Lea Tsemel, avocate : le portrait très documentée de l’avocate juive-israélienne qui défend, depuis des décennies, les Palestiniens

Lea Tsemel, de Rachel Leah Jones et Philippe Bellaïche brosse le portrait exhaustif d’une avocate activiste qui défend la cause des Palestiniens envers et contre tous, retraçant son parcours exceptionnel à grand renfort d’images d’archives des cas importants qu’elle a défendus et à l’appui des témoignages de ses proches : son mari, son fils, sa fille et une ancienne étudiante palestinienne à l’Université de Bir Zeit, arrêtée dans les années septante.
Cette coproduction avec Megafun (CAN), Home Made Docs (ISR) et RTS Radio Télévision Suisse propose d’aller à la rencontre, en immersion sur les terrain selon les termes de Pierre Bourdieu, de cette avocate. Le film a été présenté au FIFDH 2019.
(…)

Lire la suite

Genève : le Théâtre Am Stram Gram accueille Camille Rebetez, la Compagnie Extrapol et  Guillaumarc Foidevaux du 12 au 17 décembre 2019

Le temps festif des marchés de Noël et des pains d’épices rime aussi avec une sortie en famille au théâtre. Le Théâtre Am Stram Gram propose L’enfant et le monstre, de Camille Rebetez, la Compagnie Extrapol et Guillaumarc Froidevaux.
(…)

Lire la suite

Le 12e Festival du Cinéma polonais de Paris sous le signe de la Comédie humaine

Les films choisis et projetés au Cinéma  d’art et d’essai Le Balzac, situé à la bordure des Champs Élysées, du 29 novembre au 2 décembre 2019 ont assemblé une actuelle comédie humaine, comme celle d’un étudiant qui fuit l’engagement politique, mais à qui le régime sous l’égide de Jaruzelski ne laisse pas d’alternative. Jeune voyou charmeur aux yeux clairs, adorateur d’alcool et de drogues dures, il se découvre une vocation de prêtre et guérit âmes, avec succès.  Il y a aussi des circonstances où la différence entre la réalité sociale et l’imaginaire n’est pas déterminée, par exemple dans l’existence d’enfants qui ont réussi à s’échapper d’un camp de concentration et finissent par être obligés de lutter contre les chiens dans une forêt inconnue.
Des personnages inhabituels à  la recherche de soi qui nous plongent dans l’éternelle question sur notre place dans univers.
(…)

Lire la suite

Genève : les Cinémas du Grütli ont une nouvelle direction

Les responsables des Cinémas du Grütli, sis  16, rue Général Dufour, à Genève avait un choix crucial à effectuer devant de nombreuses candidatures très fournies et des personnalités enrichissantes, postulant pour le poste de directeur:

Le Conseil de Fondation des Cinémas du Grütli a annoncé qu’il a nommé Paolo Moretti en qualité de directeur. Le Conseil de Fondation, entouré d’une commission d’expert-e-s, a choisi Paolo Moretti pour son expérience et la richesse de son parcours, ainsi que pour son projet qui correspond aux attentes actuelles du Conseil de Fondation.
(…)

Lire la suite

Les Ailes du désir – Berlin, si près, si loin

Le 9 novembre 1989, contre toute attente, tombait le Mur de Berlin. Déjà en 1985, au cœur de la Guerre Froide, un cinéaste avait eu la prémonition des événements à venir et tourna ce qui devait devenir le chant du cygne de Berlin-Ouest, une perle du cinéma mondial et un hymne à l’espoir porté par un immense souffle poétique. Son nom? Wim Wenders. Son film?  Les Ailes du désir.
(…)

Lire la suite

Play, d’Anthony Marciano, un film générationnel qui parle aux trentenaires

Ce film franco-belge, réalisé par Anthony Marciano, réunit Max (Max Boublil), Arnaud (Thomas Aprahamian), Mathias (Malik Zidi), trois amis qui se se fréquentent au collège puis resteront amis durant les années lycée, à la faculté et à l’âge adulte.

