Berlinale 2020 – Generation Kplus : Le film Los lobos (Les loups), de Samuel Kishi, parle d’enfance et d’immigration

[MàJ: A l’affiche sur les écrans suisses. La critique avait été mise en ligne le 24 février 2020 lors de la présentation du film à la Berlinale. Nous republions exceptionnellement la critique, le film ayant dû attendre longtemps sa sortie pour cause de pandémie. N.D.L.R.]

Après ses débuts en Corée et un prix à La Havane, le film Los Lobos, de Samuel Kishi, représente le Mexique à la 70ème  Berlinale  dans la section Generation Kplus.
Los lobos parle d’un sujet dur, difficile et brûlant d’actualité : l’immigration et ses vicissitudes vues à hauteur d’enfant. Cependant, malgré la dureté du sujet, le film de Samuel Kishi est aussi plein d’humour, de poésie et de tendresse. Par sa vision empirique d’une expérience qui laisse des séquelles à vie, Los lobos  distille de l’espoir et porte un regard doux-amer sur ce chapitre de l’enfance du réalisateur et de son frère.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2021: Dans la section Generation, Beans, de Tracey Deer, rappelle les manifestations durement réprimées de la Nation Mohawk dans les années nonante

L’approche de Tracey Deer mêle avec poésie et authenticité l’histoire personnelle de Beans, de la chrysalide de l’enfance à l’adolescente guerrière mohawk avec la grande histoire de la Nation Mohawk et de ses revendications bafouées par l’Etat canadien.

« C’est le territoire mohawk ! » s’exclame une cheffe de file des manifestants pacifiques de la Nation Mohawk.

Dès le générique d’ouverture, l’inscription « basé sur des faits réels » donne le ton. On comprend que le vécu empirique de Tracey Deer sera intrinsèquement lié à un chapitre crucial de l’histoire de la Nation Mohawk. La séquence d’ouverture montre le regard d’une très jeune fille (Kiawentiio Tarbell), les yeux songeurs qui regardent au loin à travers la vitre arrière dune voiture, le souffle un peu haletant alors que la radio annonce d’importants bouchons pour se rendre à Montréal. La séquence suivante montre d’abord une femme d’une trentaine d’années (Rainbow Dickerson) aux côtés de la jeune fille qui répète patiemment en séparant les syllabes son prénom mohawk, pleine de confiance : « Mon nom est Tekahentahkhwa, mais tout le monde m’appelle Beans. » Puis la caméra montre une femme tirée à quatre épingles et au tailleur strict : on comprend que Beans (Kiawentiio Tarbell), la pré-adolescente de la voiture et sa mère se trouvent face à la directrice, Mrs Arsenault (Dawn Ford) d’un établissement secondaire. Quand la directrice lit le dossier de Beans dans lequel son professeur a écrit qu’elle est une « élève concentrée et très intéressée », Beans précise aussitôt : « Je veux être soit une avocate, soit un docteur. » Séquence ; Beans et sa maman, enceinte, quittent l’école sous la pluie et la jeune fille dit à sa maman : « Je suis désolée ! »
(…)

Lire la suite

Berlinale 2021 – une édition en deux mouvements : du 1er au 5 mars pour l’industrie et la presse ; du du 9 au 20 juin pour le public

Pari très osé pour le Festival international du film de Berlin qui traditionnellement ouvre la saison des 3 plus grands festivals internationaux : ne pas laisser le champ libre à Cannes qui a reporté son édition de mai à juillet et à Venise tout en ne perdant pas son âme en devenant un festival en ligne.  
Mariette Rissenbeek, directrice exécutive du festival, aux côtés de Carlo Chatrian, directeur artistique, à la conférence de presse:
« L’annulation de la Berlinale n’était pas une option pour nous.»
Englués comme tout le monde dans cette pandémie dont on ne voit pas le bout, les responsables ont monté une édition basée sur ses deux piliers : offrir une plateforme incontournable pour les professionnels du cinéma (11’000  accrédités à l’European Film Market, 3500 accrédités presse, 18’556 accrédités professionnels) et être un rendez-vous unique pour le public qui assiste chaque année en nombre aux projections avec 487’504 spectateurs et 331’637 billets vendus (chiffres Berlinale 2019). Ce rendez-vous  exclusivement public du mois de juin est une gageure au regard des pronostics sur l’évolution de la pandémie, mais s’il a lieu, donnera l’occasion de fêter en grandes pompes le retour du cinéma dans la vie culturelle empêchée par le coronavirus et les mesures sanitaires qui découlent de la crise qu’il a déclenché il y a une année – ironie de l’histoire, la Berlinale 2020 venait de se terminer quand les pays ont commencé à se fermer les uns après les autres. Le Summer Special aura lieu dans les cinémas berlinois ainsi que les nombreux cinémas en plein air qui ouvrent d’ordinaire dès le mois de mai ; pour découvrir une grande partie de la sélection des films 2021, en présence des cinéastes, ainsi que tous les films primés.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Generation: le premier long métrage du cinéaste argentin Pablo Briones décrit le quotidien de deux enfants aux alentours de La Havane; un film qui suscité les rires et la sympathie au festival – Rencontre

L’été chaud et moite arrive dans un petit village de la campagne cubaine, Puebla Textil, un village proche de la Havane. Leonel et Antuán passent les vacances en explorent un univers éloigné du monde des adultes. Avec une différence d’âge considérable, leur amitié se révèle pourtant unique, faite de entre jeux et combats, de conversations particulièrement matures sur la vie quotidienne, sur des questions existentialistes, emplies de plaisirs simples mais aussi d’ennui, un ennui qui les forge et les construit. Tous deux savourent ces moments partagés car ils savent qu’ils ne les vivrons plus puisque le plus âgé des deux enfants, Antuán  part vivre à La Havane à la fin de l’été. Alors que son ami plus âgé est attiré par la vie trépidante que va lui permettre  la ville, Leonel est obligé d’examiner sa vie et sa place dans le monde. Alors que la société cubaine traverse une période de transition, les deux amis se trouvent aussi à la croisée des chemins, dans une parabole de l’évolution de la vie des Cubains.
(…)

Lire la suite

« Ceres » offre un portrait poétique des enfants de la campagne – entretien avec sa réalisatrice hollandaise Janet van den Brand

Ceres a été présenté en première à la Berlinale 2018 le 19 février. Ce film documentaire de la réalisatrice hollandaise Janet van den Brand, basée à Bruxelles, a été sélectionné pour concourir en compétition dans le cadre du programme Generation Kplus.

Le film brosse un portrait intime des enfants vivant dans des fermes dans la région du Zeeland, les suivant dans leur vie quotidienne. C’est aussi une histoire universelle sur le cycle des saisons, sur les récoltes semées et récoltées, sur la vie et la mort, et surtout sur le fait de grandir en milieu rural avec des animaux qui les initient au cycle de la vie.
(…)

Lire la suite