Cannes 2021 : une conférence de presse du président et des membres du jury empreinte de politique et imprégnée par la joie de retrouver le septième art

Le Festival de Cannes s’est ouvert ce mardi avec la traditionnelle conférence de presse du président, le cinéaste new-yorkais Spike lee, et les membres du jury de la compétition officielle, un jury essentiellement féminin : la cinéaste franco-sénégalaise Mati Diop (Grand Prix de Cannes 2019 avec Atlantique en 2019), la chanteuse Mylène Farmer, l’actrice-réalisatrice- scénariste et productrice américaine Maggie Gyllenhaal, la réalisatrice et scénariste autrichienne Jessica Hausner (Little Joe, 2019), l’actrice-scénariste et réalisatrice française Mélanie Laurent, le réalisateur-scénariste et producteur brésilien Kleber Mendonça Filho, l’acteur français Tahar Rahim et l’acteur sud-coréen Song Kang-ho.
(…)

Lire la suite

Palmarès de la 70e Berlinale très consensuel

Le jury international composé de Jeremy Irons (président) Bérénice Bejo, Jeremy Irons, Bettina Brokemper, Annemarie Jacir, Kenneth Lonergan, Luca Marinelli et Kleber Mendonça Filho semble avoir voulu ratisser large et ne pas froisser ou faire de vagues. L’impression que le palmarès donne est celui du consensus : donner des récompenses un peu dans toutes les directions, cela ne peut que dans l’ensemble s’équilibrer. Et c’est vrai que le résultat, un peu tiède et convenu, tient à peu près la route. On regrettera toutefois que des films exigeants comme Rizi (Days) de Tsai Ming-Liang ou The Roads Not Taken de Sally Potter repartent bredouille. Cependant, pour être honnête, le fait que le film de Tsai Ming-Liang ne reçoive aucun prix malgré sa qualité exceptionnelle tient plutôt au fait que le directeur artistique Carlo Chatrian ait gâché toutes ses chances en le plaçant en compétition officielle plutôt que dans la nouvelle section compétitive qu’il a créée – Encounters.
(…)

Lire la suite

Cannes 2019 : Le premier film brésilien en compétition, Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles,  brosse le portrait inquiétant d’une zone pauvre et oubliée du Brésil, une région en proie à une menace meurtrière mais invisible

Trois ans après son célèbre Aquarius, film qui a remporté le suffrage des spectateurs, le réalisateur Kleber Mendonça Filho revient à Cannes avec Bacurau, déterminé à oxygéner le cinéma brésilien, qui traverse une période agitée et incertaine,  à l’instar de la société brésilienne,  sous le gouvernement de Jair Bolsonaro.Nous avons deux sentiments en parallèle: d’un côté la satisfaction personnelle et artistique, et de l’autre un sentiment de pitié, car le cinéma brésilien était sur une courbe ascendante et fait face à une crise
(…)

Lire la suite