Exposition: « Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli » au Musée des Arts décoratifs de Paris jusqu’au 22 janvier 2023

Une somptueuse rétrospective de la créatrice italienne Elsa Schiaparelli, amie des artistes de l’avant-garde parisienne des années 1920 et 1930, est visible au Musée des Arts Décoratifs, jusqu’au 22 janvier 2023. Plus de 520 œuvres ont été réunies, dont 272 costumes et accessoires de mode, ainsi que 248 peintures, sculptures, photos, bijoux, céramiques, parfums signés des plus grands comme Jean Cocteau, Salvador Dali, Man Ray, Elsa Triolet ou Meret Oppenheim.  Le Musée montre aussi l’héritage du style de la créatrice, avec les modèles d’Yves Saint Laurent, Azzedine Alaïa, Galliano, Lacroix.
Pour l’exposition présentée dans les galeries de la mode Christine & Stephen A. Schwarzman, la scénographie a été confiée à Nathalie Crinière qui l’a rendu immersive et même poétique. Dans son livre Shocking Life, qui date de 1954, Schiaparelli a écrit : (…)

Lire la suite

La Fondation Gianadda propose une exposition exceptionnelle des clichés d’Henri Cartier-Bresson, issus de la collection Sam Szafran – Rencontre (audio) avec Jean-Henry Papilloud, commissaire de l’exposition

La nouvelle exposition, intitulée Henri Cartier-Bresson et la Fondation Pierre Gianadda, révèle l’imposant travail de l’un des plus grands photographes du XXᵉ siècle, révélant des pans méconnus de sa carrière à travers des clichés et qui n’avaient jusqu’alors jamais été développés. En collaboration avec la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris, cette exposition invite le public à découvrir les chapitres majeurs de l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson, entre clichés de voyages en Afrique subsaharienne, plus précisément en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Togo et au Soudan français, en Inde, aux Mexique aux États-Unis, en Espagne et à Moscou ainsi que des portraits d’artistes saisis à l’instant idéal par le photographe à l’instar d’Henri Matisse dans son atelier niçois, d’Edith Piaf, de Raymond Queneau qui survole de manière magique une flaque d’eau, d’Alberto Giacometti, entre autres… Les visiteurs ne seront pas au bout de leur surprise au fil des clichés exposés ! (…)

Lire la suite

Big Batart – L’homme-chauve-souris fait son cinéma dans une galerie lausannoise jusqu’au 30 mars 2022

Non sans humour, jouant des effets de paronymie, d’homonymie approximative, Big Batart, à l’identité secrète, se définit comme quelqu’un qui aime à
« observer le monde avec une sensibilité décalée, longtemps laissée de côté. Lié par des valeurs de justice et de solidarité, la révélation eut lieu en visionnant le Batman de Tim Burton. Un héros masqué, qui a une double vie et utilise un trauma pour aider les autres et … aussi soi-même. »
L’idée artistique qui sous-tend le projet est de
« partager un moment de réflexion artistique et décalé et ainsi entamer avec le Chevalier de Gotham un voyage vers l’inattendu et les nombreux masques que nous portons. »

Lire la suite

Léman, bien plus qu’un lac : une double invitation au voyage à travers un livre et une exposition – rencontre audio avec Claude Dussez, Vincent Guignet et Lionel Gauthier

En cette période morose pour tout un chacun et particulièrement difficile pour la culture, chacune et chacun cherche à se ressourcer et à voyager avec l’esprit comme avec les sens. A l’approche des fêtes, la quête de cadeaux à offrir à ses proches, pourquoi ne pas opter pour des libres, histoire de soutenir une corporation malmenée depuis que la pandémie sévit à travers le monde.
Comme par exemple, Léman, bien plus qu’un lac, de Claude Dussex et Vincent Guignet, dont les photographies sont accompagnées par des textes poétiques de Blaise Hofmann, aux  éditions Glénat . Des textes qui invitent au voyage tout autant que les clichés qu’ils accompagnent. La sortie de ce magnifique ouvrage est accompagnée par la nouvelle exposition temporaire éponyme, dont l’ouverture était initialement prévue le 14 novembre 2020. Soumise aux décisions de mesures sanitaires l’exposition a marqué la réouverture des portes du Musée du Léman le 1er décembre et sera prolongée jusqu’au 15 août 2021.
(…)

Lire la suite

APERTI 2020 – un parcours virtuel dans les ateliers d’artistes

Depuis quelques années, au printemps, des artistes de Lausanne et de ses environs ouvrent leurs ateliers pendant deux jours afin de permettre au public d’entrer dans l’univers créatifs des artistes et d’échanger avec eux, de découvrir le dynamisme de la scène artistique de la région.
Evidemment, cette année, la pandémie du coronavirus a empêché ces rencontres. Ne renonçant pas à cette ouverture et ce pont entre les artistes et le public, APERTI s’est, comme beaucoup d’autres, adapté et a pris l’option du virtuel pour cette édition 2020.
(…)

