Berlinale 2021 – Compétition : Ich bin dein Mensch de Maria Schrader ou le face-à-face malicieux entre un robot humanoïde et un être humain

Alma (Maren Eggert) est scientifique et travaille au fameux Pergamon Museum de Berlin comme anthropologiste. Pour obtenir un financement pour une recherche avec son équipe, elle accepte de participer à une expérience inhabituelle. Pendant trois semaines, pour le compte d’une commission d’éthique, elle doit vivre avec un robot humanoïde, Tom (Dan Stevens), qui est censé évoluer en un parfait compagnon de vie grâce à l’intelligence artificielle et au deep learning. La machine à but anthropomorphique est conçue pour rendre Alma heureuse. Évidemment, le fait qu’Alma soit scientifique et qu’elle participe à cette expérience un peu contrainte pour des motifs qui n’ont aucun trait à son intérêt pour la chose amène beaucoup de contrastes et de résistance propices à des situations de tragicomédie.  Pour ne rien arranger, Alma a de lourds problèmes intimes et cette perspective d’amour et de désir ouverte par l’entrée de Tom dans sa vie à la fois raviver ces tensions personnelles et lui permettre de s’y pencher plutôt que de les laisser enfouis dans un coin de sa vie ou le privé n’a plus cours.  
(…)

Lire la suite

L’intelligence artificielle vue par des médias et des artistes

Le progrès et le développement de plus en plus avancés et visibles de l’intelligence artificielle, les espérances réalisables de ” l’homme augmenté” et la quête d’immortalité, paraît-il très en vogue en Californie, ont encouragé le quotidien parisien Libération et la radio France Inter à rééditer (janvier 2019) et compléter leur hors-série commun, paru un an auparavant, Voyage au cœur de l’IA.
(…)

Lire la suite

2001- L’Odyssée de l’espace – Genèse d’un film-culte

Film-culte entre tous, précurseur de tous les Stars Wars, Solaris et autres treks interstellaires, 2001-Odyssée de l’espace reste un incontournable du cinéma. On s’y réfère autant pour sa maîtrise cinématographique et ses avancements techniques que pour le courage de Stanley Kubrick à tabler sur l’intuition de son public, en suscitant beaucoup plus de questions qu’il n’y répond. Genèse philosophique et scientifique d’un chef-d’œuvre.
(…)

Lire la suite