Cannes 2022 : L’innocent, de Louis Garrel, présenté hors compétition, invite à une comédie policière emplie de savoureuses mises en abîme

Quand Abel (Louis Garrel) apprend que sa mère Sylvie (Anouk Grinberg), la soixantaine, qui anime des ateliers de théâtre en prison, est sur le point de se marier avec Michel (Roschdy Zem), un prisonnier, il panique. Aussitôt, Abel suspecte des intentions douteuses et un stratagème louche dans ce mariage et se met à prendre en filature Michel. Epaulé par Clémence (Noémie Merlant), sa meilleure amie, plus précisément la meilleure amie de feu sa femme, Abel va tout faire pour essayer de la protéger. Mais la rencontre avec Michel, son nouveau beau-père, pourrait bien offrir à Abel de nouvelles perspectives… (…)

Lire la suite

Cannes 2022 : Les amandiers, de Valeria Bruni Tedeschi, présenté en compétition officielle, rend un joyeux hommage à Patrice Chéreau et l’école de théâtre qu’il a dirigée

Fin des années quatre-vingts, Stella (Nadia Tereszkiewicz), Etienne (Sofiane Bennacer), Adèle (Clara Bretheau) et toute la troupe ont vingt ans. Ils passent le concours d’entrée de la célèbre école créée par Patrice Chéreau (Louis Garrel) et Pierre Romans (Micha Lescot) au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Lancés à pleine vitesse dans la vie, la passion, le jeu, l’amour, ils vont vivre le tournant de leur vie mais aussi leurs premières grandes tragédies. (…)

Lire la suite

Rifkin’s Festival : Woody Allen signe son cinquantième film et s’amuse à mettre en abîme sa personne comme le septième art

De toute évidence, le temps n’a pas d’emprise sur la créativité de Woody Allen qui signe, à quatre-vingt ans, son cinquantième film, Rifkin’s festival, un film empli d’un souffle vivifiant et d’une exquise autodérision. (…)

Lire la suite

ADN, le dernier film de Maïwenn, interroge notre rapport à la continuité identitaire

ADN a été présenté en Première suisse au Zurich Film Festival 2020,  où sa réalisatrice Maïwenn a reçu un Œil d’or d’honneur et a eu droit à une rétrospective. Le film fait partie du Label Sélection Officielle Cannes 2020.
Mère seule de trois enfants, Neige (Maïwenn) rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien (Omar Marwan) qui vit en maison de retraite et a élevé son cousin Kevin (Dylan Robert, découvert en 2018 pour son rôle de Zach dans le film Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin pour lequel il a reçu le César du meilleur espoir masculin). Comme Kevin, elle adore et admire ce pilier de la famille. Un jour, subitement, il meurt avec Kevin à ses côtés. Quand sa famille nombreuse s’apprête organiser les funérailles, des fissures et de nombreuses anciennes rancœurs surgissent. Neige décide alors de partir à la cherche de ses racines et de son pays d’’origine : l’Algérie.
(…)

Lire la suite

Mostra 2019 : Le «J’accuse» de Roman Polanski crée des vagues de polémiques puis des crépitements d’applaudissements nourris

Alfred Dreyfus, capitaine, riche et, avant tout, juif, fut donc reconnu coupable alors que les preuves à charge étaient rares et contradictoires. La vague d’antisémitisme qui a suivi la France, à l’époque comme aujourd’hui, a été décisive pour le choix du bouc émissaire. Il a fallu des années pour qu’il soit acquitté d’accusations diffamatoires. Son crime ? Etre juif !

Georges Picquart (Jean Dujardin), l’un des témoins de son humiliation, a été promu à la tête de l’unité de contre-espionnage qui l’accusait. Mais lorsque Picquart découvre que les informations confidentielles continuent à être transmises aux Allemands, il est plongé dans un dangereux labyrinthe de tromperies et de corruption qui menace non seulement son honneur, mais sa vie même.
(…)

Lire la suite

Pessac 2018 : « Funan », de Denis Do est en lice dans la catégorie film d’animation au Festival du Film d’histoire de Pessac

A l’instar de Rithy Panh, rescapé des camps de travail des Khmers rouges et qui a consacré sa filmographie à un travail douloureux mais nécessaire de mémoire, Denis Do confesse avoir pu se réapproprier sa culture d’origine à travers son travail sur Funan, un film qui relate l’histoire de ses parents à travers les figures d’un jeune couple et leur fils de trois ans, déportés avec leurs proches de Phnom Penh, la capitale du Cambodge.
Le film de Denis Do suit le combat silencieux de ces jeunes parents qui, malgré les risques qu’ils encourent et l’épuisement engendrée par la vie dans les camps, ne cessent de chercher leurs fils.
(…)

Lire la suite