Cannes 2022 : Les amandiers, de Valeria Bruni Tedeschi, présenté en compétition officielle, rend un joyeux hommage à Patrice Chéreau et l’école de théâtre qu’il a dirigée

Fin des années quatre-vingts, Stella (Nadia Tereszkiewicz), Etienne (Sofiane Bennacer), Adèle (Clara Bretheau) et toute la troupe ont vingt ans. Ils passent le concours d’entrée de la célèbre école créée par Patrice Chéreau (Louis Garrel) et Pierre Romans (Micha Lescot) au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Lancés à pleine vitesse dans la vie, la passion, le jeu, l’amour, ils vont vivre le tournant de leur vie mais aussi leurs premières grandes tragédies. (…)

Lire la suite

Berlinale 2022 – Compétition : L’œuvre de géométrie cinématographique d’Ursula Meier se poursuit avec La Ligne

Comme pour Home ou L’Enfant d’en haut (Ours d’argent – mention spéciale du jury à la Berlinale 2012), l’histoire qui débute dans La Ligne n’a rien d’extraordinaire, si ce n’est ce petit élément déclenchant qui pousse la normalité juste ce qu’il faut dans la direction de la marge pour accrocher notre attention. Le génie d’Ursula Meier est dans l’approche de son objet cinématographique, son écriture qui sublime les univers et les situations a priori banales. Mine de rien, au fil du temps, le public passe d’un poste d’observation face à l’écran à une position d’inflitré.e dans l’histoire narrée. Par quel moyen ?, on ne le sait pas vraiment ! La réalisatrice parvient par petites touches effleurées à provoquer de grandes émotions liées à l’intime, à la familiarité des configurations, sans jamais essayer de forcer le sentiment, de surexpliquer les intentions. Nous adhérons à sa proposition un peu malgré nous, soudainement on réalise que l’on se trouve en plein dedans, au milieu de ses personnages, à les regarder évoluer autour de nous. Ursula Meier est tout simplement une magicienne ! (…)

Lire la suite

Cette musique ne joue pour personne, le dernier film de Samuel Benchetrit, joue la musique de l’amour et réunit des personnes que tout oppose a priori

Dans une ville portuaire, des êtres isolés, habitués à la violence, vont soudain voir leurs vies bouleversées par le théâtre, la poésie et l’art. Et leurs quotidiens, transformés par l’amour.
Jeff (Bruno Damiens), est un caïd entouré de ses fidèles hommes de main : Neptune (Ramzy Bedia), Jesus (Joey Starr), Poussin (Bouli Lanners), Jacky (Gustave Kervern). Jeff, marié depuis vingt-cinq ans avec Katia (Valeria Bruni-Tedeschi) et, la cinquantaine approchant, envahi par un vague à l’âme persistant et pris d’une soudaine soif de poésie, se met à rédiger des alexandrins pour séduire une jeune caissière (Constance Rousseau).
(…)

Lire la suite

[Audio] Rencontre au Festival du film français d’Helvétie avec Catherine Corsini pour son dernier film, La Fracture

Alors que retentissent à travers la France entière les revendications des Gilets jaunes en décembre 2019, Raf (Valeria Bruni Tedeschi) et Julie (Marina Foïs), un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences d’un hôpital parisien, proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation. Leur rencontre avec Yann (Pio Marmaï), un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun. À l’extérieur, la tension monte alors qu’à la demande du gouvernement, l’hôpital, sous pression, doit fermer ses portes. Le personnel est débordé et exténué.
La nuit va être longue pour les soignants comme pour les patients …

Lire la suite

Les amours d’Anaïs, premier long métrage de Charline Bourgeois-Tacquet, propose une bluette estivale au rythme enlevé

Anaïs (Anaïs Demoustier), fougueuse et extrême, a trente ans et manque constamment d’argent, mais ce qui définit Anaïs est surtout une grande instabilité sentimentale. Elle a un amoureux qu’elle n’est plus sûre d’aimer : d’ailleurs, elle découvre qu’elle en est enceinte mais décide, sans le consulter, d’avorter. Malgré son indécision, Anaïs séduit toutes les personnes qui croisent son chemin, y compris sa logeuse qui ne sait plus comment faire pour obtenir les loyers en retard. Jolie, au regard malicieux, emplie de charme et surtout très chanceuse, Anaïs se sort de toutes les situations. Elle rencontre Daniel (Denis Podalydès), à qui tout de suite elle plaît. Mais Daniel vit avec Emilie (Valeria Bruni Tedeschi) … qui plaît aussi à Anaïs.
(…)

Lire la suite

Seules les bêtes, le dernier film de Dominik Moll, le réalisateur de «Harry, un ami qui vous veut du bien», présenté à la Mostra 2019, brouille les pistes et sème le trouble dans les âmes

Une femme (Valeria Bruni Tedeschi) disparaît sur le Plateau du Causse en plein hiver. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route où subsistent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste, cinq personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent où le soleil brûle, et où la pauvreté n’empêche pas le désir de dicter sa loi, où la combine amène des jeunes « brouteurs » à s’enrichir sur la crédulité et la solitude des Occidentaux.
(…)

Lire la suite

Une semaine de cinéma francophone à Berlin

Berlin en décembre, c’est le temps des marchés de Noël – environ 80 pendant toute la période de l’avent, sans

Lire la suite