Lire la suite

Palmarès de la 70e Berlinale très consensuel

Le jury international composé de Jeremy Irons (président) Bérénice Bejo, Jeremy Irons, Bettina Brokemper, Annemarie Jacir, Kenneth Lonergan, Luca Marinelli et Kleber Mendonça Filho semble avoir voulu ratisser large et ne pas froisser ou faire de vagues. L’impression que le palmarès donne est celui du consensus : donner des récompenses un peu dans toutes les directions, cela ne peut que dans l’ensemble s’équilibrer. Et c’est vrai que le résultat, un peu tiède et convenu, tient à peu près la route. On regrettera toutefois que des films exigeants comme Rizi (Days) de Tsai Ming-Liang ou The Roads Not Taken de Sally Potter repartent bredouille. Cependant, pour être honnête, le fait que le film de Tsai Ming-Liang ne reçoive aucun prix malgré sa qualité exceptionnelle tient plutôt au fait que le directeur artistique Carlo Chatrian ait gâché toutes ses chances en le plaçant en compétition officielle plutôt que dans la nouvelle section compétitive qu’il a créée – Encounters.
(…)

Lire la suite

14e Festival cinémas d’Afrique de Lausanne : un très beau programme qui dévoile de nombreuses facettes du continent !

Le festival à présent bien établi dans le calendrier des festivals suisses, qui met à l’honneur les cinémas africains avec un riche programme d’événements culturels annexes, se tiendra à la Cinémathèque suisse et au Casino de Montbenon du 22 au 25 août 2019 autour du thème REGARDS.
Le festival se propose depuis ses débuts à permettre au public de saisir d’un peu plus près les réalités sociales, culturelles et artistiques des différentes régions d’Afrique en présentant un choix d’œuvres fortes réalisées par des cinéastes du continent et de la diaspora africaine.
(…)

Lire la suite

Fantastique rétrospective Dora Maar à Beaubourg jusqu’au 29 juillet 2019

La plus grande rétrospective consacré à Dora Maar jamais organisée en France a lieu actuellement à Paris, au Centre Georges Pompidou. L’exposition réalisée en coproduction avec le J. Paul Getty Museum de Los Angeles et de la Tate Modern de Londres, présente autour de 500 œuvres et documents.

Une photographe libre, originale, innovante

Artiste complète, femme libre et ambitieuse, Henriette Théodora Markovitch (1907-1997), est enfin montré comme une véritable créatrice et auteure. Son éternel statut « de muse de Picasso » est repoussé au deuxième plan de l’événement, visible au public jusqu’à 29 juillet, au dernier étage de Beaubourg.
(…)

Lire la suite

Hommage : Agnès Varda, figure de proue de la Nouvelle Vague, laisse la rue Daguerre orpheline

Toujours alerte, distillant une énergie communicative, des propos à la fois sages et emplis de fraîcheur, mâtinés d’une malice qui se reflétaient dans ses yeux, tel un pèlerin infatigable, Agnès Varda parcourait le monde, son monde, à l’affût des moindres détails, attentive à ce qu’autrui considérait comme des broutilles qu’elle magnifiait par son observation. Agnès Varda nous semblait éternelle. Et pourtant, ce vendredi matin, en pleine projections de presse, certains téléphones se sont mis à sonner, certains journalistes sont sortis de la salle pour répondre à ces appels qui annonçaient le triste nouvelle de la disparition d’Agnès Varda : elle souffrait d’un cancer que tous ignoraient tant cette grande dame était discrète.
(…)

Lire la suite

Palmarès de la 69e Berlinale très clivant!

(…)
De manière générale, ne sont ressortis de cette sélection qu’une poignée de bons films, le reste étant de moyen à médiocre, dont le choix incompréhensible de The Kindness of Stangers de Lone Scherfig. Ce film est symptomatique de cette sélection : des films qui seraient très bon ou bon dans un contexte normal de sortie de film mais qui deviennent très moyens en sélection officielle d’une compétition majeure. L’autre marque de cette sélection est l’effet clivant de certains films sur la critique et les festivaliers : cet effet est révélateur d’une certaine vitalité d’un film qui arrive à toucher de manière totalement négative ou positive ses spectateurs, laissant au passage une majorité totalement indifférente à la chose.
En revanche, cette édition a été celles des performances techniques avec beaucoup de prétendants à la meilleure cinématographie, d’excellents travaux de montage et de belles performances sonores.
(…)

Lire la suite