On est fait pour s’entendre, troisième long métrage de Pascal Elbé, brosse par touches délicates le portrait qu’un quinquagénaire en mal d’écoute – Rencontre [Audio]

Voilà plus d’une décennie que l’acteur Pascal Elbé est passé derrière la caméra; il a réalisé Tête de Turcs en 2010 et Je compte sur vous en 2015. Venu présenter son troisième long métrage lors de la 17ème édition du Festival du Film français d’Helvétie, On est fait pour s’entendre, dont il signe le scénario et dans lequel il interprète le rôle principal, Pascal Elbé est venu sur les rives du Léman nous parler de son dernier opus. Issu d’une famille juive séfarade d’Algérie, Pascal Elbé passe son enfance à Strasbourg puis fait ses débuts d’acteur sur les planches. S’illustrant au sein d’une troupe, il écrit avec ses compagnons deux pièces comiques qui connaissent un succès public au Splendid et au Café de la Gare : Charité bien ordonnée (1992) et Tout baigne (1995). Pascal Elbé se retrouve dans l’adaptation cinématographique de la seconde pièce, Tout baigne (1999) mais les cinéphiles l’ont déjà vu dans des comédies de Gérard Jugnot comme Fallait pas ! . Le comédien accède à la notoriété dans la comédie de Michel Boujenah, Père et fils, dans laquelle il incarne l’un des trois fils de Philippe Noiret aux côtés de Charles Berling et de Bruno Putzulu. Pascal Elbé s’impose comme la révélation de ce film qu’il a co-écrit, et qui lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir.
(…)

Lire la suite

La Bonne épouse sur les écrans romands

Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck (Juliette Binoche) dans son école ménagère à Forbach en Alsace. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée, découvrant que feu son mari, Robert Van Der Beck (François Berléand) a contracté quatre crédits pour des courses à chevaux et a collectionné des images de magazines pornographiques. Est-ce le retour de son premier amour (Edouard Baer) ou le vent de liberté de mai 68 qui l’anime soudain ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ? Tel est le sujet, traité avec beaucoup d’humour et de facétie, du dernier film de Martin Provost.
(…)

Lire la suite