Cannes 2022 : For The Sake Of Peace (Au nom de la paix), de Christophe Castagne et Thomas Sametin, est présenté en séance spéciale et suit le processus de paix dans le Soudan du Sud

Le Soudan du Sud est le plus jeune État au monde, en guerre avec lui-même, avec plus de 350 000 personnes tuées depuis sa création en 2011. L’obtention de l’indépendance laissait miroiter l’espoir d’une jeune nation autonome et paisible. Malheureusement, des conflits locaux ont éclaté à la frontière des deux états, réveillant le souvenir de la longue guerre civile qui a secoué le Soudan entre 1955 et 1972, opposant le nord, à majorité musulmane, et le sud, à majorité catholique et animiste, donnant naissance à une guerre fratricide. Ces luttes incessantes opposent, dès 2013, les partisans du Président Salva Kiir et ceux du vice-président Riek Machar, devenu son rival politique. (…)

Lire la suite

Cannes 2022 : la 75ème édition du festival cannois se déroulera du 17 au 28 mai 2022

Le Festival de Cannes déroulera son célèbre tapis rouge du 17 au 28 mai au Palais des Festivals, sur la Croisette. Si tout se profile sous de bons augures, les organisateurs du plus important rendez-vous du septième art du monde ont eu maille à partir pour finaliser la composition du jury de la compétition. En effet, mi-avril, alors que la sélection des films en compétition pour la Palme d’Or avait déjà été révélée lors de la conférence de presse tenue par Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, et son équipe, les organisateurs avaient essuyé le refus de Penélope Cruz qui avait décliné la prestigieuse invitation à présider le jury de cette 75ème édition. Finalement, après diverses célébrités pressenties, c’est l’acteur français Vincent Lindon qui a été choisi pour être le Président du Jury, composé cette année de quatre femmes et de quatre hommes. Le comédien, qui a remporté le Prix du meilleur acteur en 2015 pour La loi du marché de Stéphane Brizé, s’est dit « très honoré et fier » de se voir confier « cette splendide et lourde tâche ». Entouré de l’actrice, productrice, scénariste et réalisatrice américaine Rebecca Hall, de l’actrice indienne Deepika Pradukone, de l’actrice suédoise Naomi Rapace, de l’actrice et réalisatrice italienne Jasmine Trinca, du réalisateur, producteur et scénariste iranien Asghar Farhadi, du réalisateur, scénariste, acteur et producteur français Ladj Ly, du réalisateur et scénariste américain Jeff Nichols, du réalisateur et scénariste norvégien Joachim Trier, Vincent Lindon remettra la Palme d’0r à l’un des vingt-et-un films de la compétition, le samedi 28 mai lors de la cérémonie de clôture. La maîtresse de cérémonie pour les cérémonies d’ouverture et de clôture de cette 75ème édition est la pétillante Virginie Efira.  (…)

Lire la suite

FIFDH : la dix-septième édition du Festival se déroule du 8 au 17 mars 2019 à Genève – rencontre avec sa directrice Isabelle Gattiker

La 17ème édition du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) s’ouvre à Genève, en présence de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme Michelle Bachelet et de la Secrétaire d’État suisse aux Affaires étrangères Pascale Baeriswyl. Alors que les droits humains subissent un recul sans précédent et que les institutions multilatérales sont attaquées quotidiennement, le FIFDH met à l’honneur l’engagement et la résistance citoyenne au cours de deux-cents évènements dans soixante-deux lieux du Grand Genève et de Suisse romande. En parallèle à la session principale du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, trois-cents intervenant/es du monde entier vont témoigner, dénoncer et échanger avec le public.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2014: L’éternel premier film de Rachid Bouchareb

Le deuxième jour de compétition a débuté avec un film allemand, Jack, que l’on peut mettre dans la catégorie des long-métrages ennuyeux mais stressant. Ennuyeux car chaque rebondissement est prévisible, voire chaque scène, mais stressant car tout est fait – et filmé – dans un sentiment d’urgence, de course éperdue qui n’en finit jamais… si ce n’est avec le générique de fin ou plutôt, soyons honnête, sur la dernière image. Il y avait Cours Lola Cours, il y a maintenant un petit garçon de 11 ans qui s’occupe de son frère car sa mère est trop prise par sa propre vie et sa recherche du bonheur, et qui va courir les rues de Berlin à la recherche de cette mère que lui ne veut pas abandonner. Deux éléments intéressants tout de même dans le scénario : la mère n’est ni droguée, ni alcoolique, ni en souffrance particulière, c’est une jeune femme tout à fait ordinaire, simplement trop jeune ; l’autre élément est le périple de trois jours des très jeunes enfants dans la métropole, course qui paraît improbable… et pourtant reflet d’une réalité qu’exacerbent l’anonymat et l’individualisme qui en découle. Le jeune acteur, dont c’est le premier film, est excellent, mais derrière l’acteur, il y a un enfant d’une maturité incroyable. Nous devrions entendre parler de Ivo Pietzcker dans les années qui viennent !
(…)

Lire la suite