Drive My Car (Doraibu mai kâ) de Ryusuke Hamaguchi – Un moment de pure magie qui transforme l’expérience cinématographique en une œuvre d’art

Yusuke Kafuku (Hidetoshi Nishijima) est un acteur et metteur en scène de renom avec une méthode de travail propre et une vision artistique expérimentale ; sa spécificité : mettre en scène des acteurs et actrices parlant des langues différentes dans une production qui sera surtitrée à la représentation. Il met en scène et joue En attendant Godot de Beckett, parallèlement, il se prépare à jouer le rôle principal dans Oncle Vanya de Tchekhov. Il travaille son rôle dans sa Saab 900 turbo rouge – reconnaissable entre 1000 dans les prises de vue large de la circulation uniformisée – grâce à une cassette sur laquelle la voix de sa femme Oto (Reika Kirishima), écrivaine et scénariste à succès pour la télévision, est enregistrée. Il entretient avec Oto une relation particulière, mêlant création et érotisme. Un drame va bouleverser ce fragile équilibre, à la suite duquel Yusuke va renoncer à jouer Oncle Vania mais accepter de le mettre en scène pour le festival du théâtre de Hiroshima. (…)

Lire la suite

A selection of ten films that have shaped the cinematographic year 2021

For the last two years, the world has been experiencing extraordinary turbulence that has affected all sectors of society, including culture and cinema, which had already been undergoing various transformations and difficulties for several years. After these two years under pandemic, it appears that the creation is an essential good to the humanity, that the fact of living it collectively also and, as regards the cinema, that a film of cinema and made and thus must be looked at on a screen in a cinema room! Here is a selection of 10 films seen in theaters this year. The links point to reviews and interviews written in French by j:mag.
(…)

Lire la suite

Tove : Alma Pöysti fait des étincelles en incarnant la jeune Tove Jansson dans la dernière réalisation de Zaida Bergroth

Le film finno-suédois Tove bat des records, étant le film le plus vu en Scandinavie. Cette biographie de Tove Jansson a déjà été vendue dans plus de trente pays, selon les informations fournies par la productrice Andrea Reuter. Tove nous entraîne à Helsinki en 1945. La fin de la guerre apporte un nouveau sentiment de liberté artistique et sociale pour la peintre Tove Jansson, célèbre créatrice des Moumines. Dans une ville en reconstruction, l’Art moderne, les fêtes vertigineuses, voire débridées sont le quotidien de Tove Jansson qui entame une relation ouverte avec un homme politique marié (Shanti Roney) : sa vie peu conventionnelle la met en contradiction avec les idéaux stricts de son père sculpteur. Le désir de liberté de Tove est mis à rude épreuve lorsqu’elle rencontre la metteur en scène Vivica Bandler (Krista Kosonen). Son amour inconditionnel pour Vivica est électrique et dévorant, mais Tove commence à se rendre compte que l’amour qu’elle désire vraiment doit être réciproque.Par la suite, elle fait connaissance de Tuulikki Pietilä (Joanna Haartti), à la fidélité inébranlable. (…)

Lire la suite

L’équipe de j :mag vous souhaite de paisibles fêtes de fin d’année et n’oublie pas ceux pour qui cette période est difficile

Pour la plupart d’entre nous, les fêtes de fin d’année sont l’occasion de se retrouver en famille et ami.es proches. Chaque année, cette période est malheureusement également le révélateur et l’accélérateur de mal-être pour les personnes isolées, esseulées, marginalisées, en difficulté personnelle ou professionnelle. Ces deux dernières années est venu se greffer un sale virus qui exacerbe toutes les vicissitudes du quotidien. (…)

Lire la suite

King Richard, réalisé par Reinaldo Marcus Green, relate l’épopée des sœurs Williams : le résultat est envoûtant !

À travers la trajectoire de cette famille extraordinaire, King Richard, réalisé par Reinaldo Marcus Green, se concentre sur la personnalité de Richard Williams qui se révèle un personnage hors du commun. C’est en effet sa personnalité et sa redoutable volonté qui ont amené Richard Williams à devenir l’entraîneur de tennis de ses deux filles aînées,Venus et Serena. Richard Williams n’avait aucune expérience dans le sport comme entraîneur mais lorsque ses filles ont eu quatre ans, il a élaboré un plan décrivant dans le détail l’entraînement des futures championnes du monde. Les sœurs Williams sont devenues deux des plus grandes joueuses de l’histoire du tennis. Serena est sans conteste la meilleure joueuse de tennis de tous les temps, avec vingt-trois victoires en tournois du Grand Chelem. Venus Williams a remporté sept titres en Grand Chelem. Si, comme l’indique le tire du film de Reinaldo Marcus Green, le synopsis est consacré au père des joueuses mondiales et à sa méthodologie, King Richard accorde aussi une attention particulière à la vie familiale, au contexte socio-économique de la famille Williams, aux tensions interraciales, soulignant avec subtilité combien le chemin et plus long et plein d’embûches pour des Noirs-Américains. Le scénario, s’appuie majoritairement sur des faits bien réels même si l’histoire s’apparente à un véritable conte de fée, l’incarnation du « rêve américain hors normes », selon le scénariste du film, Zach Baylin. (…)

