Cannes 2022 : Nostalgia de Mario Martone, présenté en compétition, suit le retour, physique et émotionnel, d’un Napolitain dans sa ville natale, entre démons du passé et vendetta du présent

Après quarante ans d’absence, Felice Lasco retourne dans sa ville natale : Naples. Il y retrouve sa mère, Teresa, livrée à elle-même. Il en prend aussitôt soin. Felice redécouvre les lieux, les codes de la ville avec ses règlements de comptes. Le passé de Felice le poursuit et le ronge depuis son adolescence quand il a quitté l’Italie pour aller travailler dans l’entreprise de son oncle au Liban, puis en Afrique du Sud et en Égypte où il vit avec sa femme, Arlette (Sofia Essaïdi).
(…)

Lire la suite

E stata la mano di Dio (La Main de Dieu), de Paolo Sorrentino, révele aux spectateurs un pan de l’histoire du cinéaste, entre passion du football, intimité familiale et découverte de l’amour

(…) Paolo Sorrentino signe indubitablement ici son film le plus intime et le plus personnel et raconte, via son alter ego Fabietto, son chemin initiatique, sa jeunesse dans sa ville de Naples des années 80, là où sa carrière a débuté. (…)

Lire la suite

Cannes 2019 : Diego Maradona, d’Asif Kapadia, fait revivre le mythe

Le film d’Asif Kapadia, présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2019, n’est pas le premier film consacré à la star argentine du ballon rond. Maradona (ou Maradona par Kusturica), film documentaire réalisé par Emir Kusturica et sorti en 2008 en France, avait été présenté en une avant-première au Festival de Cannes 2008, hors-compétition. Cependant, Maradona inspire tant les cinéastes que le public, preuve en est lors des projections de ce nouveau film consacré à celui que l’on surnommait El Pibe de Oro (« Le gamin en or »), Pelusa, D10S, El Diez, Dieguito, Le Maître : les spectateurs étaient nombreux et nombre d’entre eux le considèrent toujours comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football. Il fait partie de l’équipe mondiale du XXe siècle.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Compétition jour #6: La paranza dei bambini (Piranhas) – Une jeunesse abandonnée par la société civile et repêchée par la société du crime

Naples. Nicola et ses amis ont quinze ans. Ils veulent sortir avec des filles, entrer dans des discos, acheter des vêtements cool, des scooters tout neufs (ce qui nous vaut une belle course-poursuite à deux-roues dans les rues de Naples)… bref, faire de l’argent. Pour y arriver, Nicola, charismatique, intelligent et voulant à la fois sortir de sa condition d’enfant de pauvre et surtout faire en sorte que sa mère ne doive plus payer « sa protection », échafaude des plans, plus ou moins foireux, pour entrer dans le milieu. Mais une fois dans la place, il va s’aguerrir et son ambition va grandir. Encore enfants, ils jouent avec des armes mais, dans une sorte de saut quantique, Nicola et ses amis vont changer de dimension lorsqu’ils vont prendre le pouvoir dans le quartier de Sanità et que cet attirail va devenir des machines de pouvoir et de mort. Le jeune homme a une vision romantique de son action – sous sa direction les petites gens ne doivent plus payer la taxe de protection, il offre des maillots de foot aux plus jeunes pour leur équipe, etc. – et l’illusion s’installe en lui d’apporter le bien d’apporter bien même si c’est par le mal.
(…)

Lire la suite

[Audio] L’intrusa de Leonardo di Costanzo invite les spectateurs à côtoyer les victimes de la Camorra

Naples, de nos jours : Giovanna, travailleuse sociale sexagénaire fait face à une criminalité omniprésente. Elle gère un centre qui s’occupe d’enfants défavorisés et offre ainsi une alternative à la domination mafieuse de la ville. Un jour, l’épouse d’un criminel impitoyable de la Camorra, la jeune Maria, en fuite avec ses deux enfants, se réfugie dans ce centre. Lorsqu’elle demande à Giovanna sa protection, la travailleuse sociale se retrouve confrontée, telle une Antigone moderne, à un dilemme moral qui menace de détruire son travail et sa vie. Décidée à arracher le plus de monde possible aux enfers, Giovanna est porté à l’écran par Raffaella Giordano, danseuse et chorégraphe.
(…)

Lire la suite