Locarno 2018 : les bas-fonds oubliés de la société britannique sont révélés par la caméra de Richard Billingham dans Ray and Liz

À la périphérie de Birmingham et dans les limites de la société, la famille Billingham accomplit des rituels extrêmes et brise les tabous sociaux en se débrouillant dans une vie décidée par des facteurs indépendants de sa volonté. Basé sur les souvenirs du réalisateur et photographe Richard Billingham, le film se concentre sur ses parents, Ray et Liz, leur relation et son impact sur Richard et son jeune frère Jason, qui grandissent dans un appartement du Black Country Council.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 – A Family Tour de Ying Liang , une coproduction très politisée, venue de Taïwan, Hong Kong, Singapour et de Malaisie

Après avoir réalisé le film The Mother of One Recluse, la réalisatrice Yang Shu a été contraint de vivre en exil à Hong Kong. Mais lorsque sa mère doit subir une opération grave, les deux femmes prévoient de se rencontrer à Taiwan où Yang participera à un festival de cinéma avec son mari et son fils et où sa mère effectuera une tournée touristique. Pour que la réunion de famille puisse se dérouler en toute sécurité, les membres de cette famille, séparés de longue date, séjournent tous dans le même hôtel et suivent la visite sur ses différentes destinations du circuit touristique.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 – Menocchio d’Alberto Fasulo, en compétition internationale, a enthousiasmé la presse italienne

Menocchio du Frioul Alberto Fasulo, concourt en compétition au Festival de Locarno ce samedi et était attendu avec impatience par la presse de la péninsule. La première mondiale du film relate l’histoire du meunier Domenico Scandella, de Montereale, qui a vécu dans la seconde moitié du XVIe siècle, affirmant des idées novatrices face aux préceptes rigides de l’Église catholique afin de défendre la liberté de pensée.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 : Sibel, du tandem de cinéastes Çağla Zencirci et Guillaume Giovanetti en compétition, donne à réfléchir sur la différence

Sibel, vingt-cinq ans, vit avec son père, maire, et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la région de la mer Noire en Turquie. Sibel est muette, mais elle communique en utilisant le langage sifflé ancestral de la région.
Rejetée par ses concitoyens, elle chasse sans relâche un loup qui rôde dans la forêt voisine, provoquant des peurs et des fantasmes chez les femmes du village. Sibel est à l’affût des moindres traces laissées par l’animal tant redouté, espérant le tuer et ainsi retrouver une légitimité aux yeux des femmes du village qui l’ont rejetée à cause de son handicap. Au lieu du loup traqué, Sibel traverse le chemin avec un fugitif politique. Blessé, menaçant et vulnérable, il est le premier à la voir et à apprécier les nombreuses qualités de la jeune femme.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 – De chaque instant, de Nicolas Philibert, rend hommage aux personnels soignants à travers le chemin initiatique des élèves infirmiers. Rencontre.

Chaque année, ils et elles sont des dizaines de milliers à se lancer dans les études qui leur permettront de devenir infirmiers. Admis au sein d’un «Institut de Formation en Soins Infirmiers», ces étudiants vont partager leur temps entre cours théoriques, exercices pratiques et stages sur le terrain, confrontés aux situations concrètes et souvent émotionnellement éprouvantes de patients. Le nouveau documentaire de Nicolas Philibert révèle ce parcours intense et difficile, au cours duquel ces étudiants devront acquérir un grand nombre de connaissances, maîtriser de nombreux gestes techniques et se préparer à endosser de lourdes responsabilités.
(…)
Le film, distribué par Adokfilms en Suisse, sortira sur les écrans de Suisse romande le 29 août 2018.
Rencontre
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 – Mary Kay Place fantastique dans le rôle de Diane de Kent Jone

Diane a connu son avant-première internationale à Locarno ce vendredi 3 août et met en vedette Mary Kay Place en tant que femme qui apprend à se connaître et s’écouter tout en s’occupant de ses amis et de sa famille et en essayant d’améliorer sa relation avec son fils toxicomane.
Mary Kay Place était redoutablement excellente, comme rarement vue : l’actrice américaine, née en 1947, donne ici performance vraiment remarquable dans Diane, de Kent Jones, présenté dans le cadre du Concours international de la 71ème édition du Festival de Locarno.
(…)

Lire la suite

Locarno 2018 – Rencontre avec David Roux et Jérémie Renier pour L’ordre des médecins

Le premier long métrage de David Roux, L’ordre des médecins, réunit une distribution de choix

A trente-sept ans, le docteur Simon Chaykine (Jérémie Renier) est un médecin aguerri, qui côtoie la mort tous les jours dans son service de pneumologie. Au fil des ans et de l’expérience acquise, Simon s’est forgé une carapace qui le protège de sombrer dans une implication trop personnelle face aux épreuves que traversent ses patients… jusqu’au jour où sa mère (Marthe Keller) est hospitalisée dans un état critique dans un service voisin, l’intime et le professionnel se télescopent. Tout l’univers de Simon, toutes ses certitudes et ses convictions vacillent.
Écrit par David Roux en collaboration avec Julie Peyr (nominée au César 2016 du meilleur scénario original pour Trois souvenirs de ma jeunesse et au César 2014 de la meilleure adaptation pour Jimmy P.), le scénario est centré sur
 Simon, directement inspiré du frère du cinéaste.
Bien que très documenté et réaliste, L’ordre des médecins, présenté hier soir sur la Piazza Grande sous un ciel clément, touche par sa dimension personnelle qui comporte une dimension universelle et l’humanité de ce médecin rompu aux épreuves qui, dans une épreuve plus intime, voit ses certitudes vaciller, sa carapace se fissurer et retrouver à travers cette épreuve sa part d’humanité enfouie.
(….)

Lire la suite

Rencontre avec Vianney Lebasque, Ahmed Sylla et Olivier Barthelemy pour Les beaux esprits qui a fait l’ouverture du 71e Festival international du Film de Locarno

Le protagoniste de ce film sportif est l’équipe nationale française de basketball, formée par douze athlètes ayant des déficits mentaux dans le cadre de leur participation aux Jeux Paralympiques de Sydney. C’est au cours de cette course que l’équipe se révèle être une équipe pleine de talent, réussissant à démolir tous les rivaux et à atteindre la finale, où, après avoir battu la Russie avec un score de 87-63, l’équipe a remporté la médaille d’or. Cette grande victoire, cependant, se révélera être une véritable arnaque! Cet esprit d’équipe fédérateur et cette cohésion sont inspirés par un fait qui s’est vraiment passé, l’une des fraudes sportives les plus célèbres de ces dernières années qui ont impliqué l’équipe de basket-ball espagnole. La comédie, malgré la déception subie par les protagonistes, tente de faire sourire et bouger, mais surtout de réfléchir sur les raisons d’un geste apparemment aussi insensé.
(…)

Lire la suite