The White Crow, de Ralph Fiennes, retrace le « grand saut vers la liberté » de Rudolf Noureev, danseur prometteur de l’Union soviétique

Jeune prodige du célèbre ballet du Kirov, Rudolf Noureev est à Paris en juin 1961 pour se produire sur la scène de l’Opéra. Fasciné par les spectacles des cabarets parisiens et par la vie artistique et culturelle de la capitale française,  Rudolf Noureev se lie d’amitié avec Clara Saint (Adèle Exarchopoulos), jeune femme introduite dans les milieux huppés et qui jouera un rôle décisif dan sla destinée du jeune danseur russe. Mais les hommes du KGB, chargés de surveiller tous les danseurs invités à Paris puis à Londres, sont particulièrement assidus à suivre Noureev et ne voient pas d’un bon œil ses fréquentations « occidentales » et le rappellent à l’ordre. Confronté à un terrible dilemme, Noureev devra faire un choix irrévocable, qui va bouleverser sa vie à jamais, qui va le faire entrer dans dans la grande Histoire en pleine guerre froide entre l’U.R.S.S. et l’Ouest, El Dorado d’une terre convoitée et promise pour les ressortissant du bloc soviétique.
(…)

Lire la suite

Tolkien, de Dome Karukoski, retrace l’enfance, la jeunesse et les années d’apprentissage du célèbre auteur

Le film de Dome Karukoski a réuni une jolie palette de comédiens : Nicolas Hoult, Lily Collins (la fille de Phil) et Colm Meaney, comédiens qui permettent au cinéaste de proposer une plaisante plongée dans l’enfance, l’adolescence et les premières années du jeune adulte qui se retrouve dans les tranchées en France. Si ce biopic se consacre donc aux jeunes années de Tolkien, le film essaie de faire émerger les chapitres de la vie de l’auteur et les expériences de vie qui expliquent les sources d’inspiration et les prémices de son univers et  la genèse de sa saga mondialement connue et lue.
(…)

Lire la suite

Yuli, d’Icíar Bollaín, retrace le destin de Carlos Acosta, danseur étoile, des rues de Cuba au Royal Ballet de Londres – sur les écrans romands

Yuli est le surnom de Carlos Acosta. Son père Pedros, descendants d’esclaves africains,  l’appelle ainsi parce qu’il le considère comme le fils d’Ogún, un dieu africain, un combattant que Pedro Acosta prie et invoque régulièrement. Cependant, depuis son enfance, Yuli a toujours fui toute forme de discipline et d’éducation, se rebellant constamment contre l’autorité paternel comme contre le carcan des institutions scolaires.
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : « Rocketman », un film au rythme explosif qui rend hommage tant à Reginald Dwight qu’à Elton John

(…)
Dans la même veine, le biopic consacré à Elton John était très attendu tant par les cinéphiles que par les mélomanes.

Pour se mettre l’eau à la bouche et les notes aux tympans, histoire de patienter en attendant la première du film au festival de Cannes 2019, on pouvait lire qu’Elton John co-produisait, avec Rocket Pictures, le film qui lui était consacré et qu’il avait validé le choix de Taron Egerton pour l’incarner sur grand écran.
(…)

Lire la suite

Astrid : le biopic – portrait de la femme qui se cachait derrière Fifi Brindacier

Fifi Brindacier, Kalle Blomquist ou Ronya, fille de brigand: les histoires d’Astrid Lindgren ont rythmé et animé l’enfance de millions d’individus à travers le monde dont la sous-signée qui avoue, avec nostalgie, avoir été coiffée comme Fifi Brindacier. Grande était donc l’attente de retrouver son héroïne !Mais la surprise fut d’autant plus grande de découvrir que le film de Pernille Fischer Christensen se focalise sur une période bien précise de la vie d’Astrid Lindgren (Alba August), en 1920, qui, à seize ans et des rêves plein la tête, décroche son premier emploi comme sténo-dactylo pour le journal de son village.
(…)

Lire la suite

Le dernier film de Julian Schnabel, « At Eternity’s Gate », retrace les dernières années de Vincent van Gogh

Le biopic de Julian Schnabel relate admirablement les dernières années de la vie troublée de l’artiste, incompris et en avance sur son époque, soulignant son amitié extrêmement douloureuse avec Gauguin.Julian Schnabel s’est d’abord intéressé à l’art. Il étudie les Beaux-Arts à l’université de Houston (1969 à 1983)  où il obtient son Bachelor of Fine Arts puis une bourse d’études du Whitney Museum of American Art . Son succès foudroyant sur le marché de l’art est cependant remis en question par l’arrivée de Jean-Michel Basquiat, son benjamin de neuf ans, ce que Schnabel racontera dans son film Basquiat en 1996, dans ce film biographique sur l’artiste afro-américain, un film qui marque le début de sa carrière de réalisateur.
(…)

Lire la suite

Venise 2017: Le couple Bardem-Cruz réunis sur grand écran dans Loving Pablo, film de Fernando Leon de Aranoa

Loving Pablo, sur histoire du puissant trafiquant Pablo Escobar et l’histoire d’amour qui l’a lié à la journaliste Virginia Vallejon (dont le livre a inspiré le film) vient d’être présenté a Venise hors concours. Pour interpréter les deux protagonistes du film de Fernando Leon de Aranoa, Bardem est Pablo Escobar, le chef tout puissant et sanglant de la drogue colombienne; Cruz est une journaliste de télévision colombienne qui entre dans son monde, attirée magnétiquement par le luxe et le faste, devient son amant jusqu’à risquer sa vie. Javier Bardem et Penelope Cruz, un couple a la ville, sont venus combler de bonheur les fans et les photographes au Lido de Venise. L’actrice a déclaré : « Il était difficile d’être sur le plateau avec Javier incarnant un monstre comme Escobar ».
(…)

Lire la suite

Berlinale 2016 – Compétition jour #6: Soy Nero, Genius et Chi-Raq (hors compétition)

Ce 6è jour de festival était très étasunien, avec un Soy Nero – un film sur les soldats non citoyens

Lire la suite