En 1993, Max a treize ans (Alexandre Desrousseaux) quand son père (Alain Chabat) lui offre sa première caméra. En cette soirée de Noël, le jeune adolescent film l’âtre de la cheminée, le sapin et les cadeaux, sa petite soeur qui découvre les siens, ses parents. Puis, filmant sa soeur dans sa chambre qu’il nomme « la tanière de la bête », il filme ensuite le fameux cake au yaourt de sa mère.
(…)

Lire la suite

Genève –  Un Conte de Noël, d’après Charles Dickens, au Théâtre de Carouge du 3 au 22 décembre 2019, accompagné de diverses activités connexes

Dans une adaptation et une mise en scène de Claude-Inga Barbey, Un conte de Noël, production du Théâtre de Carouge, est proposé au public du 3 décembre au 22 décembre 2019. Ce spectacle dure une heure et demi  et se déroulera à La Cuisine, sis rue Baylon, à Carouge. Les représentations ont lieu du mardi au vendredi à 19 heures trente, le samedi et le dimanche à 17 heures.
Ebenezer Scrooge, un usurier avare, reçoit un soir de Noël – cette fête qu’il déteste par-dessus tout et qu’il qualifie volontiers de « foutaises » – la visite de trois fantômes…
(…)

Lire la suite

ARTEKino Festival 2019 (1.-31. Dezember) – Das kostenlose digitale Festival geht los!

Dieses kostenlose digitale Kinofestival, das 2016 von ARTE und Festival Scope ins Leben gerufen wurde, hat es sich zur Aufgabe gemacht, das europäische Autorenkino zu unterstützen.

In seiner vierten Ausgabe präsentiert das ArteKino Festival eine Auswahl von 10 europäischen Filmen junger Regisseurinnen und Regisseure, die in 10 Sprachen in 45 europäischen Ländern online abgerufen werden können. Die 10 Langfilme, darunter 7 Erstlingswerke, erzählen von 10 Ländern, 10 Kulturen in 10 Sprachen.
(…)

Lire la suite

The Irishman de Martin Scorsese : Sans fioriture, le crime

C’était le temps des belles grosses américaines chromées et des banlieues-bungalows, d’Elvis et des coiffures crêpées. C’était le temps des mafieux jouant au poker dans des arrières-salles enfumées. C’était le temps des règlements de compte sur le trottoir. C’était le temps du crime. Non le crime jouissif à haut indice d’octane, mais le crime froid, mécanique, celui qui obéit aux ordres sans se poser de questions. Et sans remord.

Le dernier opus de Martin Scorcese, interprété par une brochette de talents inégalée depuis Laurence d’Arabie (1962) s’est permis, justement à cause de ses interprètes, d’avoir de la retenue. Plus qu’un film de gangsters basé sur le mystère entourant la disparition de Jimmy Hoffa (Al Pacino) c’est, sur 30 ans, le parcours de Frank Sheeran (Robert de Niro), un irlandais vétéran de la Deuxième Guerre Mondiale engagé par Russel Bufalino (Joe Pesci), un Don de la mafia italienne. À force de crimes et de meurtres, l’humanité de Sheeran se dissoudra au point d’assassiner Hoffa, devenu l’un de ses meilleurs amis.
(…)

Lire la suite

Chanson douce, de Lucie Borleteau, ou le portrait d’une nounou bien sous tous rapports

Le film s’ouvre sur un gros plan sur le visage d’une jeune femme, Myriam (Leïla Bekhti), qui regarde par la fenêtre le monde extérieur et se confie :

« Quand je suis tombée enceinte, j’étais encore à l’école. J’ai toujours dit que c’était un accident mais j’e l’ai fait exprès … Une excuse pour ne pas quitter la douceur du foyer. Mais avec deux enfants, tout est devenu plus compliqué. Des journées plus longues, je suis devenue une morte vivante, j’touffe. J’ai peur de tout, surtout j’ai peur qu’ils meurent. Je suis sûre que tout le monde a eu cette pensée. Quand on regarde son enfant dormir, on se demande ce que cela nous ferait si ce corps-là était un cadavre, si ses yeux fermés l’étaient pour toujours.  Je n’y eux rien : je rêve la nuit de leur disparition soudaine. Au milieu d’une foule indifférente, je crie : Où sont mes enfants ? Les gens rient, pensent que je suis folle. »
(…)

Lire la suite