Cannes 2018 : Lee Chang-Dong enflamme la Croisette avec « Burning »

Lors d’une livraison, Jongsu, un jeune coursier, tombe par hasard sur Haemi, une jeune fille qui habitait auparavant son quartier, à la campagne. Elle lui demande de s’occuper de son chat pendant un voyage en Afrique. À son retour, Haemi lui présente Ben, un garçon mystérieux qu’elle a rencontré là-bas alors que le vol de retour à Séoul était annulé à cause d’un attentat à l’aéroport de Nairobi. Ben est un Séoulien riche dont la source de richesse est un mystère. Avant longtemps, Ben décide de partager son passe-temps secret avec Jong-soo.
Le trio d’interprètes – Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo – offre des prestations remarquables, chacun dans un registre très différent de l’autre.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : John Travolta rencontre le public cannois à l’occasion des quarante-ans de « Grease » et pour présenter son nouveau film, « Gotti »

Ce mercredi soir, l’ambiance était électrique au cinéma de la Plage étant donné que l’icône du film, John Travolta, était venu accompagné de sa femme, Kelly Preston, et de leur plus jeune fils, pour présenter Grease dont l’acteur et danseur dit qu’il s’agit de « l’un des films dont je suis le plus fier ». L’acteur a d’ailleurs demandé à la production d’acheter des t-shirts et des écharpes aux couleurs des gangs qui s’affrontent dans le film afin que le public du Cinéma de la Plage puissent danser les chorégraphies du film. rappelons que le Cinéma de la Plage, au bout de la Croisette, est gratuit et accessible à tous, sans badge.
(…)
Sa venue à Cannes est aussi l’occasion pour l’acteur de présenter son nouveau long-métrage Gotti, réalisé par Kevin Connolly.
(…)

Lire la suite

[Audio] Cannes 2018 : Rencontre avec Gérald Duchaussoy, assistant de Thierry Frémaux à Cannes Classics, à La Leçon de Cinéma et au Cinéma de la Plage

Cannes Classics, section du Festival de Cannes, a été créée en 2004. Cette section présente des films anciens de grands réalisateurs internationaux dans des copies restaurées, permettant ainsi de redécouvrir des grands classiques. On peut également y découvrir des documentaires récents sur des films et personnalités du cinéma.
Sur la croisette il y a la Sélection officielle, qui fait crépiter les flashes des photographes et déclenche la guerre entre propriétaires d’escabeaux qui sont cadenassös aux grilles de sécurité devant le tapis rouge et y resteront tout au long du festival. D’années en années, ces fans qui viennent en pèlerinage au Festival de Cannes, y sont dans un pré carré et les places sont redoutablement chères.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Le dernier film de Wim Wenders, « Pope Francis, A Man of His Word » (Le Pape François, un homme de parole) révèle un pape qui a su rester humble et proche des fidèles

Présenté en séance spéciale au Festival de Cannes 2018 dans la petite Salle Bunuel, au dernier étage du Palais des festivals, le dernier film de Wim Wenders a suscité beaucoup d’émotions, révélant un portrait intime et abondamment documenté du Pape François.
(…)
Un sujet qui semble a priori réservé à un public acquis aux idées du Pape Francois mais qui comporte une dimension universelle exceptionnelle.

Lire la suite

Cannes 2018 : « Capharnaüm », le dernier film de la réalisatrice Nadine Labaki en lice pour la Palme d’Or

Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2018 et plonge les spectateurs dans les quartiers pauvres de Beyrouth.
Également actrice, très remarquée comme réalisatrice à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs en 2007 avec Caramel, puis avec Et maintenant, on va où ? , prix du jury Œcuménique des mentions spéciales, à Cannes en 2011, la réalisatrice Nadine Labaki revient sur la Croisette avec Capharnaüm, un film qui révèle l’existence des marginaux, des oubliés, des parias de la société libanaise, en particulier des enfants à travers le personnage bouleversant et impressionnant de maturité de Zain.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Valeria Golino revient sur la Croisette en tant que réalisatrice avec « Euforia »

Valeria Golino a réuni une magnifique palette d’acteurs autour d’elle dont son amoureux, Riccardo Scamarcio, et l’acteur-réalisateur et producteur Valerio Mastandrea, mais encore Jasmine Pinté, Valentina Cerfs et Isabella Ferrari.
À cinq ans des applaudissements reçus au Festival de Cannes avec son début à la régie, avec Miele, Valeria Golino est revenue dans la section Un Certain Regard avec son second film Euforia. Elle s’est donc entourée d’acteurs qui, pour elle, « sont un peu aussi sa famille » et le climat d’affection se perçoit à l’écran. D’ailleurs, durant le photocall cannois, l’équipe échangeait des sourires, des plaisanteries et des embrassades.
Ce film, présenté au 71ème Festival de Cannes, dans la section Un Certain Regard, confirme le talent indubitable de Valerio Golino comme réalisatrice.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : après une longue absence, Spike Lee revient sur la Croisette avec « BlacKkKlansman », la véritable histoire de Ron Stallworth, une biographie méconnue, mise en scène sur un un ton empli d’humour

Vingt-six ans après Malcom X, Spike Lee s’attaque à un nouveau destin marquant. Celui de Ron Stallworth, un officier de police afro-américain de Colorado Springs qui a infiltré l’organisation du Ku Klux Klan jusqu’à son plus haut niveau. Stallworth a ainsi empêché le groupe suprémaciste de prendre le contrôle de la ville, travaillant en tandem avec Flip Zimmerman au peril de leur vie.
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Présenté hier (hors compétition) au Festival de Cannes, le nouveau filn de Lars von Trier, The House That Jack Built a divisé le public comme la presse

Le réalisateur danois Lars von Trier, désormais connu pour ses films polémiques et controversés, à l’instar d’Antichrist, présenté à Cannes en 2009, a une réputation qui le précède et suscite moult remous avant même que les prémisses de son nouvel opus ne soient connus. Pour son dernier film, le réalisateur, porté aux nues par certains, décrié et mis à l’index par les autres, avait pourtant averti les spectateurs en tout début de séance, que sa nouvelle œuvre, The House That Jack Built « était un fil, malsain, dur, sadique et pervers. »
Inconscients ou téméraires les spectateurs qui s’y risquaient !
(…)

Lire la suite

Cannes 2018 : Hirokazu Kore-eda revient sur la Croisette avec Une affaire de famille (Manbiki Kazoku), en sélection officielle, une histoire à la fois lumineuse et triste autour de sa thématique de prédilection

Hirokazu Kore-Eda est un habitué de la Croisette puisque sept de ses films ont été sélectionnés au Festival de Cannes : Distance en 2001 (en compétition officielle), Nobody Knows en 2004 (en compétition officielle), Air Doll en 2009 (dans la section Un certain regard), Tel père, tel fils en 2013 (en compétition officielle), Notre petite sœur en 2015 (en compétition officielle), Après la tempête en 2016 (à Un certain regard) et Shoplifters en 2018 (en compétition officielle).

Remarqué pour son approche novatrice, non spectaculaire et qui s’apparente quasiment au documentaire, Hirokazu Kore-Eda propose un cinéma de fiction qui apporte une dimension sociologique et anthropologique sur la société japonaise. Le cinéaste nippon poursuit son exploration de thèmes familiers telles les relations familiales : ici, il est question de filiation, de la famille que l’on a par naissance et celle que l’on choisit. Comme à son habitude, Hirokazu Kore-Eda dépeint par touches délicates et subtiles ses personnages, avec une sobriété dans le dispositif et authenticité des moindres éléments.
(…)

Lire la suite