1er août: Bonne fête la Suisse! Alles Gute zum 1. August, Schweiz! 1° agosto: Buon compleanno Svizzera! 1. avust: Biala Festa Naziunala Svizra!

En cette drôle d’année, les célébrations de la fête nationale se déroulent dans un climat pesant et angoissant : non seulement cette journée du 1er août 2020 se retrouve coincée dans un épisode caniculaire qui empêche feux de joie, feux d’artifices et pétards (bon, pour ces derniers, il y a pas mal de monde qui ne les regretteront pas), mais bien évidemment, le plus grand obstacle à sa bonne marche festive reste le virus qui empêche le monde entier de vivre comme bon lui semble.
(…)

Lire la suite

Pessac : « L’Esprit de 45 », film documentaire réalisé par Ken Loach, sorti en 2013, rappelle les acquis du parti travailliste

Présenté au Festival du film d’histoire de Pessac, The spirit of 45 a pour sujet la victoire du Parti travailliste avec son chef, Clement Attlee, en 1945, et les avancées sociales qui ont suivi, jusqu’à leur écrasement par les victoires conservatrices.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – compétition jour #6: L’autre côté de l’espoir (Toivon tuolla puolen) / Beuys

Et ce qu’on redoutait hier est advenu. La bonne nouvelle, c’est que cela prouve que cette 67 édition du plus grand festival public – la Berlinale a annoncé aujourd’hui qu’à date environ 250’000 tickets ont été vendu – est un bon cru. Oui, Sally Potter a définitivement un concurrent très sérieux en Aki Kaurismäki, ceci d’autant plus qu’ils opèrent dans le même registre de la comédie d’éveil et de conscientisation.
(…)

Lire la suite

Jean Ziegler – L’optimisme de la volonté

Le film de Nicolas Wadimoff, plus qu’un documentaire biographique est l’hagiographie d’un éternel révolté qui a connu le siècle comme on disait autrefois. Et qui a participé à la formation d’une flopée de cerveaux universitaires, dont Wadimoff… et moi-même. Difficile donc de ne pas se sentir concerné par cette histoire tout d’abord, et de ne pas participer – inconsciemment – à cette hagiographie. Exceptionnellement donc, et pour mettre clairement de la conscience dans les mots, le critique parle à la première personne.
(…)

Lire la suite