2020, l’année précipice !

Chère lectrice, cher lecteur de j:mag,
Une fois n’est pas coutume, l’édito de fin d’année sera cette année en deux parties, année exceptionnelle oblige !
Car, à moins de vivre dans une grotte –  on ne peut même pas dire en Antarctique puisque le nouveau coronavirus vient aussi d’y faire son apparition sur une base scientifique – la pandémie Covid-19 qui a frappé notre planète à chamboulé toutes nos vies, nos repères économiques, politiques et surtout sanitaires et, pour ce qui est le centre du système-monde, a été un stress test pour nos démocraties. En résumé, le bogue apocalyptique prédit au tournant du millénaire n’a pas eu lieu en l’an 2000 mais en 2020 !
(…)

Lire la suite

La 8e édition de la Semaine des droits humains exclusivement en ligne du 23 au 27 novembre 2020

La question centrale qui occupe les esprits en cette année sans précédent depuis la Deuxième guerre mondiale pour cause de pandémie qui bouleverse la planète et agit jusqu’au cœur de ses fondements politiques, économiques et sanitaires est: qu’advient-il des droits humains en temps de crise universelle? Et surtout, quelles seront les conséquences en sortie de crise? Le respect des droits humains s’en trouvera- t-il enfin renforcé ou au contraire le changement de priorités laissera-t-il pour compte les minorités et les plus démuni.es?
La Semaine des droits humains, conçue en grande partie avec les associations estudiantines de l’université de Genève (UNIGE) se penchera cette année sur ces crises qui s’additionnent ou se croisent: crise climatique, crise économique et crise sanitaire ont toutes des conséquences tangibles sur la planète et ses habitant.es. La parole sera donnée à celles et ceux qui se mobilisent pour faire respecter les droits de chacun.e. Du 23 au 27 novembre, associations, artistes, philosophes, écrivains et auteures se relaieront en ligne pour faire part de leurs vécus, de leurs idées et de leurs combats. Un programme riche qui en raison des mesures sanitaires actuelles se déroulera uniquement en ligne.
(…)

Lire la suite

Volunteer d’Anna Thommen et Lorenz Nufer

Affligés par l’afflux de réfugiés, des volontaires partent pour la Grèce afin d’aider ceux qui arrivent en bateau. Ce qu’ils vivent sur la plage et dans les camps, bouleverse leur vie pour toujours. Revenus en Suisse, ils sont partagés entre la sécurité de leur ancienne vie et le désir de s’engager en politique. Le film montre la naissance parmi nous d’un mouvement citoyen qui défend les valeurs humanitaires de l’Europe. Le film s’ouvre sur une séquence filmée caméra à l’épaule, au pas de course, filmant les vestes, habits laissés sur la plage puis, soudain, la caméra s’approche d’une embarcation bondée : rapidement, les volontaires forment deux chaînes humaines pour amener, à bout de bras, de très nombreux enfants amenés.
(…)

Lire la suite

Un message du chef du HCR Filippo Grandi aux réfugiés à travers le monde

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée mondiale du réfugié. C’est une journée qui vous rend hommage, à vous parmi nous qui avez dû fuir, quitter vos foyers chers à vos cœurs, pour survivre. Cette journée nous offre l’occasion de saluer votre courage et votre détermination à redémarrer votre vie. En cette journée, je pense à ceux d’entre vous que j’ai rencontrés durant mes 35 années de carrière au service des réfugiés. Dans les camps et dans les villes où vous avez trouvé la sécurité. Je suis sans cesse profondément touché par vos récits et inspiré par votre espoir. C’est pourquoi, en cette Journée mondiale du réfugié, mais aussi tous les jours de l’année, mes collègues et moi-même nous nous engageons à faire tout ce qui est possible pour vous aider.
(…)

Lire la suite

L’EPER lance une nouvelle plateforme de bénévolat en Suisse: Engagés pour les réfugiés

La plate-forme www.engagez-vous.ch vise à encourager l’engagement bénévole de manière ciblée et coordonnée pour favoriser l’intégration des réfugiés en Suisse.
Une enquête représentative mandatée par l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et réalisée par DemoSCOPE auprès de plus de 1000 personnes, dessine pour la première fois les contours et le potentiel du bénévolat en faveur des réfugiés. Cette plateforme vise à encourager cet engagement bénévole de manière ciblée et coordonnée pour favoriser l’intégration des réfugiés.
(…)

Lire la suite

Plan du Conseil fédéral pour l’accueil des réfugiés : il faut aller plus loin

Fin novembre, le Conseil fédéral a fait deux proposition: L’accueil par la Suisse de 800 personnes réfugiées en provenance de Syrie en 2019 et l’adoption d’un programme pour accueillir dès 2020, tous les deux ans, entre 1500 et 2000 réfugiés particulièrement vulnérables.

