La 8e édition de la Semaine des droits humains exclusivement en ligne du 23 au 27 novembre 2020

La question centrale qui occupe les esprits en cette année sans précédent depuis la Deuxième guerre mondiale pour cause de pandémie qui bouleverse la planète et agit jusqu’au cœur de ses fondements politiques, économiques et sanitaires est: qu’advient-il des droits humains en temps de crise universelle? Et surtout, quelles seront les conséquences en sortie de crise? Le respect des droits humains s’en trouvera- t-il enfin renforcé ou au contraire le changement de priorités laissera-t-il pour compte les minorités et les plus démuni.es?
La Semaine des droits humains, conçue en grande partie avec les associations estudiantines de l’université de Genève (UNIGE) se penchera cette année sur ces crises qui s’additionnent ou se croisent: crise climatique, crise économique et crise sanitaire ont toutes des conséquences tangibles sur la planète et ses habitant.es. La parole sera donnée à celles et ceux qui se mobilisent pour faire respecter les droits de chacun.e. Du 23 au 27 novembre, associations, artistes, philosophes, écrivains et auteures se relaieront en ligne pour faire part de leurs vécus, de leurs idées et de leurs combats. Un programme riche qui en raison des mesures sanitaires actuelles se déroulera uniquement en ligne.
(…)

Lire la suite

Une équipe de recherche de l’Université de Genève (UNIGE) démontre que la méchanceté a mauvaise odeur !

Les comportements malsains déclenchent des jugements moraux proches des émotions de base utiles à notre capacité de survie. Deux postulats différents existent dans la littérature scientifique actuelle quant à l’identité de ces émotions. Certains optent pour le dégoût, les autres pour la douleur. En développant une nouvelle approche d’imagerie cérébrale, une équipe de recherche de l’Université de Genève (UNIGE) a pu trancher pour le dégoût. L’étude montre que les comportements malsains enclenchent des réponses cérébrales similaires à celles provoquées par les mauvaises odeurs et identifie pour la première fois un biomarqueur cérébral du dégoût.
(…)

Lire la suite

Renforcement de l’aide financière aux étudiant-es  de l’Université de Genève (UNIGE) et de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale – Genève (HES-SO Genève)

Pour faire face aux conséquences économiques de la crise du coronavirus, l’UNIGE et la HES-SO Genève simplifient et renforcent leur dispositif d’aide aux étudiant-es pour mieux répondre à leurs besoins. (…)
Le nouveau dispositif sera opérationnel dès la rentrée académique. Il s’appuie sur un partenariat public-privé à hauteur de 4,6 millions de francs qui viennent s’ajouter à l’aide d’urgence déjà accordée entre mars et août 2020.
(…)

Lire la suite

Denis de Rougemont 2.0 : L’intégrale de Denis de Rougemont en libre accès

Des chercheurs de l’UNIGE ont numérisé l’intégrale de l’œuvre de Denis de Rougemont, accessible gratuitement sur internet et bientôt accompagnée d’instruments d’analyse et de recherche.
Denis de Rougemont (1906-1985), écrivain suisse de renommée mondiale, a laissé une œuvre foisonnante, tant par le nombre de ses écrits (plus de trente livres et mille articles) que par la variété des thèmes et des domaines de connaissance embrassés, de la théologie à la critique littéraire et à l’analyse des mythes, en passant par la philosophie politique ou la réflexion écologique. Denis de Rougemont est sans conteste l’une des personnalités littéraires suisses les plus importantes du XXe siècle.
(…)

Lire la suite

Exposition à l’UNIGE du 14 octobre au 29 novembre – «Figures de l’ombre. Histoires genevoises»

Au XIXe siècle, les autorités genevoises se penchent sur la prise en charge d’individus dont les comportements défient les normes en vigueur. Placés jusque-là sous la responsabilité de l’Hôpital général, ils sont désormais du ressort d’institutions distinctes, telles que la Prison pénitentiaire, l’Asile d’aliénés ou encore l’Hospice général. Détenu-e-s, indigent-e-s, aliéné-e-s, mais qui sont ces figures de l’ombre?
(…)

Lire la suite

Création d’une Chaire de la francophonie à L’université de Genève – conférence inaugurale de Christiane Taubira

Intitulée Chaire Abdou Diouf, en hommage à l’ancien Président du Sénégal et ancien Secrétaire général de la francophonie, la création de cette Chaire de la francophonie sera consacrée à l’étude des enjeux contemporains de la gouvernance démocratique. Pour l’année académique qui s’ouvre, le thème retenu est la montée du populisme et ses conséquences sur le plan international. De nature polyphonique, la Chaire sera déclinée dans les Master d’études européennes, d’études africaines, d’études du Moyen Orient et d’études de la Russie et de l’Europe médiane, tous des programmes du Global Studies Institute (GSI). Elle permettra d’accueillir plusieurs spécialistes originaires de ces différentes aires géographiques durant chaque année académique.
(…)

Lire la suite

L’Université de Genève s’engage à réduire ses émissions de CO₂ en revoyant sa politique de mobilité

Pour qui a déjà lu les romans de l’écrivain britannique David Lodge, qui dépeint avec minutie et causticité la comédie humaine du petit monde académique qui se révèle particulièrement lors des nombreux colloques et séminaires auxquels les universitaires se rendent, il ne sera pas étonnant d’apprendre que la mobilité de l’UNIGE engendre 4000 déplacements en avion par année avec un impact sur l’environnement non négligeable.
(…)

Lire la suite

16 mai 2019 – Journée internationale contre les LGBTIQ+phobies à Genève

L’année 2019 célèbre le retour de la Pride romande à Genève, ainsi que les 50 ans des émeutes de Stonewall – ces affrontements entre personnes LGBTIQ+ et la police de New York considérés comme le moment constitutif du militantisme politique LGBTIQ+ à travers le monde. Dans ce contexte de commémoration, quelle est la place de l’histoire LGBTIQ+ en Suisse? Quel impact a-t-elle sur la grande Histoire et comment se rend-elle visible? Comment est-elle traitée par les archivistes, les historien-ne-s, les théoricien-ne-s de la mémoire ainsi que les communautés LGBTIQ+ elles-mêmes?
(…)

Lire la suite

4e  édition du Festival Histoire et Cité (FHC) du 27 au 31 mars 2019 sous le signe de l’eau

L’eau recouvre 71% de notre planète et notre organisme en contient 65% à l’âge adulte. Indispensable à notre survie, son apport au quotidien semble couler de source sous nos latitudes pourtant les défis auxquels est confrontée l’humanité sont immenses, tant sur le plan écologique que politique. Là où elle manque, elle est source de conflits géopolitiques mais aussi d’inégalités croissantes entre les populations d’un même bassin ; la pollution des eaux, partout dans le monde, pays dits développés compris, est une question de santé publique et là où les changements climatiques et/ou l’urbanisme sauvage ou capitalistique sévit, l’origine de catastrophes naturelles et de désastres humanitaires.
(…)

Lire la suite

Filmar 2018 : rencontre avec Jean-Pierre Gontard, président du Festival Filmar en América latina

Malgré un emploi du temps très chargé, Jean-Pierre Gontard nous a rencontrés avec un enthousiasme communicatif en nous éclairant sur le programme des festivités pour cette édition anniversaire de Filmar (du 16 novembre au 2 décembre 2018) mais aussi on nous offrant son éclairage avisé sur des régions du monde qu’il connaît bien, que ce soit en Amérique latine ou centrale ou encore au Proche-Orient, des régions où il a travaillé.
(…)

Lire la suite