera cette année sur ces crises qui s’additionnent ou se croisent: crise climatique, crise économique et crise sanitaire ont toutes des conséquences tangibles sur la planète et ses habitant.es. La parole sera donnée à celles et ceux qui se mobilisent pour faire respecter les droits de chacun.e. Du 23 au 27 novembre, associations, artistes, philosophes, écrivains et auteures se relaieront en ligne pour faire part de leurs vécus, de leurs idées et de leurs combats. Un programme riche qui en raison des mesures sanitaires actuelles se déroulera uniquement en ligne.
(…)

Lire la suite

Misbehaviour de Philippa Lowthorpe – Histoire réelle d’une double lutte d’émancipation

On serait tenté de dire que le titre est l’élément le plus réussi de ce film, du moins le plus prometteur. En effet, ce jeu de mots intraduisible, qui veut dire mauvaise conduite, peut être vu à l’aune du sujet en associant les deux termes : miss et behaviour (comportement), est très caustique et engageant. Hélas, le résultat du travail de la cinéaste britannique Philippa Lowthorpe, principalement connue pour ses réalisations de télévision (The Other Boylen Girl, Three Girls, The Crown), est très convenu. Certes, le fait de prendre cette histoire vraie par le biais de la comédie est une bonne idée, mais faire une comédie ne veut pas forcément dire rester à la surface des choses. Et ce sujet aurait mérité un traitement un peu plus profond que la série de stéréotypes qui s’alignent et donnent une matière plus démonstrative que de réflexion, s’apparente au « feel good movie » plutôt qu’au genre comédie dramatique.
À la fin des années 60, le concours de Miss Monde est regardé par des millions de spectateurs, certainement l’événement le plus regardé au niveau planétaire. L’heureuse élue, qui doit être irréprochable publiquement concernant ses mœurs et son comportement devient, pendant un an, à la fois le modèle féminin idéal qui fait rêver les petites filles et la pin-up immaculée pour les hommes devant lesquelles elle est exhibée, comme par exemple les soldats en manque d’images d’Épinal sexuées.
(…)

Lire la suite

Après la crise sanitaire Covid-19, 2e sortie à partir du 6 juin 2020 sur les écrans romands du documentaire de Stéphane Goël – Citoyen Nobel

Le 4 mars 2020, le documentaire de Stéphane Goël, Citoyen Nobel, sortait dans les salles de cinéma. Le film était parti pour faire une belle carrière et rencontrer son public – ce qui fut le cas lors des nombreuses présentations du film en présence du réalisateur et de Jacques Dubochet). Malheureusement la Covid-19 est apparue et la carrière du film fut stoppée nette; c’est donc tout naturellement que la grande majorité des salles de suisse romande vont reprogrammer le film dès le 6 (ou le 10) juin.
(…)

Lire la suite

Insoumises, de Laura Cazador & Fernando Perez, rend hommage à une Enriqueta Faber, figure féministe et avant-gardiste suisse ignorée par ses compatriotes

En 1819, le médecin suisse Enrique Faber s’installe à Baracoa, village proche de La Havane, où il épouse la superbe Juana et se lie d’amitié avec son domestique noir.
Après le mariage avec Juana, peu à peu, d’étranges rumeurs naissent à son sujet : en réalité, Enrique serait une femme. Commence alors l’un des procès les plus scandaleux de l’histoire coloniale de Cuba.
(…)

Lire la suite