Ce plan rejoint les revendications de la pétition « pour des voies sûres et légales en Suisse » de l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR), remise fin juin 2018 avec plus de 38 000 signatures que j:mag soutient.
(…)

Lire la suite

Oui à un pavillon suisse pour l’Aquarius !

L’Aquarius, le navire qui opère en Méditerranée depuis 2016 au sauvetage des migrants en détresse dans les eaux internationales (près de 30’000 personnes à date), vient de perdre pour la seconde fois son pavillon: en août 2018 Gibraltar qui lui ôtait son agrément; le 22 septembre 2018, sous pression du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini, c’était au tour du Panama de lui retirer son pavillon alors que le bateau errait au large de Malte avec 58 rescapés (dont 17 femmes et 18 mineurs) sauvés au large de la Libye par le navire humanitaire. Ils ont finalement pu débarquer dimanche 30 septembre 2018 dans le port de La Valette, après presque une semaine d’attente au large de la petite île méditerranéenne – pour être “redistribués” dans 4 pays européens! Le bateau est à présent immobilisé à Marseille, son port d’attache, puisqu’il est impossible de naviguer sans pavillon.
(…)

Lire la suite

Le cri d’alarme du Coordinateur régional de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) au Soudan du Sud

Une catastrophe humanitaire de grande ampleur oubliée des médias, avec 2 millions de déplacés internes et 2,5 millions de personnes qui ont fui vers les États voisins : République centrafricaine, République démocratique du Congo, Éthiopie, Kenya, Soudan et l’Ouganda qui accueille actuellement la plupart des réfugiés sud-soudanais, soit plus d’un million de personnes. 85% de ces 2,5 millions sont des personnes vulnérables : femmes, enfants, personnes handicapés… Dans ces 6 pays, la situation des réfugiés ne cesse de se dégrader ; tout particulièrement celle des enfants qui représentent 63% de l’ensemble des réfugiés.
(…)

Lire la suite

Les survivants de la torture méritent une meilleure protection à travers le monde, en Suisse y compris – Appel de l’OMCT

Nous relayons ici l’appel de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) – un réseau créé en Suisse en 1986 et composé de 297 organisations non gouvernementales dans plus de 90 pays. L’OMCT s’est donnée pour tâche de renforcer et d’accompagner les activités des organisations sur le terrain en fournissant à ses organisations membres les outils et les services leur permettant de mener à bien leur travail : prévention, dénonciation de la torture, poursuite des auteurs de violations graves et ’assistance aux victimes, y compris leur réhabilitation. L’OMCT jouit du statut consultatif ou d’observateur auprès de l’ECOSOC (Organisation des Nations Unies), de l’Organisation internationale du travail (OIT), de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, du Conseil de l’Europe et de l’Organisation internationale de la Francophonie. L’organisation constitue aujourd’hui la principale coalition internationale d’ONG luttant contre la torture, les exécutions sommaires, les disparitions forcées et tout autre traitement cruel, inhumain ou dégradant.
j :mag soutient depuis des années les initiatives de l’OMCT et d’une des organisation affiliée, l’OSAR – l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés, ici ou là par exemple.
(…)

Lire la suite

Avignon OFF 2018: Mirad, un garçon de Bosnie, du dramaturge hollandais Ad de Bont – Rencontre avec le metteur en scène Christophe Laluque

Écrite durant la dernière guerre balkanique, au début des années 1990, la pièce a été montré une vingtaine de fois aux Pays Bas, en Allemagne et même à Oxford ou le très célèbre comédien britannique oscarisé Jeremy Irons a interprété le rôle d’oncle Djuka, un journaliste bosnien, exilé en France. Par la suite l’acteur a réalisé le téléfilm du même titre.

Après Grégoire Ingold, Sarah Maton, Stanislas Nordey, Gilles Lefeuvre et de nombreux autres metteurs en scène, Christophe Laluque directeur de L’Amin, le théâtre de Grigny (Essonne), a monté le drame du Néerlandais Ad de Bont Mirad un garçon de Bosnie au théâtre parisien Dunois au début du mois, en attendant l’avant-première avignonaise qui aura lieu le 19 juin au Théâtre Artéphile.

Traduit en plusieurs langues, le drame a été publié en France aux Éditions de l’Arche.
(…)
Mirad, un garçon de Bosnie sera présenté au théâtre Artéphile, situé au 7, rue du Bourg Neuf, du 6 au 29 juillet, tous les jours à 14h05, interprété par Serge Gaborieau (oncle Djuka), Chantal Lavalée (tante Fazila), Robin Francier (Mirad) et Céline Liger (sa mère Vérica).

Lire la suite