Le Festival de la Cité Lausanne 2021 : une 49ème édition bigarrée et aux multiples propositions

Du 6 au 11 juillet 2021, le Festival de la Cité Lausanne voit les choses en grand et déroule une programmation qui a bien peu à envier à une édition normale, présentée sur seize lieux artistiques répartis dans quatre espaces distincts. Au programme, de la danse, du théâtre, des concerts, des arts de la rue, des performances, des ateliers et des spectacles pour enfants mais aussi un restaurant futuriste éphémère et un talk-show télé quotidien.
Au total, cette édition du Festival de la Cité Lausanne comptabilise nonante projets à découvrir, des artistes de dix-neuf nationalités différentes dont Dorothée Munyaneza, Marie-Caroline Hominal, Flora Détraz, Ana Rita Teodoro, Cherish Menzo, Alice Ripoll, Cindy Van Acker, Yves-Noël Genod, Claudio Stellato, Juan Ignacio Tula, Un loup pour l’homme, Les batteurs de pavé, Cal y Canto Teatro ou encore le jardin du temps, magique et accueillante installation scénographique de Nadia Lauro sur la place du Château. En musique, Fulu Miziki, /A\, This Is The Kit, Lalalar, Kate NV, Johan Papaconstantino, Egyptian Blue, Awori & Twani, Lazarus Kane, Kush K, Don Melody Club, Grainsdelavoix, une carte blanche à l’Ensemble Rue du Nord, le soundsystem de La Sacrée Déter et parmi tant d’autres !
(…)

Lire la suite

Petites danseuses, d’Anne-Claire Dolivet : immersion dans la vie de jeunes élèves d’une des disciplines du sixième art

À quoi ressemble la vie de petites filles qui rêvent de devenir des danseuses étoiles ? Ces petites danseuses ont entre six et dix ans. À la maison, à l’école ou dans la rue, elles vivent la danse avec passion. Mais comment grandir dans un monde de travail intensif, d’exigence et de compétitions quand on est si petite ?
Dès la première séquence, la caméra d’Anne-Claire Dolivet filme une jeune fille, pratiquant le grand écart sur un parquet, maintenant la pose sans ciller. La réalisatrice entre immédiatement de plein fouet au cœur du sujet de son documentaire, filmant ces jeunes filles et ces fillettes non seulement dans leur vie quotidienne dans les salles de danse, mais aussi à l’école, dans le préau, avec leurs amies, dans le métro, des écouteurs rivés dans les oreilles ou en famille. Ces petites danseuses nous semblent si proches, si familières qu’on aurait presque envie de traverser l’écran pour assister à leurs cours, à leurs auditions, à leurs moments de complicité et de rires avec leurs amies lors d’un anniversaire … Mais la danse n’est jamais loin : même lors de cette soirée d’anniversaire, les jeunes filles s’amusent à singer leur enseignante de danse, les experts des auditions, dans une sorte de mise en abyme qui amuse tout en questionnant.
(…)

Lire la suite

Le breakdance discipline olympique dès les Jeux de Paris 2024

Le président du CIO a récemment annoncé que le breakdance fera le parti intégrante des Jeux Olympiques de Paris, dans trois ans; la discipline a été préférée au karaté et au billard et s’ajoute au surf, au skateboard et à l’escalade, devenant le sport olympique en plus des 28 autres.
Combinaison savante de danse et d’athlétisme, le breaking a de strictes critères de notation des mouvements et de la capacité à garder une position. Les athlètes, nommés b-boys et b-girls, à côté de la performance artistique doivent montrer leur propre créativité de gestes, de style, ldesouplesse…! D’abord un phénomène underground, le breakdance devient un des modes d’expression les plus puissants de la scène culturelle mondiale. Les 32 athlètes sont invités à montrer leurs capacités et leur savoir-faire sur un battle en un contre un, au rythme d’un DJ.

Lire la suite

Biennale d’art flamenco: Séville s’est grandiosement présentée à Paris

Le Palais de Chaillot qui domine la place du Trocadéro, situé en face de la Tour Eiffel a dernièrement accueilli un événement exceptionnel : la quatrième Biennale d’art flamenco et ses artistes hors du commun, perpétuant la longue mais toujours attractive tradition d’une danse, plutôt style musical, né en Andalousie du XVIII siècle et fier de ses multiples et différentes origines : européennes, gitanes, juives, indiennes, arabes…
(…)

Lire la suite

Rébecca Spinetti : la danse, les arbres et leurs secrets au Château de Penthes les 17, 18 et 19 mai 2019 – rencontre

L’Association CoBalt, compagnie de danse basée à Genève, a à sa tête Rébecca Spinetti, chorégraphe suisse et Directrice Artistique de l’Association CoBalt. Le nom de l’association intrigue et interpelle, d’autant plus qu’à l’heure actuelle, le cobalt est malheureusement associé à la très gourmande consommation de la téléphonie mobile et donc à l’exploitation d’enfants envoyés sans sécurité dans des mines pour satisfaire la demande mondiale en cobalt.Rébecca Spinetti nous rassure aussitôt en nous expliquant le choix du nom pour son association :
(…)

Lire la suite

Présent continu – Trois créations pluridisciplinaires à voir en simultané au Galpon (Genève)

Cinq artistes porteurs d’une expérience singulière et préoccupés par des questions sur la création aujourd’hui se rassemblent au Galpon pour proposer un dispositif qui invite le public à vivre de manière personnelle les différents travaux artistiques qu’il réunit.

Expérimenter le temps de la création

Avec la mémoire comme thématique commune, Présent continu se développe sur un principe de mutualisation des outils, aussi bien de réflexion que de production et rassemble ainsi trois pièces Blanc Mémoire, Déjeuner de soleil, Là, qui s’influencent tout en gardant l’essence même de leur propos et cohabitent simultanément dans la totalité du théâtre.
Sans début ni fin déterminés, Présent continu est ouvert chaque jour durant trois heures consécutives et invite le spectateur à circuler librement dans le théâtre pour assister ou participer aux différentes formes de création proposées, selon son rythme et ses envies, choisissant ainsi son propre parcours.
(…)

Lire la suite

Selin Kavak : une comédienne met son art au profit de migrants pour les aider à surmonter les traumatismes traversés [audio auf Deutsch]

(…)
Évoluant dans un milieu artistique et alternatif, Selin Kavak est très attentive et sensibilisée par la situation des migrants tant dans son pays d’origine, pris d’assaut par les flots de migrants qui s’amassent en Turquie, bloqués par les fils de fer barbelés et les miradors aux frontières de l’Europe mais aussi par la situation des communautés émigrées en Allemagne. Selin Kavak a choisi de mettre son art et ses multiples talents au profit des migrants, en animant des ateliers, en particulier à l’attention d’adolescents … Des adolescents qui ont parcouru des milliers de kilomètres seuls, à une quinzaine d’années, des adolescents « oncles responsable de leur neveu d’une dizaine d’années. » Des situations dramatiques et des traumatismes terribles tus par ces jeunes migrants à cause des séismes vécus et de la barrière de la langue : Selin Kavak a choisi de les aider à exprimer, à travers l’art – la musique et la sculpture, par exemple – leur douleur, leur souffrance, leurs blessures. Rencontre en allemand.
(…)

Lire la suite

La Danseuse : sans ombre, pas de lumière

Il arrive parfois qu’un film d’honnête facture dans son ensemble, mais sans plus, arrive à marquer le spectateur et à

Lire la suite