Cannes 2018 : rencontre avec Joanna Kulig, interprète flamboyante de Zula dans « Cold war »

La sous-signée devait rencontrer pour j:mag le cinéaste polonais Paweł Pawlikowski pour Cold War (notre critique), en compétition officielle. Le réalisateur s’étant cassé la cheville, tous les entretiens ont été annulés. Nous avons pu rencontrer les eux interprètes principaux, Joanna Kulig et Tomasz Kot, dans le parc verdoyant du Resideal, au bout de la Croisette. Le duo d’acteur interprètent les parents du cinéaste qui a dédicacé le film à leur mémoire et leur incroyable histoire. Rappelons que Paweł Pawlikowski a remporté la Palme du meilleur réalisateur.
(…)

Lire la suite

«Yvette Z’Graggen, une femme au volant de sa vie»: un vibrant et riche hommage de Frédéric Gonseth à l’écrivaine et journaliste genevoise disparue en 2012 – Rencontre

Yvette Z’Graggen s’est imposée comme une femme et écrivaine en avance sur son temps aux décisions audacieuses et novatrices. Le parcours de vie de cette femme hors du commun est raconté par elle-même dix ans avant sa disparition, par le truchement d’une exceptionnelle collection de photos conservées par sa fille, d’interviews et d’archives. Des textes lus en voix off en superposition des images d’époque et des témoignages d’amis complètent ce tableau et permettent de voir comment sa vie fut un roman passionnant, mêlant ancêtres alémaniques, insolence face aux conventions de l’époque, audace pour les sujets sensibles et un penchant assumé pour la gent masculine comme pour les belles voitures.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Toni Servillo à l’occasion d’une petite rétrospective qui lui est consacrée à Berlin

L’acteur, metteur en scène de théâtre et d’opéra et producteur napolitain est un vrai caméléon capable de se fondre physiquement dans ses personnages sans y laisser son âme personnelle. En dehors de l’Italie, quand on cite son nom, la réaction est souvent : « cela me dit quelque chose mais ne me reviens pas là… ». Et pourtant et pour cause !
Et pourtant dès que l’on cite quelques titres de films (au hasard – La grande bellezza, Gomorra, Il divo, Una vita tranquilla [Une vie tranquille], Le Confessioni), les gens réalisent qu’ils l’ont tous vu ici ou là. Et pour cause, puisque dans la veine de la Commedia dell’arte, il n’hésite jamais à se transformer, parfois à l’extrême comme dans Il divo de Paolo Sorrentino où il interprète Giulio Andreotti, une des figures majeures de paysage politique italien du XXè siècle, avec un maquillage transformant tellement le visage qu’il s’apparente au masque.
(…)

Lire la suite

La doyenne des artistes françaises tire sa révérence

Que d’émotion que d’apprendre que Gisèle Casadesus nous a quittés ce dimanche 24 septembre. Certes, la doyennes des artistes françaises avait un certain âge, voire un âge certain. Mais de sonner qu’elle avait joué au théâtre dans des mises en scène de Louis Jouvet, Pierre Dux, Georges Wilson, Francis Poulenc. De grands noms du septième art l’ont dirigée : Michel Deville, Roger Vadim, Claude Lelouch, Jean Becker, Robert Guédiguian … La liste est encore bien longue.
(…)

Lire la suite

Rural America: Where Sam Shepard’s roots ran deepest

When Sam Shepard died on July 27 the world lost one of the greatest playwrights of the past half-century. He was an artist renowned for bravely plumbing his own life for material, spinning much of his own pain into theatrical gold. His best work revealed the hollowness behind the idea of the happy family and its corollary, the American dream. Subversive and funny, Shepard had the soul of a poet and an experimental streak that never faded.
(…)

Lire la suite

A l’affiche à l’Espace Fusterie – Genève: Les émigrés, de Slawomir Mrozek

Par Djenana Mujadzic, Paris [édité par MaB et actualisé pour la Suisse] Le théâtre comme arme de résistance Dramaturge et

Lire la suite

Un chinois universaliste, un norvégien à l’humour noir, un français de 91 ans

Il ressort de cette journée de compétition une recherche d’originalité dans le générique. Tui Na reprend les codes de la

Lire la suite

Berlinale: Les frères Taviani en compétition avec « Cesare deve morire » – Entretien

Du grand cinéma en compétition officielle avec les frères Paolo et Vittorio Taviani et leur César doit mourir. Non pas parce que ce sont les frères Taviani et qu’ils font déjà partie de l’histoire du cinéma, ceux qui nous suivent savent ce que j :mag a pensé de leur dernier film Le Mas des Alouettes (2006) présenté également à la Berlinale, non tout simplement parce que ce film est tout ce que l’on demande au cinéma : donner à réfléchir, offrir des émotions, mettre un éclairage sur un point de la société et du monde et ceci si possible avec un souci artistique.
(…)

Lire la suite