Cannes 2019 :  la cinéaste québécoise Monia Chokri fait l’ouverture de la section Un certain regard en tant que cinéaste avec La femme de mon frère

Mona Chokri est connue comme actrice québécoise sur la scène internationale. Elle suit jusqu’en 2005 une formation de comédienne au Conservatoire d’art dramatique de Montréal est présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2019.
(…)
La femme de mon frère suit les inquiétudes existentielles de Sophia qui ne parvient à conserver une relation tant elle partage une relation exceptionnelle avec son frère. Toujours de mauvaise humeur, ronchonne, nombriliste voire complètement égocentrique, Mona est toujours au centre du focus, toujours au centre de l’action. Autour d’elle gravitent quelques personnes dont les parents, excentriques qui vivent mieux depuis qu’ils ont divorce ; quelques amis avec lesquels Mona fait la foire et découvre qu elle est enceinte.
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : Le premier film brésilien en compétition, Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles,  brosse le portrait inquiétant d’une zone pauvre et oubliée du Brésil, une région en proie à une menace meurtrière mais invisible

Trois ans après son célèbre Aquarius, film qui a remporté le suffrage des spectateurs, le réalisateur Kleber Mendonça Filho revient à Cannes avec Bacurau, déterminé à oxygéner le cinéma brésilien, qui traverse une période agitée et incertaine,  à l’instar de la société brésilienne,  sous le gouvernement de Jair Bolsonaro.Nous avons deux sentiments en parallèle: d’un côté la satisfaction personnelle et artistique, et de l’autre un sentiment de pitié, car le cinéma brésilien était sur une courbe ascendante et fait face à une crise
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : la 72ème édition du festival s’ouvre avec la comédie horrifique et les zombies de Jim Jarmusch – The Dead Don’t Die

The Dead Don’t Die (Les morts ne meurent pas) , de Jim Jarmusch entraîne les spectateurs dans la sereine petite ville de Centerville où le panneau d’accueil à l’entrée de la ville annonce : « Centerville : the nice place to be ! » A Centerville,  il y a un commissariat qui sert aussi de morgue, un diner aux rideaux fermés, une route qui traverse la petite ville sans centre névralgique: Tout semble paisible et sans histoire dans cette localité perdue au milieu de nulle part … Pourtant, quelque chose cloche : la lune est omniprésente dans le ciel, la lumière du jour se manifeste à des horaires imprévisibles et nocturnes, les animaux commencent à avoir des comportements inhabituels et finissent par disparaître. Personne ne sait vraiment pourquoi.
(…)

Lire la suite

Festival de Cannes 2019 : Alejandro González Iñárritu, président du Jury de la compétition internationale et Claire Denis, présidente du Jury des courts métrages

Le réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu sera le président du Jury du Festival de Cannes dont la 72ème édition se tiendra en mai.
Dès le début de ma carrière, le Festival de Cannes a été important pour moia déclaré le cinéaste.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : « Le Grand bain », de Gilles Lellouche, revisite « The Full Monty » en version franchouillarde sur les écrans romands

C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles alors que leur vie sentimentale et professionnelle ne fait plus sens. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusqu’alors attribuée à la gent féminine : la natation synchronisée. Ils décident alors de se préparer pour le concours international de la discipline, concours qui se déroulera en Scandinavie. Ce défi improbable permettra à ces hommes fracassés par la vie de trouver un sens à leur vie.
(…)

Lire la suite

GIFF 2018 – Rencontre avec Eva Husson qui présente « Les filles du soleil » dans une version remontée

Les filles du soleil, présenté au dernier Festival de Cannes (voir ici notre critique), avait suscité une avalanche de critiques, en particulier de la presse française qui est un redoutable baromètre pour la suite de la vie ou de la survie d’un film.
Souvent, la critique ayant d’autres critères pour apprécier et pour juger un film, leur opinion diffère diamétralement de celle du public qui a accordé une ovation de dix-sept minutes à l’équipe du film lors de la première dans l’immense Théâtre Lumière.
(…)

Lire la suite

GIFF 2018: le sujet délicat de la pédophilie, magnifiquement porté sur grand écran dans « Les chatouilles», d’Andréa Bescond et d’Eric Métayer grâce à une mise en scène pudique – Rencontre

Événement au dernier festival de Cannes, Les chatouilles, réalisé par Andréa Bescond et Éric Métayer, couple à la ville qui signe ici un premier long métrage avec l’adaptation cinématographique du spectacle éponyme, Les chatouilles ou la danse de la colère, récompensé du Molière du spectacle « Seul en scène » en 2016.
Le public romand a pu découvrir cette œuvre forte et poignante en 2017 alors que Les chatouilles ou la danse de la colère, pièce d’Andréa Bescond mise en scène par Éric Métayer, avait créé l’événement au Théâtre du Léman à Genève.
(…)

Lire la suite

Les réalisatrices à l’honneur de la 15è édition des Giornate degli Autori de la Mostra de Venise 2018

La 15è édition des Giornate degli Autori, également nommées Venice Days, qui ont lieu pendant le Festival du film de Venise offre, comme chaque année, un riche programme qui complète à merveille la sélection officielle, en privilégiant les œuvres audacieuses et promouvant la diversité du cinéma indépendant mondial.
(…)
Comme de nombreux festivals de cette année 2018, une place de choix est réservée aux femmes, que ce soit devant ou derrière l’écran : six des onze films sélectionnés ont été réalisés par des femmes, et de manière générale les protagonistes féminines jouent un rôle crucial dans les films présentés. Les organisateurs insistent sur un point, qui fait d’ailleurs contre-point définitif à la déclaration totalement ridicule de Thierry Frémaux en 2012 qui, en voulant justifier le fait qu’il n’y ait pas une seule réalisatrice dans la compétition officielle de Cannes, disait:
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 – Rencontre avec Tomasz Kot, l’élégance slave et un physique filiforme pour interpréter un chef d’orchestre dans « Cold War » de Paweł Pawlikowski

La projection du dernier film de Paweł Pawlikowski, Cold War, qui s’est déroulée au début du festival de Cannes, a remporté un immense succès. Le public a donné une ovation debout pendant dix-huit minutes devant le cinéastee et ses acteurs tous émus, dont Tomasz Kot, qui joue l’un des rôles principaux du film, Wiktor, inspiré du père du réalisateur (notre critique). Le film a également été apprécié par le Jury international puisque Paweł Pawlikowski a remporté la Palme du meilleur réalisateur. Retrouvez également l’interview de Joanna Kulig ici.
Rencontre avec Tomasz Kot.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : rencontre avec Joanna Kulig, interprète flamboyante de Zula dans « Cold war »

La sous-signée devait rencontrer pour j:mag le cinéaste polonais Paweł Pawlikowski pour Cold War (notre critique), en compétition officielle. Le réalisateur s’étant cassé la cheville, tous les entretiens ont été annulés. Nous avons pu rencontrer les eux interprètes principaux, Joanna Kulig et Tomasz Kot, dans le parc verdoyant du Resideal, au bout de la Croisette. Le duo d’acteur interprètent les parents du cinéaste qui a dédicacé le film à leur mémoire et leur incroyable histoire. Rappelons que Paweł Pawlikowski a remporté la Palme du meilleur réalisateur.
(…)

Lire la suite