Freedom Fields, le documentaire de Naziha Arebi sur 3 footballeuses libyennes est présenté au Festival des cinémas d’Afrique de Lausanne

La réalisatrice anglo-libyenne a suivi pendant 5 ans trois footballeuses dans leur vie quotidienne, la pratique de leur sport et la déliquescence d’un pays qui sombre dans la guerre civile. Le travail de Naziha Arebi est remarquable… malheureusement a-t-on envie de dire, car elle capte dans le montage de son film l’air du temps d’un pays qui inexorablement se raréfie. Méthodiquement, sur 97 minutes, elle se fait témoin des pans d’espoirs et de libertés qui tombent tels les écailles d’un animal en mue.  Et nous, spectateur.trices, un peu piteux d’apprécier ce superbe rendu esthétique qui se joue de la nuit, des contre-jours, des ombres et d’une lumière ardente, à la chaleur inversement proportionnelle à la situation politique du pays qui tend plutôt à glacer le sang. L’habillage musical de Freedom Fields est également pertinemment mis en place et s’accorde à la perfection au fil narratif du documentaire.
(…)

Lire la suite

La comédie satirique Keteke du Ghanéen fait l’ouverture du Festival des cinémas d’Afrique de Lausanne le 22 août 2019

Le cinéma nous a déjà donné à montrer que la vie n’est pas un long fleuve tranquille (La vie est un long fleuve tranquille d’Etienne Chatillez en 1998) – et c’est tant mieux ! -, Peter Sedufia, qui signe ici son second long métrage, nous rappelle que la vie de couple, même si elle se trouve sur des rails, n’assure pas un voyage sans embûches dans le train de la vie,  avec pour toile fond le fonctionnement farfelu des chemins de fer dans la région qui, si cela semble appartenir au domaine du folklore, est une véritable question sociale, les infrastructures de la mobilité pouvant être vitales dans des régions périphériques. Il serait certainement possible de filer l’allusion à d’autres infrastructures étatiques, mais ce serait extrapoler sur les intentions du jeune réalisateur ghanéen.
(…)

Lire la suite

Resgate (Rédemption) de Mickey Dario Fonseca clôturera le 25 août le Festival des cinémas d’Afrique de Lausanne

Dès les premières images, la facture esthétique du film du réalisateur mozambicain frappe : une belle lumière magnifiée par le travail du chef opérateur Pipas Forjaz, cofondateur avec Mickey Fonseca  de Mahla Filmes Production, une attention particulière sur les cadres, le découpage et les mouvements de caméra qui épousent au millimètre la narration, ce qui néanmoins, à certains moments du récit, l’appuie de manière un peu trop didactique, tout comme la musique du film, très riche et variée qui elle aussi parfois fait office de surligneuse.
(…)

Lire la suite

14e Festival cinémas d’Afrique de Lausanne : un très beau programme qui dévoile de nombreuses facettes du continent !

Le festival à présent bien établi dans le calendrier des festivals suisses, qui met à l’honneur les cinémas africains avec un riche programme d’événements culturels annexes, se tiendra à la Cinémathèque suisse et au Casino de Montbenon du 22 au 25 août 2019 autour du thème REGARDS.
Le festival se propose depuis ses débuts à permettre au public de saisir d’un peu plus près les réalités sociales, culturelles et artistiques des différentes régions d’Afrique en présentant un choix d’œuvres fortes réalisées par des cinéastes du continent et de la diaspora africaine.
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : trois films asiatiques en compétition internationale

Hiruk-pikuk si al-kisah (The Science of Fictions), de Yosep Anggi Noen, représente l’Indonésie, co-produit par l’Indonésie, la Malaysie et la France
(…)
Pa-go (Height of the Wave), de Park Jung-bum, représente la Corée du Sud en compétition pour le Pardo d’Oro
(…)
Yokogao (A Girl Missing), de Koji Fukada, représente le Pays du soleil levant en compétition internationale

Lire la suite

Locarno 2019 : les films en compétition pour l’Allemagne, la Suisse et la Bulgarie

Das freiwillige Jahr (L’année de volontariat), de Ulrich Köhler et Henner Winckler, représente l’Allemagne dans le concorso internazionale
(…)
O fim do mundo, de Basil Da Cunha, le film suisse en compétition
(…)
Cat in the Wall, de Mina Mileva et Vesela Kazakova, représente la Bulgarie, dans une co-production de la Bulgarie, du Royaume-Uni et de la France
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : les trois films français en lice pour le Pardo d’Or laissent perplexes

Douze Mille, de Nadège Trebal; Les Enfants d’Isadora, de Damien Manivelle; Terminal sud, de Rabah Ameur-Zaïmeche

Voici sans aucun doute le film le plus intéressant des candidats français dans le concours international.
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : les films de la péninsule ibérique en compétition

Technoboss, de João Nicolau, représente le Portugal dans le concours international
(…)
Longa noite (Longue nuit), de Eloy Enciso, représente l’Espagne dans la course aux Léopards
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : quand la littérature rencontre le cinéma dans le cadre de la première adhésion de la Suisse à la Journée de Dante

Dans le cadre du Monte Verità d’Ascona, Marco Solari, président du Locarno Film Festival et délégué du Comité de direction des Eventi letterari (les événements littéraires), lance la première adhésion suisse à l’institution d’une journée dédiée à Dante Alighieri en vue du 700e anniversaire de sa mort, en 2021 : la Journée de Dante.

Faut-il encore présenter Dante Alighieri (Durante degli Alighieri dit Dante) est un poète, écrivain, penseur et homme politique florentin  né entre la mi-mai et la mi-juin 1265  à Florence et mort le  14 septembre 1321 à Ravenne. « Père de la langue italienne », Dante est, avec  Pétrarque et Boccaccio (Boccace), l’une des « trois couronnes » qui imposèrent le toscan comme langue littéraire puisque, rappelons-le, chaque région de la péninsule avait sa langue.
(…)

Lire la suite

Locarno 2019 : Il nido (Le nid), le film anxiogène du cinéaste italien Roberto De Feo, projeté sur la Piazza Grande dans le cadre de Crazy Midnight

Le film s’ouvre sur une scène nocturne : un homme court, portant un très jeune enfant dans ses bras. On comprend rapidement qu’il est poursuivi. Il prend sa voiture mais les poursuivants le talonnent. La voiture  finit dans le fossé. La scène entière aligne des décors angoissants accompagnés par une musique anxigène.

La séquence suivante nous dévoile un jeune adolescent, Samuel, qui joue un morceau classique au piano devant une assemblée d’adultes assis face à lui. La camera révèle rapidement aux spectateurs que Samuel est  paraplégique. Sa mère, Elena, à la tenue austère et boutonnée jusqu’au sommet du cou, amène un gâteau d’anniversaire où trône une seule bougie. Les adultes offrent à Samuel une édition très ancienne du Paradis perdu, de Milton.
(…)

Lire la suite