Berlinale 2019 – Quote of The Day #9: Wagner Moura sur la police au Brésil

L’État brésilien que ce soit dans les années 60 ou aujourd’hui est raciste ; 50 ans après l’assassinat de Carlos Marighella, un homme noir et communiste, conseillère municipale noire et de gauche de Rio de Janeiro, Marielle Franco, a été assassinée en mars 2018 vraisemblablement par des membres des forces de police.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Hors compétition : Marighella de Wagner Moura – Une résistance au coup d’État au Brésil en 1964 qui renvoie furieusement à l’époque actuelle !

Nous sommes en 1968, quatre ans après le coup d’État militaire qui a plongé le pays-continent qu’est le Brésil dans les affres de 21 ans de dictature. Carlos Marighella, Brésilien descendant d’esclave soudanais, est devenu l’ennemi public numéro un du Brésil. Wagner Moura , l’un des plus célèbres acteurs brésilien (il a joué en 2007 dans Elite Squad de José Padilha qui avait reçu l’Ours d’or de l’édition 2008 de la Berlinale), qui fait ici ses débuts dans la réalisation, nous raconte les dernières années de ce résistant charismatique, à la tête d’un groupe de jeunes révolutionnaires ayant décidé-e-s, contre l’avis du parti communiste, de passer à la lutte armée, seule – à leurs yeux – à même de défaire la dictature militaire et sa cohorte de crimes.
(…)

Lire la suite

Filmar 2018: Liquid Truth (Aos teus olhos) : plongée en eaux troubles des accusations via les réseaux sociaux

Rubens (Daniel de Oliveira) est un enseignant et entraîneur de natation toujours enthousiaste, jovial et chaleureux avec ses élèves, séduisant et beau gosse, charismatique et extraverti qui enseigne aux préadolescents dans un club. Ses élèves le lui rendent en lui manifestant leur affection. Rubens transmet sa passion et est à l’écoute des soucis de ses étudiants, en particulier le jour où Alex, l’un de ses élèves, n’obtient pas la première place sur le podium et se fait houspiller par son père qui espérait que son fils décroche la médaille d’or. Rubens s’éclipse avec Alex au vestiaire pour écouter les confidences du jeune garçon et le rassurer … Malheureusement pour Rubens, cet échange se déroule hors des caméras de surveillance.
Apprécié par tous pour sa manière espiègle et originale d’enseigner, Rubens se retrouve du jour au lendemain la cible d’une accusation gravissime de la mère d’Alex (Luís Felipe Melo) après que ce dernier ait annoncé à sa mère que le professeur l’a embrassé dans le vestiaire. La mère de l’enfant crée un groupe de parents sur un réseau social et déclenche immédiatement une cabale contre le professeur de natation. S’affirmant innocent, Rubens est accusé par les parents de l’enfant et doit faire face à un véritable lynchage d’abord virtuel puis physique. La directrice du club sportif l’interroge sans prendre parti et précise même qu’à son époque, quand elle enseignait, le fait que les enseignantes se douchaient en même temps que les élèves dans le vestiaire était normal à l’époque mais serait condamné de nos jours.
(…)

Lire la suite

Where are you, João Gilberto ? : le dernier film de Georges Gachot part à la quête du célèbre guitariste brésilien – Entretien

En 2011, le livre intitulé Hobalala : auf der Suche nach João Gilberto, écrit par Marc Fisher, journaliste et écrivain allemand originaires de Hambourg et vivant à Berlin, sort en librairie, juste une semaine avant le suicide de son auteur. Après une quête de plusieurs mois que le journaliste a mené, de manière obsessionnelle, sur l’existence du célèbre guitariste de Bossa Nova, João Gilberto, son acte bouleverse autant qu’il reste inexpliqué.

Se basant sur son livre comme guide de voyage, le cinéaste Georges Gachot, qui connaît déjà bien le Brésil et sa culture pour y avoir tourné plusieurs films, se lance dans cette enquête menée de manière judiciaire, avec l’aide de la journaliste carioca de Rio de Janeiro, Raquel, se prénommant Sherlock et Watson comme dans le livre de Marc Fisher.
(…)

Lire la suite

Brasil, Brasil…fait son cinéma à Paris !

Comme l’histoire entre Brésil et la France est belle, la réalisatrice originaire de Rio de Janeiro Katia Adler a créé une manifestation cinématographique qui dure depuis maintenant 19 ans, en se renouvelant chaque saison. Exceptionnellement programmé en été, cette année le Festival du Cinéma brésilien a trouvé son port d’attache au cinéma l’Arlequin, temple du cinéma d’art et d’essai où Jacques Tati avait jadis fait ses quartiers, prêté pour l’occasion par par la productrice et distributrice Sophie Dulac.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – compétition jour #8: On the Beach at Night Alone (Bamui haebyun-eoseo honja) / Joaquim

Nous approchons de la fin du festival, il reste quatre films en compétition et un hors compétition. La moisson d’aujourd’hui n’est pas inintéressante même si, malheureusement, programmer ces films à ce moment du festival nuit à une critique équilibrée : les festivaliers sont fatigués – pour certains épuisés, très prosaïquement de nombreux journalistes s’endorment pendant les projections ou n’ont plus la patience pour les films lents et/ou longs, et de nombreux critiques sont déjà repartis.
(…)

Lire la suite

Anna Mulyaert, réalisatrice-exploratrice du champ familial

Après Une Seconde Mère (Que Horas Ela Volta?) – qui avait littéralement enchanté le public de la Berlinale 2015 et

Lire la suite

Berlinale 2015: Prix des jurys indépendants

En attendant le gala de clôture pendant lequel seront remis ce soir à 19h00 les Ours d’or et d’argent, voilà

Lire la suite

Série: “impressions de la Coupe du monde 2014″ – Des fans suisses à Copacabana

Série: “impressions de la Coupe du monde 2014″

Olivier Bornand, de Genève, est parti au Brésil avec des amis pour assister à quelques rencontres de l’équipe de Suisse. Son premier match, il l’a vu depuis la fanzone de Copacabana. Ambiance, presque garantie ; voici ses impressions.
(…)

Lire la suite

Coupe du monde 2014 : le jour d’après.

Série: “impressions de la Coupe du monde 2014″

La Coupe du monde est lancée depuis quelques heures avec une cérémonie d’ouverture sans panache, orchestrée de manière à éviter les sifflements contre les autorités. On retiendra déjà pour ce match d’ouverture, les spectateurs de l’Arena Corinthians qui reprennent en chœur l’hymne brésilien, la victoire de la Seleçao après avoir été menée au score et l’arbitrage qui, encore une fois, fait l’objet de très nombreuses critiques.
(…)

Lire la suite