Cannes 2018 : le documentaire de Romain Goupil, « La traversée », va à la rencontre des petites gens de l’Hexagone, leur offrant une visibilité et surtout le droit à la parole

Le dernier documentaire de Romain Goupil, réalisé avec la complicité de son comparse et ami Daniel Cohn-Bendit, entraîne les spectateurs durant un peu de plus de deux heures, à travers l’Hexagone pour constituer une mosaïque de la France des oubliés, des sacrifiés, des laissés pour compte. Sans vouloir rien prouver, ni démonstration péremptoire, les deux compères proposent une observation exhaustive et documentée du quotidien des Français : des ouvriers d’une usine désaffectée dont le Nord où un ancien manutentionnaire s’ébahit devant le silence qui règne là où rugissaient autrefois les hauts-fourneaux de fonte; auprès des ouvriers des chantiers navals de Saint-Nazaire dont le travail est progressivement remplacé par des machines; auprès des agriculteurs dont l’industrie agro-alimentaire brade le travail en vendant leur litre de lait à moins de trente centimes d’euros; auprès de deux filles filles d’origine maghrébine dont l’une porte le voile et l’autre pas; auprès du maire de Béziers, Robert Ménard, ancien journaliste à Reporters ans frontières avec Daniel Cohn-Bendit avec lequel il partageait des convictions de gauche avant de virer à droite en tant qu’homme politique, virement sur lequel Daniel Cohn-Bendit l’interroge sans obtenir de réponse ni d’arguments si ce n’est une évidente virulence et une agressivité.
(…)
A voir sur France 5, lundi 21 mai à 20h50

Lire la suite

68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #4: La prière / Figlia mia / Toppen av ingenting (The Real Estate)

4e jour de compétition, les yeux commencent déjà à se creuser, les patiences à s’émousser et les avis à se trancher ! Journée éclectique allant crescendo, avec un premier film, La Prière de Cédric Kahn, très décevant, le film italien de la mi-journée qui a enchanté les journalistes et le dernier qui les a divisé autour d’un film scandinave totalement déjanté !
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #3: Dovlatov / Transit / Eva

Belle journée de compétition en ce 3e jour, avec deux films potentiellement oursérisables et le troisième, Eva de Benoît Jacquot, d’une indigence crasse, ne servant qu’à la décoration du tapis rouge avec Isabelle Huppert.
(…)

Lire la suite

Rencontre avec Philippe Lioret pour la sortie allemande du Fils de Jean (Die kanadische Reise)

(…)
Coproduction France-Canada qui a fait 400’000 entrées en France, le film de Philippe Lioret a fait sa Première allemande pendant ce festival. Son histoire universelle, celle qui pose la question des deux faces de la filiation – celle de la quête d’identité et celle de la paternité – a justement touché un public avide d’un cinéma qui vous entraîne dans un univers duquel vous ne sortez qu’au générique de fin.
(…)

Lire la suite

[Audio] Pessac: témoignage poignant d’Haydée Sabéran sur les migrants coincés dans le nord de la France

(…)
Haydée Sabéran a écrit Ceux qui passent, sur les migrants du Nord et du Pas-de-Calais, de Sangatte aux «jungles» (2012), et Bienvenue à Hénin-Beaumont , sur la montée du Front national dans cette ville du bassin minier du Pas-de-Calais (2014). Haydée Sabéran a contribué à La France invisible, sous la direction de Stéphane Beaud, Joseph Confavreux, et Jade Lindgaard (2006).
(…)

Lire la suite

Il faut décoloniser les imaginaires

Comment les conquêtes coloniales sont-elles peu à peu devenues le ciment de la société française ?
(…)
Au même moment, presque par un concours de circonstances, c’est l’apogée des empires coloniaux européens, c’est le moment où il y a une forme de concurrence entre la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre, l’Italie… aux côtés d’autres nations comme le Japon et les États-Unis. La France accélère les principes de colonisation posés à partir de 1830 avec l’Algérie : se bâtir un empire comme réponse à la frustration nationale et à la perte de l’Alsace-Lorraine.
(…)

Lire la suite

ALFILM : quelques éclats de rire, des perles et des larmes à la 8è édition du festival du film arabe de Berlin

ALFILM – le festival du film arabe de Berlin est devenu au fil de ses éditions un rendez-vous incontournable de la scène foisonnante des festivals de films que compte la capitale allemande. Le festival, en prenant de l’importance, n’a pas sacrifié au succès sa ligne première consistant à montrer au public européen des cinémas ayant très peu de visibilité dans les salles du continent (nombre de films présentés sont des Premières européennes ou allemandes), avec une focale sur les productions indépendantes et le cinéma de genre. Évolution très intéressante du festival : ses premières éditions se concentraient classiquement dans un lieu, puis dans deux cinémas pour finir, cette année, à s’ouvrir largement à la ville avec quatre salles partenaires : celles de la cinémathèque Kino Arsenal, le fsk Kino, le Eiszeit Kino et le City Kino de Wedding au Centre Français de Berlin.
(…)

Lire la suite

Frantz de François Ozon : après la bataille, la langueur

Nous ne devrions pas le dire trop fort, de peur de scier la branche professionnelle sur laquelle nous tenons tant bien que mal en équilibre, mais il va de soi qu’il y a autant d’avis sur un film qu’il n’y a de paires d’yeux pour le regarder. C’est pourquoi de temps en temps nous présentons une critique croisée – en avis divergents et langues différentes. Ici vous pouvez lire la critique positive de Teresa Vena en allemand: Besuch aus der Vergangenheit: Frantz von François Ozon.
(…)

Lire la suite

L’UNESCO et des professionnels du patrimoine français et suisses se mobilisent pour la sauvegarde du patrimoine syrien

En réponse à la destruction du patrimoine culturel de la Syrie, l’UNESCO s’est associée, à l’été 2015, à des professionnels français et suisses de l’archéologie et du patrimoine français pour recenser les besoins précis des acteurs de terrain en matériels utiles à la poursuite de leurs actions de sauvegarde : matériels de conditionnement indispensables à l’évacuation et à la mise à l’abri des collections, matériels de conservation pour préserver les pièces fragiles et restaurer les pièces endommagées, mais aussi matériels d’étude et d’enregistrement pour permettre de continuer à compléter les inventaires et la documentation scientifique du patrimoine syrien, et ainsi faciliter son identification, sa gestion et la sauvegarde des données s’y rapportant.
(…)

Lire la suite