68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #8: Touch Me Not

Les fins de festivals sont difficiles pour les critiques et les programmateurs, même si cela n’est pas facile, devraient faire attention aux placements des films, car cela peut devenir rapidement injuste pour un film, son réalisateur et son équipe quand la patience et l’endurance des journalistes est mise à rude épreuve ! Sont compris dans cette catégorie, les films de trois heures et plus et les films expérimentaux, voire les deux ensembles ! En ce 8e jour, hors compétition, le remarquable documentaire du cinéaste suisse Markus Imhoof – Eldorado – sur un jour peu abordé encore, les causes de cette vague. Nous vous en parlerons ultérieurement. Second film, Museo, dont ma collègue Anne-Christine Loranger a écrit la critique. Dernier film de la journée : Touch Me Not, un film expérimental d’Adina Pintilie.
(…)

Lire la suite

FIFF 2017: Scris/Nescris, du Roumain Adrian Silisteanu, ou l’importance des documents

Adrian Silisteanu, directeur de photographie, est passé avec brio à la réalisation. Adrian Silisteanu est diplômé de l’Université des médias de Bucarest, département de la photographie en 2003. Son premier film, Hooked (2008), a également été le premier film de Silisteanu en tant que cinéaste. En 2012, Silisteanu a dirigé son premier court métrage, The Ditch (Santul) (2012). Il a également travaillé avec le célèbre directeur de théâtre roumain Silviu Purcarete pour son film Somewhere in Palilua (2012) et il a été cinéaste pour les deux saisons de la version roumaine de HBO TV in treatment (2010-2012). Son film Written / Unwritten (2017) a été projeté dans une kyrielle de festivals : à IFF Rotterdam, Tampere FF. à Bruxelles, à Odense, et ces jours-ci au FIFF de Namur.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – compétition jour #9 : Have A Nice Day (Hao ji le) / Ana, mon amour

Vendredi, dernier jour de la section Compétition / Hors compétition. La remise des Ours aura lieu demain soir. Dans la journée seront remis les prix des jurys indépendants. Concernant cette journée, et pour être honnête, nous n’allons pas parler de Logan – de la franchise des X-Men, car l’auteur de ses lignes n’a pu apprécier que par intermittence les combats aux griffes de Wolverine et la cohorte de morts qui s’ensuivent, épuisé qu’il était, bien installé et calé dans la salle de cinéma la plus confortable du festival (CinemaxX 7). Mais éveillé il est resté, plus tôt dans la journée, pour les deux dernières contributions que devront juger le jury avant de rendre son palmarès.
(…)

Lire la suite

La culture comme moyen de résistance

Le respect des droits humains est au centre d’un festival parisien différent des autres. Les 18, 19 et 20 mars

Lire la suite

L’amérique latine au palmarès de la 65e Berlinale

Alors que les éditions 2014 et 2013 avaient consacré l’Asie et l’Europe de l’est, cette année c’est au continent sud-américain

Lire la suite

Berlinale 2015 – Compétition jour #7: Peter Greenaway et Jiang Wen célèbrent le cinéma, Radu Jude explore l’histoire de la Roumanie

Après une semaine d’un festival ayant fait la part belle aux personnages féminins forts, les hommes crèvent enfin l’écran lors

Lire la suite

L’Europe de l’est au palmarès de la 63è Berlinale

Le cinéma de l’Europe orientale était fortement représenté  dans la sélection en compétition officielle. La qualité, tant au plan de

Lire la suite