Lire la suite

Un héros, d’Asghar Farhadi, ou de la sanction apposée par les réseaux sociaux

Un héros commence alors que le personnage principal, Rahim (Amir Jadidi), est en prison pour non-paiement de sa dette. Il obtient deux jours de permission et tente de persuader son créancier de retirer sa plainte en lui promettant qu’il va tout mettre en œuvre pour en rembourser une partie, mais les choses ne se passent pas comme prévu. Durant cette brève permission, Rahim trouve un sac à main empli de bijoux en or. Après quelques tergiversations et hésitations, il colle des affiches pour retrouver la propriétaire dudit sac. A priori, Rahim semble un homme tout à fait normal mais désespéré de se trouver derrière les barreaux : ce sac et son précieux contenu sont une aubaine et vont bouleverser sa vie ; il devient rapidement un personnage dont on parle abondamment à la télévision et sur les réseaux sociaux.
(…)

Lire la suite

Le film bosnien Quo Vadis Aïda? de Jasmila Zbanic remporte le European Film Award 2021

Jasmila Zbanic a remerciée les femmes et mères de Srebrenica après avoir appris que sa puissante œuvre, de haute qualité cinématographique, a remporté trois récompenses :
Ce film est dédié aux femmes et aux mères de Srebrenica, et leurs fils, maris, pères tués. Trois générations d’hommes exterminés à cause de leur origine. Les femmes de Srebrenica trouvent le moyen de construire la paix dans un pays complètement détruit. Les femmes doivent toujours réparer les dégâts causés par les hommes. Je dédie ce prix aux femmes de Srebrenica et à nos mères, qui nous ont appris à transformer la destruction en amour!
(…)

Lire la suite

Here we are (My Kid), de Nir Bergman, propose une chemin initiatique entre un père et son fils autiste, sous forme de road-movie, pour accepter la séparation inéluctable

Aharon (Shai Avivi) a consacré sa vie à élever Uri (Noam Imber), son fils autiste. Ensemble, ils vivent dans le Nord d’Israël, à Tivon, dans une routine complice et joyeuse, faite de rites qui rassurent et calment Uri comme se mettre à se marcher en levant les jambes pour éviter d’écraser des escargots qu’Uri croit voir, même en plein été. Dans la succession des rites quotidiens, père et fils attendent avec joie et humour ces petits bonheurs, ces habitudes qui scandent leurs journées et sécurisent le jeune homme autiste : manger des petites pâtes en étoiles, nourrir les poissons rouges et blancs de l’aquarium, danser sur Gloria d’Umberto Tozzi en chantant à tue-tête, rentrer du vélo depuis la gare, prendre le train pour aller à Tel Aviv et rentrer aussitôt, aller manger des pizzas au bistrot du village. Mais ce qu’Uri aime par-dessus tout, c’est de regarder sur son petit lecteur de DVD portable les films de Chaplin, en particulier Le Kid qu’il peut regarder en boucle sans jamais s’en lasser  ! D’où le complément du titre ! (…)

Lire la suite

Le défilé Métiers d’art 2021/22 qui célèbre les artisans de la mode

L’espace grandiose et impressionnant de 25500m², situé à la Porte d’Aubervilliers et nommé 19M, est le lieu idéal pour mettre en évidence les activités des artisans de la mode, leur savoir-faire grâce auquel la Ville lumière garde son prestigieux titre de capitale planétaire de la mode.
Les brodeurs Lesage et l’Atelier Montex, le plumassier Lemarié, le plisseur Lognon, le chapelier Maison Michel, l’orfèvre Goossens, le bottier Massaro, œuvrent ensemble depuis deux décennies pour que chaque modèle soit unique et exceptionnel. C’est Karl Lagerfeld, le fameux directeur artistique de Chanel durant 30 ans, qui désirait montrer au monde « les petites mains » des ateliers et les artisans inconnus du large public, et a eu l’astucieuse idée d’une collection et d’un défilé annuel. La présentation actuelle et jubilaire a été porté par huit mannequins proches de la Maison : Fran Summers, Pau Haowen, Marion de Vinzelle, Rianne Van Rompaey, Loli Bahia, Mica Arganaraz, Lola Nicon et Akon Changkon. Elles ont présenté le travail des artisans dans un univers de rêve et d’imaginaire. (…)

Lire la suite

Steven Spielberg revisite West Side Story tout en lui restant fidèle : pari réussi !

Le remake de West Side Story par Steven Spielberg était annoncé, attendu et alimentait les attentes des spectateurs tout en nourrissant leur impatience. Le film original de 1961, avec la musique composée par Jerome Robbins et Robert Wise, avait rencontré un vif succès public et remporté dix Oscars. Cette version était adaptée de la comédie musicale éponyme d’Arthur Laurents, Stephen Sondheim et Leonard Bernstein créée en septembre 1957 à Broadway. Le scénario est une adaptation moderne de la pièce Roméo et Juliette de William Shakespeare. Cependant, la fin de la comédie musicale comme celle du film diffèrent de celle de la pièce : Maria ne se suicide pas après la mort de Tony, comme Juliette le fait sur le corps de Roméo, et oblige les bandes rivales à se réconcilier. Les fans du film de 1961 se souviennent que, contrairement à ses partenaires, Natalia Wood était déjà célèbre lors du tournage de West Side Story et que le rôle de Tony avait été proposé à Elvis Presley qui le refusa sous la pression de son agent. Le rôle fut donc confié à George Chakiris qui connaissait déjà l’univers de West Side Story avant de participer au film car il avait tenu le rôle de Riff dans le spectacle monté à Londres. Dans le film de 1961, les acteurs principaux sont doublés pour le chant sauf George Chakiris. (…)

Lire la suite
RSS Plugin by Leo