Cannes 2018 : Alice Rohrwacher revient sur la Croisette avec Lazzaro felice (Heureux comme Lazzaro), un conte moderne porté par un anti-héro bienveillant

Quatre ans après le succès de son film Le meraviglie (Les merveilles), qui lui a valu le Grand Prix du jury qu’elle a reçu des mains de Sophia Loren, la réalisatrice italienne revient en compétition avec l’histoire de la transformation de la société, « un film politique et religieux qui raconte un monde perdu », comme elle l’a expliqué lors sa la conférence.
(…)

Lire la suite

goEast – le festival des cinémas d’Europe centrale et de l’est de Wiesbaden fête avec faste ses 18 ans du 18 au 24 avril 2018!

L’année 2018 est une année jubilée pour le festival goEast de Wiesbaden : il fête ses 18 ans et témoigne de 100 ans d’indépendance pour 7 pays d’Europe centrale et de l’est. Une belle entrée en matière pour la nouvelle directrice du festival, Heleen Gerritsen, qui prend la suite de Gaby Babić qui a su développer ces dernières années goEast pour en faire un festival majeur (à 18 ans c’est de circonstance !) sur la scène des cinémas de l’Est.

goEast : un foisonnement de découvertes et de sujets de réflexion
(…)

Lire la suite

68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Pour la sortie française de Mort à Sarajevo, le producteur François Margolin répond à quelques questions

Le film Mort à Sarajevo primé par la Critique internationale à la Berlinale 2016 et Grand Prix du jury du même festival [critique que j:mag en avait fait juste après sa projection] est sorti sur les écrans français le 23 août 2017.

Un des producteurs et patron de Margo Cinéma, François Margolin, lui aussi scénariste et réalisateur à répondu à quelques questions durant l’avant-première, dans le grand complexe UGC Ciné Les Halles où de nombreux cinéphiles ont visionné le film avec grand intérêt.
(…)

Lire la suite

Interviews audio de Robin Campillo et Antoine Reinartz – 120 battements par minute

Pour la sortie dans les salles de Suisse romande ce mercredi 23 août 2017 de 120 battements par minute – film primé à Cannes avec le Grand prix du jury ainsi que le prix FIPRESCI de la critique -, nous vous proposons les interviews audio du réalisateur Robin Campillic et de l’acteur Antoine Reinartz (interprète de Thibaud, le président d’Act’up Paris) réalisées lors de leur passage à Genève.
(….)

Lire la suite

Le 12e Festival cinémas d’Afrique à Lausanne

La production cinématographique du continent africain, si elle est moins prolixe que celle des autres continents – et un peu plus inégale, n’en demeure pas moins riche et diverse. Une bonne occasion de partir à sa découverte est le Festival cinémas d’Afrique qui a lieu à Lausanne du 17 au 20 août 2017.
(…)

Lire la suite

Palmarès 67è Berlinale: de la dignité à la poésie en passant par la résistance!

Quel beau palmarès pour une année où la section de la compétition officielle était de haute volée – comme quoi parfois moins c’est mieux, le moins étant ici les stars du tapis rouge, le mieux, des films et leurs équipes. En revanche, les sections parallèles ont un peu déçu dans leur ensemble, même si de très bons et beaux films s’y sont également glissés. Seul regret, Sally Potter et sa Party jubilatoire, mais il était difficile de lui trouver un prix, tant il fallait primer de films. Elle a reçu un prix très important, et surtout révélateur, d’un jury indépendant : celui de la Guilde des cinémas indépendants qui ont bien des chances de remplir un peu leurs caisses en projetant ce film dans leurs salles dans lesquelles il faut continuer à se rendre, car ce sont des lieux (physiques) authentiques avec des écrans qui s’ouvrent le plus largement sur les états du monde et des ses habitants.
(…)

Lire la suite