68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – Quote of the Day #1: Bill Murray

During the press conference of The Isle of Dogs (film review in French), the animated film that opened the 68th Berlinale, a journalist asked Wes Anderson: « How did you assemble such a great group of voices and for Bill Murray who has been in a lot of your films, how was it to be just a voice? »
(…)

Lire la suite

The Monuments Men : un mausolée cinématographique à la gloire des États-Unis !

Une distribution digne de Ocean’s 11 et suite numérotée, avec cette fois-ci Cate Blanchett dans le rôle « de la fille »… qui joue une Française ! Ceci dit, il est plus agréable de voir Cate Blanchett qu’une énième fois cette année Léa Seydoux…
À la base, une histoire vraie, adaptée du livre de Robert Edsel, Monuments Men, relatant les aventures d’un groupe d’experts en art partis sur le front à la fin de la Deuxième guerre mondiale sauver des chefs-d’œuvre volés par les nazis.
(…)

Lire la suite