j:mag

lifestyle & responsible citizenship

Iran

Berlinale 2024Cinéma / KinoCulture / Kultur

Berlinale 2024 – Compétition : My Favourite Cake (Keyke mahboobe man) de Maryam Moghaddam & Behtash Sanaeeha – Une ode à la vie et à la liberté !

(…) Mahin (Lily Farhadpour ) a une septantaine d’année et vit seule, dans une maison avec jardin, à Téhéran depuis la mort de son mari il y a 20 ans et le départ de sa fille pour l’Europe il y a plusieurs années. Elle regarde des soaps opéra toute la nuit, se réveille vers midi, souvent dérangée dans son sommeil par des appels téléphoniques. Sa seule occupation : son jardin, ses courses, ses visios avec sa fille. De temps en temps, elle invite ses anciennes collègues de l’hôpital à manger. Lors d’un de ces repas, ses amies la pousse à rompre sa routine et à s’ouvrir à l’idée de retrouver un compagnon. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Avec La Sirène (The Siren) de Sepideh Farsi célèbre avec poésie la résistance et la résilience des Iranien.nes

Pour relater la vie de la population pendant le siège d’Abadan, un terrible chapitre de la guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-1988), Sepideh Farsi se lance dans le film d’animation avec des touches qui rappellent le documentaire. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Cinefest Miskolc 2023 : Ayeh haye zamini (Terrestrial Verses) – Du contrôle des individus à tous les échelons de la société

Certains films, à (très) petit budget, relatent, au premier abord, d’une réalité locale qui, petit à petit, tel l’objectif d’une caméra, s’élargit et englobe dans un grand angle l’esprit de l’universel. Terrestrial Verses (malheureusement intitulé en français Chroniques de Téhéran) de Ali Asgari et Alireza Khatami, présenté dans la section compétition internationale de Cinefest 2023 à Miskolc en Hongrie, après avoir fait sa première à Cannes dans un Certain regard, en est la parfaite illustration. (…)

Read More
Berlinale 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Berlinale 2023 – Forum : Rencontre avec Vlad Petri pour son stupéfiant essai documentaire, Între revoluții (Between Revolutions) qui a remporté le Prix FIPRESCI

Nous sommes dans les années septante, en Roumanie. Zahra, une étudiante iranienne à l’Université de Bucarest, rencontre Maria, étudiante comme elle, en médecine. Elles développent une profonde amitié qui se fait rattraper par les événements politiques : la révolution iranienne contre le Shah éclate en 1979, Zahra rentre en Iran pour vivre ces événements avec sa famille, nourrie par les espoirs de changements qui assez rapidement vont être déçus. Zahra reste en Iran et correspond avec Maria pendant la décennie qui suit et amène Maria à elle aussi une révolution : la chute du régime Ceausescu. Ces échanges épistolaires portent sur les manifestations en Iran, les évolutions globales dans les deux pays, la condition des femmes en général, la leur en particulier, en lutte contre le conformisme et les attentes de la société. (…)

Read More
Berlinale 2023Cinéma / KinoCulture / Kultur

Berlinale 2023 – La 73e chasse à l’Ours d’or a lieu du 16 au 26 février 2023

Le festival international du film de Berlin revient à ses fondamentaux, avec beaucoup de politique et de cinéma d’auteur, agrémenté de quelques stars – dont Kristen Stewart en présidente du jury et Steven Spielberg pour son Ours d’or honorifique pour l’ensemble de sa carrière, auquel la section Hommage est également consacré –, pour mettre un peu de glamour sur le tapis rouge. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

IFFR 2023 – Big Screen Competition : Endless Borders de Abbas Amini démultiplie la notion de frontières

À la frontière entre l’Afghanistan et l’Iran, dans un no man’s land montagneux traversé par des patrouilles de gardes-frontière et des réfugié∙es afghan∙nes qui entrent illégalement dans le pays, un petit village pauvre, mangé par la poussière, est devenu le lieu de travail d’Ahmad (Pourya Rahimisam), un enseignant de Téhéran, exilé intérieur, pour raisons politiques. La région est compliquée, ce n’est pas une nouveauté. Mais au-delà des régimes théocratiques et des guerres intestines, cette partie du monde, régie par des traditions ayant valeur de lois, est aussi le territoire de plusieurs ethnies aux antagonismes ancestraux. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Aucun Ours (No Bears, Khers Nist), de Jafar Panahi, propose une réflexion tragi-comique sur les frontières floues tout en lançant un plaidoyer pour la liberté

