Mostra 2017: Human Flow – Ai Weiwei au service de la cause de 65 millions de personnes déplacées dans le monde

Le travail documentaire d’Ai Weiwei, la pièce géante qu’il avait promise et annoncée, vient d’être présentée à la 74ème Mostra de Venise : Human Flow, un documentaire sur les migrations à travers la planète aujourd’hui. En partant de l’hypothèse que 65 millions de personnes sont cataloguées comme des migrants (pour une raison ou une autre), l’artiste chinois essaie de rendre compte de la masse et de la quantité de ce peuple qui n’est pas considéré tel. En visitant plus de vingt-cinq pays, Ai Weiwei et sa troupe (il y a au moins onze réalisateurs de cinéma, y ​​compris Christopher Doyle) parcourent des camps de réfugiés, des bateaux à la dérive ou abandonnés en pleine mer avec des gens à bord, des gens, des masses de gilets de sauvetage empiles dans le Sud de l’Italie, synonyme des naufrages morts en Méditerranée, des murs en guise de frontières, des bardeaux et de nouveaux camps avec une utilisation intensive du drone pour essayer de comprendre l’immensité de cette tragédie humaine à l’échelle mondiale, les tentes, les organisations à but non lucratif, et quelques interviews de personnes qui apportent de l’aide. A travers la lunette de lecture d’un artiste de classe mondiale qui a grandi enchaîné, en marge de tout, exilé et harcelé en tant que prisonnier politique avec sa famille dissidente.
(…)

Lire la suite

Solidaires dans l’action: À la découverte des organisations de la société civile actives pour les réfugiés

Les uns l’appellent « la crise des migrants » d’autres « crise des réfugiés », il n’en reste pas moins que le terme crise interpelle, tout comme cette confusion sciemment entretenue entre les termes migrants et réfugiés.
Il va de soi qu’avant tout nous parlons d’êtres humains. À cet égard, ils se ré-individualisent pour sortir de la masse des catégories, chiffres et statistiques. Mais comme il faut quand même parler chiffres : selon le rapport du HCR 2016, un triste record avait été atteint avec environ 65,3 millions de personnes – l’équivalent d’une personne sur 113 ou, pour être encore plus concret, 24 personnes en moyenne forcées de fuir chaque minute – déracinées par le conflit et la persécution à travers le monde en 2015. À ce nombre effarant, s’ajoute celui terrifiant de ceux qui meurent lors leur fuite ou subissent de graves violences lorsqu’ils sont bloqués dans certains pays.
Un autre signe extrêmement alarmant : les enfants représentaient 51% des réfugiés dans le monde en 2015, selon les données que le HCR a pu recueillir dont beaucoup ont été séparés de leurs parents ou voyageaient seuls.
(…)

Lire la suite

[audio] Interview de Defne Gürsoy – journaliste qui nous parle de la situation actuelle en Turquie

Lors du Festival de Cannes, nous avons rencontré la journaliste turque Defne Gürsoy, qui travaille pour plusieurs médias et couvre le festival pour BirGün (Un jour) qui est un quotidien de gauche turc basé à Istanbul. Le journal a été fondé en 2004 par un groupe d’intellectuels turcs. Le point le plus important du journal est qu’il n’appartient à aucune société mère ni conglomérat.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – QuoteS of the Day #6: Aki Kaurismäki

Difficile de choisir parmi toutes les punchlines du cinéaste finlandais en compétition avec L’autre côté de l’espoir. Mais commençons par

Lire la suite

Berlinale 2017 – compétition jour #6: L’autre côté de l’espoir (Toivon tuolla puolen) / Beuys

Et ce qu’on redoutait hier est advenu. La bonne nouvelle, c’est que cela prouve que cette 67 édition du plus grand festival public – la Berlinale a annoncé aujourd’hui qu’à date environ 250’000 tickets ont été vendu – est un bon cru. Oui, Sally Potter a définitivement un concurrent très sérieux en Aki Kaurismäki, ceci d’autant plus qu’ils opèrent dans le même registre de la comédie d’éveil et de conscientisation.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017 – Panorama : Combat au bout de la nuit – Entrevue avec Sylvain l’Espérance

Ce film documentaire qui a la particularité de durer 285 minutes s’ouvre une scène proprement hallucinante qui donne le ton de la forfaiture dont a été victime la société grecque depuis la crise économique mondiale de 2008. Pendant plusieurs minutes, des images de la ville la nuit se succèdent avec en bande-son le président de la session du 12 septembre 2013 de l’assemblée grecque, Kiriakos Virvidakis, qui énumère une série incroyables d’articles qu’il déclare votés alors que la députée de Syriza Zoe Konstantopoulou s’oppose a lieu en répétant inlassablement que ce qui se déroule est une honte, que rien n’est voté. Cette scène emblématique du délitement politique en Grèce et des dysfonctionnements généraux qui en résulte nous ouvre le chemin qui nous mènera en un peu de 5 heures à appréhender à l’échelle de l’humain ce que nous suivons depuis des années de manière abstraite à travers les médias et les rapports des décisions et des sommets internationaux.
(…)

Lire la suite

Convention de Genève relative au statut des réfugiés

En juin 2014, nous avions ressenti le besoin de rappeler l’existence de la IVè Convention de Genève relative à la

Lire la suite

A l’affiche à l’Espace Fusterie – Genève: Les émigrés, de Slawomir Mrozek

Par Djenana Mujadzic, Paris [édité par MaB et actualisé pour la Suisse] Le théâtre comme arme de résistance Dramaturge et

Lire la suite