Présenté en compétition officielle à la 79ème édition de la Mostra de Venise, le dernier film de Jafar Panahi flirte avec les frontières floues entre réalité et fiction, entre vérité et cinéma. Un réalisateur de Téhéran se rend en secret à la campagne dans un village iranien proche de la frontière turque pour tourner un film sur un jeune couple qui souhaite fuir à l’étranger. Le cinéaste se retrouve témoin d’une histoire d’amour tandis qu’il en filme une autre, retrouvant par ce modus operandi les parallèles qu’il affectionne. Jafar Panahi réalise Aucun ours par le biais des appels vidéo, continuellement interrompus par des problèmes de connexion internet. La tradition et la politique auront-elles raison de l’histoire d’amour comme du tournage ? Les villageois lui reprochent de prendre des photographies sans permission, les anciens le portent devant un tribunal laïc. Il accepte à condition de pouvoir filmer le procès. (…)

Read More
Cinéma / KinoCulture / KulturMostra 2022

Mostra 2022 : Jang-e Jahani Sevom (World War III), du cinéaste iranien Houman Seyedi, présenté dans la section Orizzonti, offre une visibilité, furtive, aux petites gens

Shakib (Mohsen Tanabandeh) est un journalier sans abri qui ne s’est jamais remis de la perte de sa femme et de son fils lors d’un tremblement de terre il y a des années. Sa belle-mère l’estime coupable de la mort de sa fille et de son petit-fils et l’empêche de se recueillir sur leurs tombes. Au cours des deux dernières années, il a développé une relation avec une femme sourde et muette, Ladan. Il est analphabète en farsi, mais la langue des signes lui est aisée puisqu’il l’a apprise avec sa mère qui était sourde. (….)

Read More
Cinéma / KinoCulture / Kultur

Hit the road, premier long métrage de Panah Panahi, entraîne les spectateurs dans un road-movie empli de secrets et d’émotions

Panah Panahi a fait fort avec Hit The Road, son premier long métrage, un road-movie savoureux qui mêle harmonieusement humour, amour, mystère et poésie.

En Iran, de nos jours, une famille est en route vers une destination secrète. À l’arrière de la voiture, le père de famille (Hassan Madjooni) arbore un plâtre et se plaint sans cesse ; mais s’est-il vraiment cassé la jambe ? Quelques répliques au cours de ce voyage suggèrent que sa jambe n’est pas si cassée. À ses côtés, un jeune garçon (Rayan Sarlak) dont les dents de lait absentes laissent supposer qu’il est âgé de six à sept ans. Malgré son jeune âge, il est un véritable moulin à parole et pose des questions incessantes qui confrontent les adultes à leurs paradoxes. La mère (Pantea Panahiha), aux tempes grisonnantes, rit à gorge déployée de tout et de rien, mais ne serait-ce pas pour mieux retenir ses pleurs ? (…)

Read More
Berlinale 2022Cinéma / KinoCulture / Kultur

Berlinale 2022 – Panorama : Ta farda (Until Tomorrow), d’Ali Asgari, scrute la condition féminine en Iran à travers une jeune mère célibataire à Téhéran

Fereshteh (Sadaf Asgari) étudie et travaille dans une imprimerie à Téhéran. Elle veut partir aux États-Unis mais a du mal à trouver du temps pour un cours de langue. C’est parce qu’elle a aussi un bébé de deux mois, une petite fille, dont ses parents ne savent rien et dont le père biologique, Yaser (Amirreza Ranjbaran), refuse de la reconnaître. Lorsque les parents de Feresteh annoncent au pied levé qu’ils viennent lui rendre visite, la jeune fille doit trouver un autre endroit pour une nuit pour son enfant illégitime. Elle parvient à confier les habits et jouets de l’enfant à ses voisines mais aucune ne veut prendre la responsabilité de garder le nourrisson pour une nuit. (…)

Read More